Nl
Close

AWARDS

AMMA 2019 : Le Best of

Jeudi 16 Mai 2019

AMMA 2019 : Le Best of

L'édition 2019 des AMMA s'est achevée ce 16 mai avec les nominations de Maxus et Mediahuis Connect au titre de Media Agency et Sales House of the Year. 
 
En plus des traditionnels Media Advertiser, Personality, Media Research et autre Innovation & Development of the Year, six Gold ont été décernés cette année. Voici leurs présentations. 
 
Agency of the Year : Maxus 

Après leur nomination en 2017, les équipes d'Els Thielemans chez Maxus remporte l'un des trophées les plus convoités des AMMA. En 2018, l'agence de GroupM désormais classée huitième du ranking UMA, a réalisé une progression record passant de 38,2 millions d'euros de billings à 72,4 millions ; sa part de marché a quasiment doublé à 6,3%. L'an dernier, elle a notamment décroché les budgets PSA, Opel, Mutualité Chrétienne, NIBC, Agilitas et, last but not least, Proximus. 
 
Quand on interroge les collaborateurs de l'agence sur la clé de ce succès, ils répondent en chœur : la "Maxusness", soit un cocktail d’énergie, d’esprit battant, de mentalité de start-up et d’attitude de gagnant. Le tout combiné à une foi inébranlable dans le changement et dans les opportunités qui en découlent, au sein d’un paysage très évolutif et d’une grande complexité. La fin : procurer des avantages concrets pour développer les activités des clients. Les moyens : tabler sur les technologies et les innovations pour élaborer des solutions simples, créatives et efficaces. 
 
Et toujours en soignant en priorité l’esprit d’équipe. Maxus met tout en œuvre pour accroître la satisfaction et l’engagement de ses collaborateurs. Des efforts qui lui ont valu de remporter en 2018 une médaille d’or dans la catégorie "Workplace and People Development" aux European Business Awards. Son programme "Leading Change for You" stimule le développement personnel et professionnel de chaque collaborateur, en offrant notamment des formations et des activités de team-building. Qui plus est, tout le monde change de poste tous les trois mois pour éviter que ne s’installe une culture de vases clos. Le tout en suivant la devise "To be human in a digital world".
 
Dans le même esprit, Maxus s’efforce d’obtenir une intégration maximale et une planification globale de la communication, sans ligne de démarcation entre offline et online. Les contacts directs entre les communication planners et les spécialistes favorisent le dialogue entre la stratégie générale et l’expertise, et procure une forte valeur ajoutée. Les données numériques se rapprochent ainsi un peu plus du communication planning, les ancrant au cœur de la stratégie.
 
Au sein de GroupM, les équipes de Maxus sont connues comme les "bêta-testers" de nouveaux outils. Ceux-ci étaient au nombre de trois en 2018. "Teams" est un hub qui intègre les personnes, les contenus et les outils pour garantir une collaboration plus engagée et efficace autour de différents clients ou projets. "Wrike", un outil de gestion de projet qui rationalise les flux de travail. Enfin, "The System" est un outil intuitif, itératif et évolutif de stratégie et de planning, qui fournit à l’utilisateur de meilleures ressources et données disponibles en vue d’élaborer des plans de communication performants : études propres telles que LivePanel, GroupM benchmarks, currency data et recherche syndiquée.
 
Media Sales House of the Year - Big Players : Mediahuis Connect 

Ces dernières années, afin de réaliser ses ambitions dans un marché turbulent, Mediahuis Connect n’a pas hésité à renouveler différents aspects de sa stratégie. Soucieuse de répondre au besoin croissant en contenus de marque, la régie a mis sur pied Mediahuis Brandstudio. Elle a par ailleurs déployé une stratégie efficace de gestion de données avec un ciblage d’audience poussé. En 2018, son offre full-service s’est encore enrichie d’insights consommateurs innovants et commercialisables, notamment grâce au projet de recherche Consumer Dating. Mediahuis Connect a également innové en matière de communication B2B en lançant ses podcasts Afrit 10. Un rôle de pionnier qui ressort aussi du déploiement de The Pool, la cellule cross-média où Mediahuis collabore avec SBS, IP et Roularta. Enfin, la régie s’est aussi appliquée à jeter des ponts, notamment avec la plateforme visant les entrepreneurs Made In et l’agence de marketing de contenu WPK. 
 
