FERMER


Vous êtes à la recherche de quelque chose ?

Rechercher

Déjà un compte MM ?

Se connecter Mot de passe oublié ?

Encodez votre e-mail ci-après et recevez un lien pour créer votre mot de passe.



Envoyer votre mot de passe
FR NL

Vous êtes à la recherche de quelque chose ?


RECHERCHE AVANCÉE >

Pas encore membre MM ?

mm.be est un site freemium. Pour accéder aux contenus payants, vous devez créer votre compte et vous abonner à nos produits.
Créer un compte

Déjà un compte MM ?

Mot de passe oublié ?

Encodez votre e-mail ci-après et recevez un lien pour créer votre mot de passe.


Envoyer votre mot de passe
close

Thierry Brynaert : « Avec Wavemaker Consulting, nous embrassons quatre métiers qui constituent le socle des "consultagencies" »

Vendredi 18 Janvier 2019


Thierry Brynaert : « Avec Wavemaker Consulting, nous embrassons quatre métiers qui constituent le socle des
Wavemaker Belgium souffle sa première bougie avec la mise sur orbite d'une nouvelle division Consulting en Voice, AI, Data et Behavioural Sciences. Pilotée par Damien D'Ostuni (Innovation & Activation Expert) et Florian Linclau (Analytics & Insight Expert), Wavemaker Consulting s'entourera de plusieurs partenaires spécialisés dans ces matières, dont Acapela, Agilytic, Fourcast et l'ULB. 
 
Rencontre avec Thierry Brynaert, CEO de Wavemaker Belgium. 
 
Pouvez-vous tout d'abord nous expliquer le pourquoi et le comment de cette offre ?
 

Ce dont nous nous rendons compte c'est que les grands groupes de consulting - Deloitte, Accenture, etc. - marchent de plus en plus sur nos plates-bandes.  La majorité de mes confrères disent que c'est une vraie concurrence et une menace, là où j'ai plutôt tendance à considérer qu'il s'agit d'une réelle opportunité. Le fait qu'ils empiètent sur notre terrain va nous permettre d'accéder à un nouveau business model calqué sur la manière dont ces consultants sont rémunérés car, eux à l'inverse, ne travailleront jamais sur base d'un pourcentage sur le volume… Raison pour laquelle, nous mettons de plus en plus en place des modèles lié à un "staff plan" dans lequel chaque heure prestée doit être rémunérée ; c'est le cas pour l'offre que nous lançons avec Wavemaker Consulting.
 
Cette offre s'articule autour de quatre segments d'annonceurs - starters, educated, advanced et pioneers -, et ce sur quatre branches d'activité. La première, et la plus pertinente si l'on se base sur les pitches auxquels nous avons participé ces derniers temps, c'est le voice marketing. Viennent ensuite l'intelligence artificielle - un domaine dans lequel nous avons acquis une réelle légitimité -, la data science et les behavioural sciences.
 
Ces quatre métiers constituent selon nous le socle des nouvelles "consultagencies", parlant des agences qui évoluent de plus en plus vers les modèles du consulting. C'est sans doute le futur de notre métier. 
 
Pourquoi opérez-vous cette segmentation ?
 
Tout simplement parce que nous nous sommes rendu compte que tous les annonceurs n'ont pas les mêmes besoins et, surtout, le même niveau de maturité sur ces quatre branches d'activité. Lesquelles correspondent elles-mêmes à 20 types de services, selon un listing que nous avons établi. Par exemple, le voice se décompose en voice education, en search voice marketing, en création de skills/apps et en création de voix… Ce sont les quatre packages "voice" que Wavemaker Consulting met à la disposition des annonceurs. 
 
Qu'en est-il de l'intelligence artificielle ?
 
Cette branche est beaucoup plus vaste puisqu'en la matière, nous proposons pas moins de 12 services différents, allant de l'éducation aux "cloud solutions", qui sont de plus en importantes, en passant par la création d'une feuille de route, les solutions liées à l'IA et un programme de "start-up scouting". 
 
Corolaire de l'IA, vous parlez aussi beaucoup de data science depuis 18 mois, mais en quoi cette expertise diffère-t-elle de ce que font les stratèges et les responsables de la recherche dans les agences ? 
 

Les data scientists vont beaucoup plus loin. Dans le média, nous captons énormément de données qui sont tantôt observées, tantôt déclarées… Là où la data science englobe toutes les données qui sont collectées d'une manière ou d'une autre indépendamment des donnés comportementales (données clients, CRM, churn… ) permettant la création d’algorithmes puissants. Cette offre englobe également les processus d'automatisation, la data visualisation, le dynamic pricing, etc. Pour ce faire, outre nos propres équipes spécialisées à l'interne, nous collaborons avec notre partenaire Agilytic, qui compte dans ses rangs 13 data scientists.
 
Que recouvrent précisément les behavioural sciences ?
 
Les gens sont de plus en plus connectés, on parle de plus en plus de "l'humain augmenté" par analogie avec la réalité augmentée… Toutes les marques qui offrent des produits et services connectés, vont devenir propriétaires de données comportementales. C'est là où nous pouvons intervenir en tant qu'experts de la communication : la connaissance des comportements nous permet de créer en amont les stimuli qui vont influencer le consommateur. En gros, il s'agit de préparer le terrain en vue de nouveaux touchpoints ou de nouveaux modes de communication qui ne sont pas encore considérés par les annonceurs. 
 
Le département behavioural que nous mettons à disposition de nos clients a d'abord pour but d'évangéliser le marché à ces compétences, mais nous avons aussi tissé un réseau de partenaires qui nous permet dès à présent de développer des business cases ou des "preuves de concept" voire des solutions opérationnelles pour capter ces données comportementales. Pour autant, il s'agit clairement d'un investissement à quatre ou cinq ans. 
 
Les agences doivent se transformer et, selon moi, embrasser les nouveaux métiers dont nous venons de parler tout en assurant l’excellence sur leur métier de base. Mais tout cela nécessite d'avoir des talents rodés à l'intelligence artificielle, au cloud, à la data science, etc. C'est dans ces domaines que nous investissons et que nous formons nos équipes.



ARCHIVE / AGENCIES - MEDIA






INTERVIEW

Vicky Willems et Jean-Marie Margrève (Strategie): « Quand le coeur donne la direction, la tête suit tout naturellement »

Vicky Willems et Jean-Marie Margrève (Strategie): « Quand le coeur donne la direction, la tête suit tout naturellement »



DOSSIER  



Merit Awards 2019 : les lauréats et les finalistes   


Cette année, aux côtés de la rédaction de MM et sous la présidence de Mieke Debeerts (Chief Customer Experience & Marketing Communications Officer, Belfius), le jury des Merit Awards 2019 a...


en savoir plus
Member only
Connectez-vous pour accéder à ce dossier


Pour s'affranchir des stéréotypes publicitaires  


Ces dernières années, de nouvelles dynamiques publicitaires émergent en miroir de la société. Initiées notamment par des groupes comme Unilever et P&G, elles contribuent à montrer les différentes...


en savoir plus
Member only
Connectez-vous pour accéder à ce dossier


BTOB Awards 2018 : Les campagnes en or et la marque média de l'année  


Le grand vainqueur de l'édition 2018 des BTOB Awards est LDV United qui remporte trois Gold sur les quatre décernés, et un Silver avec ses campagnes "Dare to sponsor" pour Special Olympics et...


en savoir plus
Member only
Connectez-vous pour accéder à ce dossier