Nl
Close

AGENCIES

Nouveau : Le pitch de trois jours, par Bart Gielen (Creative Director, Bonka Circus)

Vendredi 13 Novembre 2020

Nouveau : Le pitch de trois jours, par Bart Gielen (Creative Director, Bonka Circus)

Appelez cela un pitch, un appel d’offres, une adjudication ou encore une compétition : ces différentes procédures de sélection ont généralement en commun d’exiger un investissement important de la part des agences. Et je ne veux pas parler ici des six pizzas ou, pour ma part, des sushis à commander pour la veille de l’échéance. Mais bien des six collaborateurs qui s’y attellent corps et âme et à plein temps pendant quatre semaines, sacrifiant aussi – désolé, chérie – trois week-ends. En tout cas, il s’agit d’une formidable injection d’adrénaline qui favorise le développement personnel et l’esprit d’équipe. Et ce, quel que soit le résultat final. Il n’empêche que, à mon avis, sept des huit propriétaires des agences participantes préféreraient consacrer leur argent et leur temps à autre chose.
 
Un article d’opinion publié dans De Tijd par Johan Vandepoel, CEO de l’ACC, révèle ainsi que les pitches font perdre pas moins de 15 millions d’euros en heures aux 20 principales agences de communication en Belgique. Soit environ 51% de leur marge bénéficiaire totale. Un temps qui aurait pu être consacré aux clients, aux formations, voire à une grande activité de team-building sous forme de méga-vidéoconférence. Ou plutôt d’un séjour de ski dans le nord de l’Italie si on me donnait le choix. Dans le plus strict respect des règles de distanciation sociale, bien entendu.
 
Récemment, j’ai eu le plaisir de pouvoir expérimenter une nouvelle formule : le pitch de trois jours. Les Éditions Averbode nous ont contactés pour savoir « si cela nous intéresserait de concourir pour leur budget de communication ». Oui, trois fois oui ! Première étape : un chemistry meeting par vidéoconférence, sorte d’entretien exploratoire débouchant sur une première sélection. En soi, rien d’original, mais c’est toujours une bonne façon de procéder. Le but : voir dans quelle mesure nous sommes prêts à relever les défis auxquels la maison d’édition doit faire face, pour ensuite venir prendre une bière ensemble, ou plutôt une limonade au gingembre de la maison. Deux fois bingo, car pour Bonka Circus, la limonade au gingembre est toujours un argument de poids pour décider d’un déplacement. D’autre part, la mission spécifique des Éditions Averbode est plus pertinente que jamais en ces temps où la société est appelée à se réinventer. Car quoi de plus important que l’éducation ? C’est en dotant les enfants et les ados d’un solide bagage qu’on leur permet de s’épanouir et de construire plus tard un monde meilleur. 
 
Après cet appel préliminaire, nous recevons lundi après-midi un e-mail contenant trois questions. Nous avons jusqu’à jeudi 16h pour y répondre. Bref, trois jours pour trois questions. L’équipe Averbode est formée en moins de deux et formule au cours de la première journée pas moins de 14 contre-questions. Comme nous tenons à livrer du bon boulot et sommes persuadés des vertus de la cocréation, nous nous décidons à les envoyer par courriel. Nous recevons une réponse affable, où l’on nous précise toutefois « que personne ne peut obtenir d’informations supplémentaires ». 
 
Il nous reste encore 48h pour mener à bien la mission par Zoom. Chaque bureau dispose des mêmes cartes. Et chaque agence aura probablement fait livrer des sushis et des pizzas au domicile de ses collaborateurs pendant ce pitch. Parce que ces compétitions restent une course contre la montre. Mais nous avons réussi cette fois-ci à passer la ligne d’arrivée le jeudi à 15h58. Soit juste un peu moins de trois jours plus tard. 
 
Exactement le temps qu’il aura fallu à Averbode pour analyser et percer à jour l’organisation, la méthodologie et la capacité créative des agences participantes. Histoire de choisir le partenaire répondant le mieux à ses attentes sur le plan des relations et des contenus. 
 
Il nous faut ensuite attendre la session de feedback, solidement étayée, pour savoir si nous avons gagné. 
 
Tout pitch implique de se donner à fond, sinon cela ne vaut pas la peine d’y participer. Mais nous avons été ravis de constater que cela pouvait se dérouler dans un climat aussi respectueux. Pas besoin de mobiliser entièrement une partie de l’agence et de négliger ainsi nos autres clients. Chapeau aux Éditions Averbode de proposer cette approche originale !
 
Vous voulez savoir si nous avons remporté le budget ? Eh bien oui, hourra ! Mais ce n’est pas ce qui importe ici. Un échec ne m’aurait pas dissuadé d’écrire ce billet. Car ce "pitch de trois jours" est vraiment un exemple à suivre.

Archive / AGENCIES