Media Sales House of the Year - Dedicated Players : Guidooh

Fruit de l’alliance entre Guido et Boomerang Media, Guidooh se positionne sur le marché en tant qu’expert et leader en médias indoor, plus particulièrement dans les domaines du lifestyle, des loisirs et du divertissement. En misant sur des environnements exclusifs, la géolocalisation et une sélectivité accrue, la régie a forgé au quotidien des relations privilégiées entre les marques et les consommateurs, misant sur l’approche contextuelle, la proximité et sa philosophie "Indoor Multimedia Lifestyle Target Journey". L'an dernier, la régie a lancé son offre GuiDOOH avec notamment les réseaux Hydrogen Digital et Aero Digital, ainsi que 220 écrans installés dans les Basic Fit. Une application de réalité augmentée a en outre été mise au point sous le nom d’Admented pour jeter un pont entre offline et online. Egalement spécialiste de la publicité auprès des étudiants, et en plus de son célèbre Student Pack distribué depuis 20 ans à plus de 120.000 exemplaires dans les universités et hautes écoles, Guidooh a lancé un nouveau concept d’échantillonnage baptisé Student Box qui touche quelque 50.000 étudiants avant le blocus. Ajoutez à cela une nouvelle structure commerciale et une collaboration accrue avec les quatre agences spécialisées en OOH. Toutes ces initiatives ont porté leur fruit : selon la régie, ses ventes ont augmenté de 120% l'an dernier et sa part de marché a doublé.
 
Innovation & Development of the Year : "VIOOH Automation" - JCDecaux BeLux 

L'an dernier, le groupe JCDecaux a annoncé le lancement de son outil VIOOH Automation, qui ouvre la voie à l’affichage de demain, en permettant d’automatiser les processus de planning et d’achat. Depuis l’automne dernier, l'outil est opérationnel non seulement pour les écrans numériques installés à l’entrée des magasins Carrefour, mais aussi pour les écrans de différents centres urbains et du métro bruxellois. Les centres commerciaux et les aéroports suivront plus tard en 2019.
 
VIOOH Automation favorise une utilisation optimale de l’affichage grâce à ses nombreuses fonctionnalités. L’automatisation de la planification et de la programmation des campagnes se fait très simplement, en quelques clics, en se basant sur des critères précis : touchpoints, emplacement, cible, share of time, nombre de contacts, proximité... De plus, les données sont utilisées comme moteur du système pour optimiser les campagnes pendant l’allocation, à l’aide d’un algorithme et des données de contact disponibles, et ce pour obtenir un maximum d’affinités entre l’annonceur et le public visé. En plus des données d’audience telles que celles fournies par les cartes de fidélité ou les données VAC (Visibility Adjusted Contacts) de l’étude CIM, VIOOH Automation contient également de nombreuses autres données liées aux écrans, notamment sur les points d’intérêt dans le voisinage et les tags qui qualifient les écrans en fonction de leur environnement.
 
Par ailleurs, JCDecaux a opté pour un système de tarification future proof en fonction des contacts, afin que le prix de chaque campagne soit proportionnel à sa couverture et à son impact. Ce faisant, JCDecaux a été l’un des premiers acteurs de l’affichage à introduire le coût pour mille, avec un CPM basé sur le format et les points de contact et fluctuant en fonction du volume des contacts achetés et du niveau de ciblage. De cette manière, l’affichage digital est également paré pour le programmatique.
 
