Nl
Close

MEDIA

Seen from Space : Et si finalement Telenet rachetait Voo ?

Vendredi 25 Octobre 2019

Seen from Space : Et si finalement Telenet rachetait Voo ?

Assets :


John Porter, le CEO de Telenet, s’est récemment épanché dans L’Echo sur l’échec de ses multiples propositions de rachat de Voo. Par ailleurs, Telenet attend toujours une réponse pour celle concernant Brutélé. Leader incontesté en Flandre sur les marchés de la TV et de l’internet fixe, ces deux rachats sont évidemment cruciaux pour que l’opérateur puisse se faire une place à la hauteur de ses ambitions sur le marché francophone. Malgré la reprise de SFR Belgique, Telenet n’est en effet pas encore présent dans tout Bruxelles (6 communes importantes sont toujours territoires de Voo), et sa présence en Wallonie est quasi inexistante. Ceci alors que son principal rival, Proximus, est actif sur tout le territoire.

Sur ce genre de questions il est difficile d’obtenir des chiffres récents et comparables, les rapports annuels étant souvent les sources les plus fiables. Sur base des chiffres 2018 de l’IBPT, à quoi ressemblerait le marché si Telenet arrivait à ses fins et parvenait à conclure le rachat de Voo et Brutélé ? Sur le marché de la TV, cela mettrait les deux principaux acteurs au coude à coude en Wallonie, sans par contre remettre en cause le leadership de Proximus à Bruxelles. D’un point de vue national, cela renforcerait Telenet dans un leadership déjà acquis grâce à sa très forte pénétration dans le Nord. Un Telenet entrant sur le marché francophone pourrait emmener dans ses cartons la technologie de la publicité adressable, pour laquelle Voo ne semble pas prêt, et par là booster dans le Sud du pays cette forme prometteuse d’innovation TV. 

Sur le marché de l’internet fixe, le rachat de Voo ne remettrait en rien en cause le fort leadership de Proximus, ni en Wallonie ni à Bruxelles. Par contre, cela briserait son leadership au niveau national. 

Bref une situation qui globalement amènerait à un marché où les deux principaux acteurs se partagerait 90% du gâteau de manière plus ou moins équitable. Ceci évidemment est à considérer "toutes choses étant égales par ailleurs", les bilans 2019 montreront évidemment de nouvelles évolutions (mêmes si celles-ci sont généralement plutôt lentes que spectaculaires), tous les abonnés de Voo ne passeraient pas nécessairement chez Telenet (comme ce fut le cas pour SFR), et quid d’éventuels nouveaux acteurs ?

Archive / MEDIA