Nl
Close

INTELLIGENCE

Seen from Space : Ecoute radio ou l'ombre (diffuse) du confinement

Vendredi 28 Août 2020

Seen from Space : Ecoute radio ou l'ombre (diffuse) du confinement

Malgré son appellation janvier-juin 2020, la dernière publication de l'étude CIM RAM (pour Radio Audience Measurement) ne nous dira rien des comportements d'écoute en plein confinement. Le travail de terrain a été interrompu le 16 mars, alors que le lockdown démarrait, et n'a repris que le 1er mai. Avec une nuance importante : le recrutement face-à-face de nouveaux répondants était évidemment hors de question, il a fallu le basculer vers une méthode téléphonique. 29% des interviews ont été réalisées via ce moyen. Mais six semaines de confinement XXL n'ont donc pas été couvertes. Il ne faut donc pas s'étonner si, finalement, les comportements d'écoute que cette vague d'enquêtes décrit ne présentent pas de bouleversements spectaculaires: des durées moyennes d'écoute assez en phase avec les mesures précédentes et une pénétration globale de la radio (en base hebdomadaire : 92% dans le Nord, 85% au Sud) sans rupture avec le passé. 
L'effet le plus visible du confinement concerne la part d'écoute via Internet, et encore, cet impact particulier semble limité à la Flandre. Là-bas, quelle que soit la cible considérée dans notre graphique, le temps d'écoute via Web n'a jamais été aussi élevé par rapport au total de la consommation radio. Une situation qu'on ne retrouve pas vraiment chez les francophones : certes l'écoute via Internet a progressé dans cette dernière vague d'étude par rapport à celle qui l'a immédiatement précédée, mais on est loin de battre des records sur ce plan. 

Le Sud encore : la part d'écoute sur le lieu de travail y est la plus basse enregistrée depuis début 2018, mais cette baisse n'est pas spectaculaire. Côté flamand, le temps d'écoute sur le lieu de travail est aussi à son niveau le plus bas, mais ces 29% sont du "déjà vu". Même l'écoute en voiture telle que reflétée dans l'étude est du même niveau que dans les vagues précédentes. Bref, si on considère les résultats RAM de cette publication toute récente, l'ombre du lockdown est assez peu visible. Son effet - vraisemblable - sur l'écoute radio ne reposera donc que sur des suppositions.

Archive / INTELLIGENCE