Grâce à un accès direct, VIOOH Automation offrira bientôt aux acheteurs la possibilité de composer leurs propres campagnes, en fonction des disponibilités. Le système intègre non seulement l’application Smart Content, qui gère les contenus dynamiques en affichage, mais est en outre compatible avec le standard IAB Open Direct et capable de fonctionner avec les principaux outils de planning en affichage. Les résultats sont aussi directement accessibles en temps réel grâce à un suivi et un compte rendu "proof of play". La solution VIOOH ouvre de nombreuses possibilités aux intermédiaires en matière de planning (via API) et d’achat (via DSP) autonomes dans le futur. On notera enfin que la plateforme est ouverte à d’autres acteurs de l’affichage.
 
Media Research of the Year : Life Observer - IP/GfK

Chaque minute de la vie vaut de l’or. C’est ce que prouve la nouvelle édition de l'étude budget temps de IP, le Life Observer. Celle-ci permet de mieux comprendre les consommateurs d’aujourd’hui, leurs attentes, centres d’intérêt et leur consommation média, en observant leur emploi du temps et leur comportement tout au long de la journée, au travers de 54 activités les plus courantes. 
 
L’étude a été réalisée en février 2018 par GfK, auprès d’un échantillon en ligne de 4.214 individus de 18 à 64 ans. Les interviewés ont reconstitué leur journée de la veille au travers d’une panoplie d’activités courantes comme le travail, les déplacements, les achats, les loisirs, les repas ou les médias. L’heure de début et de fin de chaque activité a été notée, sans qu’aucun moment de la journée ne soit écarté, ce qui nous a permis de créer une base de données minute par minute des sept jours de la semaine et de reconstituer la journée type du Belge moyen.
 
On découvre ainsi que le temps quotidien consacré aux médias est de 10 heures et 32 minutes. Ce temps a significativement augmenté par rapport à il y a 10 ou 20 ans, surtout à cause des réseaux sociaux, qui ont remplacé en grande partie le temps passé en compagnie de parents ou d’amis à l’extérieur du domicile. Environ un tiers du temps média est réalisé par la radio, autant par la TV et un sixième par Internet. Le reste se partage entre les réseaux sociaux, la presse, le streaming, etc. 
 
Autres enseignements : les jeunes sont plus attirées que leurs aînés par les médias non linéaires – streaming et VOD en tête. L’étude éclaire aussi sur les atouts de la radio et de la TV, entre autres. Prenez la simultanéité de la radio, adaptée à la consommation mobile du média, véritable compagnon dans la vie quotidienne. Il y a aussi les constats que la radio est le dernier média consommé avant l’achat physique, ou encore que pour les achats en ligne, c’est la TV qui prend le pas sur l’ensemble des médias. On voit apparaître les liens étroits entre consommation TV et second écran, concomitants ou séquentiels. Pour les achats offline comme online, Internet suit en troisième position.
 
Best Media Strategy : "In the home and heart of every Belgian" - Vizeum/EG `

Qui n’a pas eu la gorge nouée en voyant cet énorme Viking, véritable armoire à glace au cœur tendre, voler au secours d’une fillette et de sa grand-mère, dans un scénario rappelant Calvin et Hobbes ? La campagne de Dentsu Consulting a constitué la cerise sur le gâteau d’une stratégie média savamment élaborée pour EG (Eurogenerics), une importante marque belge de médicaments génériques, encore méconnue du grand public jusqu’en 2018. 
 
Pour accroître la notoriété d’EG, Vizeum devait à tout prix capter l’attention des consommateurs. Pour y arriver, l’agence a orchestré une campagne en deux volets, basée sur l’insight que chaque famille avait sans le savoir en moyenne cinq produits EG dans son armoire à pharmacie. 
 
Dans un premier temps, une campagne de teasing intitulée "J’en suis sûr" a été menée pendant trois semaines dans une flopée de médias, allant de la télévision à la radio en passant par la vidéo en ligne et le display, sans oublier les réseaux sociaux et les influenceurs. Mots d’ordre : visibilité, impact et interactions. Des passants choisis au hasard dans la rue ont été interrogés sur ce que tous les Belges avaient chez eux sans le savoir. Les réactions amusantes ont été filmées et publiées sur le site de la campagne, où chacun a pu poster sa réponse #jensuissûr. La solution a ensuite été révélée dans une infopublicité : les médicaments au prix abordable d’EG. La phase de révélation a eu recours à la télévision, à la radio, aux journaux, à la vidéo en ligne et au reciblage des personnes ayant posté leur réponse.
 
