Nl
Close

MEDIA

Les producteurs flamands tirent la sonnette d'alarme

Mardi 9 Avril 2019

Les producteurs flamands tirent la sonnette d'alarme

Dans la perspective des élections, la VOFTP, l'association professionnelle des producteurs de films et de télévision indépendants en Flandre, attire l'attention sur la situation difficile et parfois précaire dans laquelle se trouvent ses membres. Constatant que les budgets de production des chaînes flamandes sont sous pression, notamment en raison de la baisse des investissements publicitaires, et sachant que le système du tax shelter atteint ses limites, l’association précise qu’il faut trouver d'autres sources de financement pour la production de contenus locaux.

« Tout acteur qui gagne de l'argent grâce à la diffusion de contenu audiovisuel en Flandre doit contribuer au secteur », soutiennent les 32 maisons de production flamandes affiliées. « La demande de produits audiovisuels n’a jamais été aussi grande. Plusieurs acteurs en profitent en les monétisant, mais une partie infime seulement revient aux producteurs de films et séries flamands. »

L'association plaide en faveur de l'introduction d'une obligation d’investissement pour tous ceux qui permettent la consommation de ses contenus, afin que ces ressources puissent être réinvesties dans la création de contenu local. Elle pense notamment aux câblo-opérateurs (Telenet, Proximus et Orange). « Les data des abonnements pour lesquels le consommateur paie, servent en grosse partie pour la consommation mobile de contenu audiovisuel », explique An Jacobs, Administrateur Délégué de la VOFTP. 

Les plateformes vidéo telles que Facebook et Google tomberaient aussi sous cette obligation d’investissement, tout comme les cinémas et les services de VOD. Jacobs souligne à cet égard les opportunités de la nouvelle directive européenne sur les services médias audiovisuels qui, outre des quotas directs concernant la création européenne, permettra également aux Etats membres d'imposer des obligations d'investissement. « Récemment, des services comme Netflix ont été obligés en principe d'investir 2% dans la production flamande, mais cela est insuffisant et l'impact réel de cette mesure reste à prouver », conclut Jacobs.

Le montant exact de l’investissement obligatoire demandé par la VOFTP serait déterminé en fonction d’un pourcentage du chiffre d'affaires.

Archive / MEDIA