FERMER


Vous êtes à la recherche de quelque chose ?

Rechercher

Déjà un compte MM ?

Se connecter Mot de passe oublié ?

Vous avez oublié votre mot de passe ?



Envoyer votre mot de passe
FR NL

Vous êtes à la recherche de quelque chose ?


RECHERCHE AVANCÉE >

Pas encore membre MM ?

mm.be est un site freemium. Pour accéder aux contenus payants, vous devez créer votre compte et vous abonner à nos produits.
Créer un compte

Déjà un compte MM ?

Mot de passe oublié ?

Vous avez oublié votre mot de passe ?


Envoyer votre mot de passe
close

Vive les 30, 60 ou 90 secondes !, par Stéphane Abinet

Samedi 27 Juin 2015


Vive les 30, 60 ou 90 secondes !, par Stéphane Abinet
Ce vendredi matin, nous étions trois courageux et irréductibles belges, Michael Michiels, Eric Maerschalck et moi, dans l'immense salle Debussy du Palais des Festivals, à Cannes, pour ce que nous pensions être quelques heures de plaisir à visionner la shortlist film. Chaque année, la désaffection des publicitaires est de plus en plus grande. Heureusement, un japonais nous a rejoints. Nous aurions pu faire une belotte et nous aurions dû en faire une, car nous nous sommes farcis en 2h30 de projection une dizaine de films tous les plus mielleux les uns que les autres et deux films Internet. Le premier, de 50 minutes, où il ne se passe absolument rien entre deux personnages qui attendent une connexion internet dans les années 90, et le second de plus d'une heure où deux personnages sont avachis dans leur fauteuil et évitent de faire le moindre geste de peur de perdre des points sur leur bracelet intelligent qui démontre leur inactivité.

Nous avons eu le temps, Eric et moi, d'aller fumer une clope, de passer boire un café en salle de presse, de refumer une clope… et le film n'était toujours pas fini. Dans la salle, les rares spectateurs surfaient sur leurs tablettes, entraient et repartaient aussitôt. Alors, de qui se moque-t-on ? Croyons-nous que les internautes soient restés scotchés à leur écran pendant tout ce temps ? Même si l'idée du bracelet mesurant l'inactivité peut paraître pertinente pour une marque de pyjamas, mérite-t-elle une shortlist ? Même si c'est une shortlist, pourquoi passer ce film dans son entier et dégoûter les gens à rester dans la salle ? Pendant des années, les publicitaires se sont plaints du formatage des films à 30, 60 ou 90 secondes. Maintenant qu'ils sont libres, ils nous servent des films mielleux sans idée, une espèce de stratégie filmée et des films qui font fuir les internautes.
 
Avant, la shortlist était rythmée par des films avec de vraies idées, de vraies histoires qui nous émouvaient, qui nous faisaient rire, qui avaient de l'impact et surtout une prouesse dans l'écriture et la réalisation pour rentrer dans ces formats imposés. Alors, mesdemoiselles, mesdames, messieurs les publicitaires, même si votre idée vous paraît pertinente, n'oubliez pas que le spectateur, que ce soit sur Internet, au cinéma ou à la télévision, se fout complètement de votre spot, sauf si celui-ci se visionne, se re-visionne et se re-re-visionne avec de plus en plus de plaisir. 



ARCHIVE / CANNES LIONS 2015

JOBS


INTERVIEW

Vivian Schiller (Weber Shandwick) : De nos jours, le vrai ou le faux est plus une question d'émotions que de faits  

Vivian Schiller (Weber Shandwick) : De nos jours, le vrai ou le faux est plus une question d'émotions que de faits  



DOSSIER  



Les nombreux défis de l'ethnomarketing  


La population belge compte de plus en plus de personnes d’origine non occidentale. Une évolution qui n’a pas manqué d’attirer l’attention des entreprises et responsables marketing, comme en...


en savoir plus
Member only
Connectez-vous pour accéder à ce dossier


Les médias peuvent-ils s'inspirer de l'industrie du X?  


Le digital a donné des ailes au business du "divertissement pour adulte". Les techniques d'affiliate marketing, les vidéos 360°, la réalité augmentée et virtuelle, l'IoT n'ont plus de secret pour...


en savoir plus
Member only
Connectez-vous pour accéder à ce dossier


Les sociétés d'audit à la conquête de la pub   


Ces dernières années, les Big Five n’hésitent pas à ouvrir leur bourse pour racheter toutes sortes d’agences digitales, créatives et de design de services sur les grands marchés. Les Deloitte...


en savoir plus
Member only
Connectez-vous pour accéder à ce dossier