FERMER


Vous êtes à la recherche de quelque chose ?

Rechercher

Déjà un compte MM ?

Se connecter Mot de passe oublié ?

Encodez votre e-mail ci-après et recevez un lien pour créer votre mot de passe.



Envoyer votre mot de passe
FR NL

Vous êtes à la recherche de quelque chose ?


RECHERCHE AVANCÉE >

Pas encore membre MM ?

mm.be est un site freemium. Pour accéder aux contenus payants, vous devez créer votre compte et vous abonner à nos produits.
Créer un compte

Déjà un compte MM ?

Mot de passe oublié ?

Encodez votre e-mail ci-après et recevez un lien pour créer votre mot de passe.


Envoyer votre mot de passe
close

Les réactions de l'UBA et de l'ACC au projet d'interdiction de la publicité pour l'alcool

Jeudi 14 Juin 2018


Les réactions de l'UBA et de l'ACC au projet d'interdiction de la publicité pour l'alcool
Suite à l’avis émis par le Conseil supérieur de la santé sur les risques liés à la consommation d’alcool, et plus particulièrement à sa recommandation d’interdire complètement la publicité et le sponsoring en rapport avec l’alcool, nous avons recueilli les réactions de l’UBA et de l’ACC. 

« La menace d’interdiction de la publicité pour différents produits et services est un phénomène récurrent. La même demande a déjà été formulée pour toutes sortes de produits alimentaires, les limonades, le secteur automobile, etc. Il va sans dire que cela a des consonances très populistes. En même temps, c’est de l’hypocrisie pure et simple », estime tout d’abord Chris Van Roey, CEO de l’UBA. 

« En tant qu’association d’annonceurs qui plaide pour une communication durable, nous réclamons avant tout le droit de communiquer librement sur les produits et services qui sont commercialisés légalement en Belgique », ajoute-t-il. « Par ailleurs, nous participons aux efforts d’autorégulation par le biais du Conseil de la Publicité et du JEP pour faire en sorte que cette communication soit menée d’une manière socialement responsable. Pour le secteur de l’alcool, le code Arnoldus a été élaboré à cet effet. Les entreprises qui ne respectent pas ce code sont rappelées à l’ordre et leur publicité est immédiatement proscrite par les médias. »

« Si notre société remet fondamentalement en cause l’usage de certains produits et services, nous devons faire preuve de cohérence et en interdire tout bonnement la commercialisation, et pas uniquement la publicité », ajoute Van Roey. « Tant que ces produits et services restent autorisés à la vente, il va de soi que les entreprises ont aussi le droit de communiquer sur eux d’une façon socialement responsable. Bref, il faut interdire d’interdire la publicité. »

Johan Vandepoel, CEO de l’ACC, abonde dans le même sens : « Si l’on interdit toute publicité pour des produits qui procurent du plaisir aux gens et qui sont utilisés de façon abusive par une minorité ou encore qui risquent de nuire à l’image que certaines personnes ont d’elles-mêmes, il ne restera bientôt que très peu de produits pour lesquels la publicité sera encore autorisée. » 

« Le gouvernement fédéral ne manquera pas d’ailleurs de constater que la publicité ne se confine plus depuis longtemps aux frontières nationales », souligne-t-il également. « Ce serait porter un coup fatal à notre industrie locale que d’interdire la publicité en Belgique, alors que celle-ci continuerait à avoir cours dans les pays voisins. Par conséquent, nous sommes d’avis que cette question doit être discutée au niveau européen avec l’ensemble des parties concernées et que les décisions doivent se baser sur un vaste consensus. »



ARCHIVE / BRANDS - STRATEGY






INTERVIEW

Bruno Pfalzgraf (Famous Clothes) : « Aujourd'hui, Cameleon, c'est 1,5 million de pièces vendues par an et 120.000 clients actifs qui font au moins une transaction par saison »

Bruno Pfalzgraf (Famous Clothes) : « Aujourd'hui, Cameleon, c'est 1,5 million de pièces vendues par an et 120.000 clients actifs qui font au moins une transaction par saison »



DOSSIER  



BTOB Awards 2018 : Les campagnes en or et la marque média de l'année  


Le grand vainqueur de l'édition 2018 des BTOB Awards est LDV United qui remporte trois Gold sur les quatre décernés, et un Silver avec ses campagnes "Dare to sponsor" pour Special Olympics et...


en savoir plus
Member only
Connectez-vous pour accéder à ce dossier


Mixx 2018 : les campagnes en or  


Parmi les 133 campagnes inscrites à l'édition 2018 des Mixx Awards de BAM, les jurys présidés par Christine Jean (AG), Sonja Klein (OMG), Wim Decraene (Frucon) et Alex Thoré (Magis.company) ont...


en savoir plus
Member only
Connectez-vous pour accéder à ce dossier


Re-evaluating Media : de l'impact perçu et réel des médias  


Au début de cette année, Radiocenter, l’organisme de marketing des stations britanniques qui promeut la radio en tant que média commercial, a chargé Ebiquity d'étudier les rapports de force des...


en savoir plus
Member only
Connectez-vous pour accéder à ce dossier