Mais la marque devait encore conquérir les cœurs. Pour ce faire, il fallait élaborer une stratégie créative profondément axée sur l’émotionnel. C’est là que le Viking intervient, en TV et sur Internet. Pour faire passer de façon optimale le message émotionnel, on a décidé d’attribuer au sein du mix média un rôle clé à la vidéo, en tant que support idéal de narration et de sensibilisation. Afin de stimuler la préférence de la marque et l’engagement, EG a invité les internautes à poster leurs propres messages vidéo sur son site en transmettant leurs vœux à un être cher par le biais du Viking. Pour chaque vidéo publiée, EG versait de l’argent à deux associations non profit : la Fondation contre le Cancer et la Fondation Recherche Alzheimer. On a également eu recours au programme "Gert Last Year" de SBS, au sponsoring TV et à des vidéos en ligne pour renforcer l’activation de la marque.
 
En termes de résultats, la reconnaissance et l’attribution pour la télévision, la radio et la presse écrite ont atteint des records, débouchant sur des scores d’efficacité supérieurs aux benchmarks. La notoriété spontanée de la marque est passée de 7% à 16% et les ventes OTC ont enregistré 26% de hausse au quatrième trimestre 2018 par rapport à la même période un an plus tôt. 
 
Best Creative Media Use: "World Cup 2018 - Initiative/STIB 

A l’occasion de la dernière Coupe du monde de foot, la STIB cherchait à être pertinente et à capitaliser avec humour sur la frénésie médiatique entourant la grande fête du ballon rond. Sachant que l'entreprise de transport public évolue au plus près des fans des Diables en les transportant vers les stades, les cafés et les écrans géants. N'étant pas sponsor officiel de l'équipe nationale, la STIB ne pouvait pas communiquer activement et elle ne voulait pas non plus parasiter l’événement. Il lui fallait donc sortir des chemins battus, transformer ses propres ressources - les stations de métro -, en canal de communication et mettre en place un dispositif de guérilla marketing autour de ses propres produits et médias.
 
Comment ? En changeant les noms de plusieurs stations de métro évoquant les moments forts et les acteurs de la compétition : la station Belgica a été rebaptisée en Belgicampioen,  Arts-Loi en Hazarts-Loi, Ribaucourt en Thribaucourtois, etc. Lorsque les Diables se sont qualifiés pour les quarts de finale, la station Hankar est devenue "Hankar de finale" ; même chose pour Demey, rebaptisée "En Demey finale" par la suite... 
 
Grâce à une gestion de contenu intelligente, axée sur le bouche-à-oreille et l’incitation aux jeux de mot relayée par la presse (nationale et internationale) et les médias sociaux, la communauté a activement partagé et commenté les contenus. Cet alignement des stratégies médias et de campagne a fait le succès du projet. 
 
Résultats : rien que sur les médias sociaux et au travers de ses canaux d’information, la STIB a obtenu 242.500 euros de couverture media gratuite. Une étude de marché révèle que, malgré l’absence de TV et de radio, 81% des Bruxellois se sont souvenus de la campagne. 56% des habitants de la région ont été touchés par un message sur les médias sociaux, 36 % ont interagi à propos de la campagne et 78% des habitants de la capitale ont qualifié l'image de marque de la STIB de positive et dynamique. 
 
Best Creative Media Use : "We're Belgium" - Vizeum/Jupiler (AB InBev) 

Il fallait oser : miser sur l’unité et le proclamer haut et fort dans un petit pays où les disputes communautaires sont constantes, même si les habitants pensent surtout à faire la fête et à s’enthousiasmer ensemble. Devant les brillantes performances des Diables Rouges, l’individu ne peut que se fondre dans la foule euphorique et chacun de nous devient pour quelques instants un Belge décomplexé. Un phénomène magistralement anticipé par Jupiler, qui n’a pas hésité à abandonner temporairement son patronyme pour celui de Belgium. 
 
