Nl
Close

MEDIA TALKS

Tendre un miroir au public, par Jacques Sys (Rédacteur en chef, Sport/Foot Magazine)

Dimanche 26 Janvier 2020

Tendre un miroir au public, par Jacques Sys (Rédacteur en chef, Sport/Foot Magazine)

Le sport est un reflet de notre société. On y retrouve tout ce qui fait notre quotidien. Tout ce que l’homme a en lui de bon et de mauvais y est présent au centuple. L’amitié et la loyauté, la cupidité et la trahison, la jubilation du vainqueur et la tragédie du perdant... Le sport regorge de tous ces ingrédients dont les journalistes font leur beurre. 

Plus que toute autre réalité sociale, le sport bouillonne d’émotions. Au point de devenir un obstacle à la pensée rationnelle. Entre l’adulation et le mépris, la frontière est parfois mince. L’opinion publique est ballottée par les sentiments les plus contradictoires. Partout il est question de sport, dans des propos qui pèchent souvent par leur manque de nuances. Les mêmes personnes qui se réjouissaient de voir arriver Vincent Kompany à Anderlecht le taxent un peu plus tard de grosse déception de la saison de football en cours. Tout le monde dit ce qu’il pense, chacun défend son point de vue, les discussions et les polémiques font rage. C’est cela aussi, le sport. Mais dans cette jungle d’opinions et de jugements à l’emporte-pièce, le commun des mortels à bien du mal à s’orienter.

C’est précisément là que réside la mission d’un hebdomadaire tel que Sport/Foot Magazine : prendre du recul sur l’événement, fournir un éclairage, dévoiler l’envers du décor. Loin de slogans, des idées toutes faites et des commentaires superficiels. Au moyen de reportages solidement étayés et soigneusement ficelés, d’un décryptage de qualité, d’analyses équilibrées qui dépassent les réactions "à chaud". Les actualités sportives se succèdent à un rythme si effréné que les gens ne parviennent plus à suivre et que l’on ne prend pas le temps de la réflexion.

La vocation et le défi d’un magazine sportif ne se limitent pas à livrer un compte rendu des exploits accomplis par les athlètes, mais consistent aussi à tendre un miroir au public. C’est en agissant de la sorte que l’on peut contribuer à un monde sportif plus stable et moins opportuniste. Et que l’on peut engager avec les lecteurs une relation à long terme basée sur la confiance, le respect et la passion du sport.