Nl
Close

MEDIA

Local is the new Global : les enjeux de la proximité, par Fred Bouchar (MM)

Dimanche 25 Avril 2021

Local is the new Global : les enjeux de la proximité, par Fred Bouchar (MM)

« Dans le monde économique actuel, à côté d'un opérateur public qui est d'après moi important, il n'y a plus de place que pour un voire deux acteurs locaux importants. Cela implique donc une concentration, une consolidation des médias et aujourd'hui, au niveau de RTL (Group, ndlr.), nous regardons dans différents marchés comment on peut s'associer à un autre opérateur pour être un grand champion local. » Dixit Philippe Delusinne sur LN24 il y a quelques semaines
 
Concernant la vente de RTL Belgique, le CEO de RTL Belgique ne s’embarrasse plus de spéculations : « Une banque a été mandatée mais la mise en vente ne veut pas dire qu'il y aura vente. Il y aura uniquement vente s'il y a un candidat intéressant pour le rachat de RTL en Belgique. » 
 
Au passage, il rappelle que l’entreprise qu’il dirige reste rentable : « Nous sommes une vraie valeur chez RTL. Cette valeur, ce sont trois choses : d'abord les résultats - avec un bénéfice de 16 millions avant impôts -, ensuite les gens qui font cette valeur et enfin, nous sommes convaincus que dans les cinq années qui viennent, nous avons une perspective d'évolution d'une société qui poursuivra dans la télévision linéaire et mettra à profit les évolutions technologiques, une société qui sera performante en termes d'audience et donc en termes de santé financière. »
 
La valeur de RTL Belgique, ce sont aussi celle des marques qui composent le groupe, tant en télé qu’en radio. Des marques dont la proximité avec leur public n’est plus à démontrer. Cette proximité est d’ailleurs constitutive de son ADN. Delusinne en parle aussi longuement.
 
"Go Local is the New Global ?" titre d’ailleurs la BMMA pour son prochain Lunch. Le point d'interrogation n'est pas de mise : à l’instar de celle revendiquée par le CEO de RTL Belgique, cette proximité des acteurs locaux avec leur public est le meilleur atout face aux géants du Net. C'est sans doute le discours que tiendront Guillaume Boutin et Christian Van Thillo.
 
Et ce sera d'autant plus intéressant que tous deux sont intéressés par le dossier RTL. D'une façon ou d'une autre. Ou plutôt, devrait-on dire, par les dossiers RTL : là aussi, les enjeux sont liés à la proximité. 
 
La Belgique se situe entre la France et les Pays-Bas, et cette évidence n'est pas que géographique. 
 
Ce n'est un secret pour personne, DPG Media lorgne sur RTL Nederland pour exporter son modèle cross-média mis en Flandre. Mais comme le rappelait notre confrère du Standaard, Pascal Dendooven, dans un excellent article sur le sujet, le groupe de Van Thillo craint la surenchère des géants Vodafone et Liberty Global, déjà présents aux Pays-Bas au travers de leur joint-venture VodafoneZiggo. Liberty, qui est aussi l'actionnaire de Telenet, lui-même co-actionnaire d'Ads&Data, et donc partenaire de Proximus et de Mediahuis, concurrent de DPG en Belgique et aux Pays-Bas, et lui aussi en quête d'un développement télé sur ce marché. 
 
On l'a déjà dit : le sort de RTL Belgique est aussi en partie lié à celui de M6, compte tenu du poids des émissions produites par le groupe français dans les grilles des chaînes belges. Si repreneur il y a en France, sera-t-il intéressé de reconduire le partenariat qui unit M6 et RTL Belgique  ? Oui sans doute s'il s'agit d'un groupe comme TF1, compte tenu de sa proximité avec le marché belge. TF1 qui pourrait aussi être garant du maintien de la marque IP Belgium, sa régie belge. 
 
Car en effet, plus que la disparition fort improbable de la marque RTL en Belgique, c’est celle de IP qui pose question. Nonobstant sa valeur, le risque de voir la régie à l’indien se fondre dans une structure beaucoup plus large est réel dans l'hypothèse d'une reprise par une joint-venture nord-sud - comme un tandem Rossel-DPG évoqué par L'Echo, par exemple. 
 
C’est l’un des autres enjeux de la proximité, du "Local is the new Global". Delusinne ne disait pas autre chose sur LN24 : « Si demain il devait y avoir une entité commerciale qui vend le nord et le sud, je pense qu'effectivement ce serait une chose positive pour le marché. »

Archive / MEDIA

Jobs