La campagne "We Are Belgium" a mis en branle un mouvement national et une vague de convivialité festive. L’appel à l’union de tous les supporters a été lancé dans un spot TV épique de 60". S’en est suivi un mix 360 incluant également de l'affichage, des vidéos en ligne, des partenariats presse et médias et toutes sortes d’activations inspirantes dans l’horeca, et lors de grands événements publics, des contenus sociaux, des top top dans la presse les jours où les Belges disputaient une rencontre et une série de documentaires… 
 
Il est évident qu’une entreprise aussi risquée ne pouvait pas se limiter à une communication pendant la Coupe du Monde. Il fallait préparer le pays à ce qui promettait de devenir un Mondial historique, ainsi qu’au "coming-out" de Jupiler pour fédérer le pays entier derrière notre équipe nationale. Un objectif qui a demandé cinq mois de travail et une grande flexibilité. Pour y arriver, Vizeum, Isobar et The Communication Company ont mis en commun leur expertise ; la première a décidé d’impliquer le plus tôt possible les partenaires médias afin d’élaborer des solutions cross-médias audacieuses et créatives. Ces efforts ont débouché sur un riche écosystème avec de nombreuses interactions entre tous les médias, une monopolisation des conversations et aussi une grande quantité d’earned media. Enfin, au cours de la campagne, une collaboration étroite a été instaurée avec Millward Brown pour analyser les effets de chaque support sur les différents KPI et pouvoir ainsi ajuster le mix média en conséquence.
 
La campagne a remporté un succès retentissant : le #wearebelgium a été plus souvent utilisé que le hashtag officiel de la Coupe du Monde. Les investissements de 5 millions en earned media ont permis d’engranger plus de résultats que les sommes beaucoup plus importantes allouées au paid. Parmi les partenaires belges de FIFA, Jupiler a accaparé près de 89% de SOV. Des progrès importants ont été enregistrés pour tous les aspects, de la considération à la consommation et de l’appréciation à l’engagement positif. Pendant 17 semaines, on a enregistré 228 millions de contacts cross-médias pour une valeur OTS de 17 et une audience engagée de plus de 85%.
 
Best Use of Interactive : "The month full of gifts" - OMD/McDonad's

Al’occasion des fêtes de fin d’année et du lancement de sa nouvelle app de loyauté, McDo a voulu générer un maximum d’interactivité. Décembre était bombardé "Mois des cadeaux", et des offres food et non-food quotidiennes sont venues étayer la promesse globale de la marque : "Always Open for Good Moments @ McDonald’s’."
 
Les objectifs marketing étaient axés sur l’app : recruter de nouveaux utilisateurs et augmenter le nombre de téléchargements. En termes de communication, il s’agissait de rapidement promouvoir la notoriété et l’utilisation de l’app avant de lancer le Mois des cadeaux et d’en accroître la pertinence au travers d’un rendez-vous quotidien, avec une expérience interactive et fun, de la valeur ajoutée et des prix à la clé.
 
La campagne a combiné du Paid (TV, on-line, social, SEA) et du Owned (app, restaurants et RP) pour activer et générer des interactions entre les consommateurs et la marque en vue de participer à la fête et de profiter des offres. 
 
Dans un premier temps, il s’agissait d’augmenter la notoriété de la nouvelle app à travers la rétention et le recrutement, puis de booster les conversions et générer de la fidélité de marque en encourageant une interactivité quotidienne avec les consommateurs. Cette in- teractivité était réalisée au travers d’une utilisation soutenue du tandem TV + digital. 
 
Qui dit interactivité réussie, dit aussi options de ciblage intelligentes, tant envers les fans de McDo qu’envers les prospects et les non-fans (après une phase d’acquisition). Il s’agissait de consolider ou d’obtenir un taux d’engagement et d’interactivité viable avec la marque et de pousser à visiter les restaurants. Les médias sociaux ont permis d’affiner et de spécifier les cibles afin d’augmenter la pertinence et la considération de contacts dans la campagne.
 
Les résultats : +8% de ventes par rapport à la même période de l’année précédente, une augmentation des visites in-store qui représente 200 % de l’objectif de base dans le briefing, +85% de nouveaux utilisateurs de l’app par rapport à ce qui avait été projeté et un taux d’engagement continu maintenu à plus de 25%.
 
Best Use of Native & Content : "Mary Poppins returns" - RMB/Havas Media/Disney 

RMB et Havas Media ont donné un nouveau sens à la fameuse expression "Supercalifragilisticexpialidocious" en usant d’une approche créative des plus originales pour promouvoir la sortie en salle du sequel de Mary Poppins, produit par Walt Disney Pictures, et inciter le public à renouer avec son personnage fétiche, 54 ans après la diffusion du premier film.
 
Ciblant prioritairement les jeunes adultes et les familles avec enfants, la campagne devait d’abord générer de la notoriété pour le film et ensuite convaincre les gens d’aller le voir en salle. 
 
En collaboration avec Havas Media, l’équipe créative de RMB (Flash) a élaboré une stratégie reposant sur l’implication d’une personnalité appréciée des Belges, en phase avec l’univers magique du film, et l’association de la promotion du film à celle de "The Voice Belgique" - les deux promo débutant à la même date. Pour incarner les deux "marques", le choix s’est porté sur Loïc Nottet : le chanteur issu de The Voice a endossé le rôle d’ambassadeur pour Disney, pour ensuite réaliser une vidéo dédiée à Mary Poppins, dans laquelle il réinterprète le fameux "Supercalifragilisticexpialidocious".
 
Le clip a été diffusé sur les pages Facebook et Instagram du chanteur. Flash et Havas Media ont ensuite tout naturellement capitalisé sur le succès de The Voice. 
 
Le plan média de base a combiné du sponsoring TV, une campagne digitale et un relais actif sur les réseaux sociaux de The Voice. Pour renforcer la campagne et amplifier le buzz autour du clip, Flash et Havas Media ont en effet imaginé plusieurs formes de contenu natif. Le tournage a été transformé en événement : la presse, invitée sur le plateau, a pu interviewer Nottet, relayant l’action et l’histoire de la sortie du film. De son côté, la RTBF a réalisé un reportage diffusé dans l'émission "C’est du Belge". Par ailleurs, les costumes du clip dessinés par Loïc Nottet ont été vendus aux enchères au profit de Viva for Life. 
 
Soit au final une planification optimale du calendrier et un usage novateur de médias off- et online, de contenus payants et natifs, de médias en régie et de touchpoints hors RMB, tous en parfaite adéquation. Au final, l'impact a été a été indéniable en TV, le taux d’engagement sur les réseaux sociaux nettement supérieur à la moyenne et les relais earned media ont dépassé les attentes. De même que les entrées en salles pour le film. 
 
Best Use of Data & Performance Marketing: "Guide user through the full floor-buying customer journey by using data-driven creatives" - Semetis/AdSomeNoise/Quick-Step 
 
Le défi n’était pas mince : orchestrer une campagne permanente et attractive de display en vue de booster la vente des produits Quick-Step en aidant les consommateurs à déterminer le type de revêtement de sol qui leur convient le mieux. Une analyse du site existant avait révélé que les consommateurs éprouvaient des difficultés à opérer leur choix parmi les 391 types de sols proposés par l’entreprise. 
 
D’où la décision d’orchestrer une campagne pilotée par les données, en collaboration étroite avec le fabricant Unilin et l’agence créative AdSomeNoise. L’objectif : procurer aux consommateurs une expérience Quick-Step adaptée à leurs besoins, quels que soient la phase du parcours d’achat dans lequel ils se trouvent et leur degré de familiarité avec la marque ou les différentes options de revêtement. A chaque phase du parcours client devait correspondre un concept créatif et adaptatif bien particulier, automatisé à partir d’un flux unique, constituant comme l’épine dorsale de la campagne. 
 
La campagne Dynamic Creative Optimised devait servir en quelque sorte de performance pipelinepermanent pour guider chacun à travers l’entonnoir de conversion, compte tenu des besoins individuels des personnes souhaitant un nouveau revêtement de sol, de celles intéressées par une catégorie spécifique ou des visiteurs du site web, quelque peu déboussolés par l’offre très vaste. 
 
Divers outils ont été utilisés pour maximiser le succès. On a notamment eu recours au Display & Video 360 en raison de ses possibilités de ciblage performantes et du vaste inventaire offert. On a par ailleurs mis sur pied une stratégie de ciblage détaillée incluant les firstet third party data. Les investissements ont fait l’objet d’un suivi attentif afin de pouvoir passer à tout moment d’un scénario à l’autre.
 
Le client a reçu la promesse d’obtenir des résultats de performance clairs et univoques. Pour ce faire, il fallait tout d’abord veiller à maintenir au plus bas le default rate lors du reciblage auprès des internautes en quête d’une solution spécifique : ce taux a diminué, de 52% à 38%. Ensuite, il fallait être attentif au nombre de visiteurs venus à partir de la bannière rich mediaet parcourant tout l’entonnoir de conversion : ce chiffre est passé de 33% à 51%. Le CTR global de la campagne a progressé quant à lui de 0,17% à 0,44% grâce à des améliorations apportées aux bannières. Ces dernières ont également donné d’excellents résultats en termes de prospection, avec un CTR jusqu’à 0,65%. 
 
Media Advertiser of the Year : Nathalie Rahbani (Telenet) 

Ce titre décerné à Nathalie Rahbani, Director Brand, Media & Communications chez Telenet vient couronner 12 mois au cours desquels Telenet a résolument changé de cap pour s’immiscer dans le quotidien des consommateurs. A l’aide d’idées surprenantes et de concepts originaux, le câblo-opérateur a décidé de placer littéralement ses produits dans la vie des utilisateurs. En envisageant les médias sous un autre angle, Rahbani et ses collaborateurs sont parvenus à mettre en œuvre des changements durables pour chaque type de produit : mobile, Internet, divertissement et packs combinés. Ainsi, l’approche "Ne manquez pas une seconde" et une campagne multicanal hyper réactive ont fait de Play Sports la référence en matière d’offre sportive. Côté divertissement, une campagne "Quote & Quiz" a été orchestrée pour mettre en avant la grande variété et qualité des programmes flamands. Pour les jeunes, l'entreprise a adopté une démarche cohérente partant du bas et axée sur le digital, notamment pour promouvoir la série en ligne en temps réel "WTFock", destinée aux ados. L’événement "Play Trailer Camp" devait quant à lui procurer une expérience autour des séries préférées des jeunes tout en secondant le lancement du nouveau Play. Par ailleurs, Telenet a misé sur le bon flow et le wifi optimal, en rapport étroit avec les besoins des clients à domicile et avec la pertinence de l’offre, plutôt que sur la technologie et les spécifications. Au chapitre mobile, l’entreprise a également choisi de ne pas participer à la course aux données, mais de favoriser un usage judicieux de celles-ci, sur un ton humoristique avec la campagne "Data Doggybag Man" pour Base. Enfin, cette même préoccupation de partir des besoins et attentes des consommateurs, ont inspiré à Telenet un travail de pionnier en matière de commercialisation de Targeted TV.
 
Media Personality : Thierry Geerts (Google) 

Country Director de Google, Thierry Geerts est désormais également un auteur à succès. Pour justifier son titre de Media Personality of the Year, le jury des AMMA évoque aussi « un visionnaire passionné qui a su élever le débat sur l’évolution et la mondialisation des médias au-delà des discussions sur les glissements de budgets ou querelles pour des parts de marché ». Evoquant son livre "Digitalis", il parle d'un "wake up call" qui propose de réinventer le monde dans lequel nous vivons… « Et cela s’applique bien sûr à notre secteur des médias, nous encourageant tous à prendre le bon virage, en osant aller plus loin plus vite, stimulant des projets ambitieux et inspirants », conclut le jury.
 
 

Archive / AWARDS