FERMER


Vous êtes à la recherche de quelque chose ?

Rechercher

Déjà un compte MM ?

Se connecter Mot de passe oublié ?

Encodez votre e-mail ci-après et recevez un lien pour créer votre mot de passe.



Envoyer votre mot de passe
FR NL

Vous êtes à la recherche de quelque chose ?


RECHERCHE AVANCÉE >

Pas encore membre MM ?

mm.be est un site freemium. Pour accéder aux contenus payants, vous devez créer votre compte et vous abonner à nos produits.
Créer un compte

Déjà un compte MM ?

Mot de passe oublié ?

Encodez votre e-mail ci-après et recevez un lien pour créer votre mot de passe.


Envoyer votre mot de passe
close

WPP : Une page se tourne après le départ de Martin Sorrell

Dimanche 15 Avril 2018


WPP : Une page se tourne après le départ de Martin Sorrell
Moins de deux semaines après des accusations de comportement inapproprié relatif à l'utilisation d'actifs de l'entreprise, Sir Martin Sorrell, CEO de WPP, a présenté sa démission avec effet immédiat. D’ici la nomination de son successeur, c’est un triumvirat qui sera aux commandes : Roberto Quarta (Chairman de WPP) assurera l’intérim en tant qu’Executive Chairman, aux côtés de Mark Read (CEO de Wunderman et de WPP Digital) et d’Andrew Scott (Corporate Development Director et COO Europe de WPP), en tant que co-COO’s.

Le communiqué de WPP indique que Sorrell sera disponible pour assurer la transition et que son départ sera placé sous le signe de sa retraite (on parle de ses indemnités de départ). Le même communiqué ajoute que l'enquête interne était achevée et que les allégations ne concernaient pas "des montants importants".
 
Agé de 73 ans dont 33 à la tête du groupe qu’il avait fondé, Martin Sorrell a déclaré qu’il quittait ses fonctions dans l’intérêt de l’entreprise, qu’il laissait en de bonnes mains, citant nommément Mark Read et Andrew Scott, candidats potentiels à sa succession. 

« Un odieux barbare qui n'a jamais écrit une annonce de sa vie »
 
Né en 1945, le jour de la Saint-Valentin, celui qui fut tour à tour qualifié « d'odieux barbare, qui n'a jamais écrire une annonce de sa vie » (dixit David Ogilvy) et de "publicitaire le plus célèbre de la planète", a commencé sa carrière chez l'agent sportif Mark McCormack. Sorrell fait ensuite ses premiers pas dans la pub chez Saatchi & Saatchi. CFO de l'agence de 1977 à 1984, il était alors considéré comme "le troisième frère Saatchi". C'est lui qui pilota dans l’ombre, les nombreuses acquisitions en Grande-Bretagne et aux Etats-Unis opérées par Charles et Maurice Saatchi à cette époque, à coups d'OPA et en affinant la pratique du "earn-out".
 
Mais Martin Sorrell a d’autres ambitions. En 1985, il investit dans une petite entreprise britannique spécialisée dans la fabrication de paniers pour supermarchés, Wire and Plastic Products, pour en faire le véhicule de développement du groupe dont il rêve. Deux ans plus tard, la holding devient WPP Group et Sorrell, son CEO.
 
A partir de là, le développement du groupe s'accélère, à coups d'OPA hostiles dont Sorrell a le secret. Ses premières cibles seront JWT en 1987 et Ogilvy en 1989. Entre-temps, le groupe est coté sur le Nasdaq à New York. Début des années 1990, WPP devient numéro un mondial, dépassant ses rivaux Omnicom et Interpublic. 1997 verra l’introduction d’un programme de stock options pour les collaborateurs du groupe.

A l'aube de l'an 2000, l'année où Sorrell est fait chevalier par la reine d'Angleterre, WPP met la main sur l'américain Young&Rubicam pour $5,7 milliards. Une opération alors considérée comme la plus grande OPA de l'histoire de la pub. Le groupe Cordiant (Bates) est repris en 2003 et en 2005, Grey tombe à son tour dans l'escarcelle de Sorrell et WPP. C’est ensuite au tour de l’institut TNS, qui sera arrimé à Kantar en 2008 et deviendra numéro deux mondial du secteur.

Plus près de chez nous, la dernière acquisition en date de WPP date de 2016 : Famous, devenue aujourd’hui FamousGrey.
 
Ces dernières années, le niveau élevé des rémunérations de Sorrell (quelque 80 millions d’euros en 2015) avait suscité à plusieurs reprises la grogne des actionnaires, qui lui reprochaient également un manque de lisibilité dans la structure du groupe. A tel point que plusieurs analystes estiment que Sorrell est aujourd'hui le seul à s'y retrouver. Certains allant même jusqu'à prédire que WPP ne survivra pas au départ de son fondateur… Ce qui laisse perplexe.
 
Quoi qu'il en soit, dans un contexte difficile pour le secteur et après une année 2017 comme WPP n’en avait plus connue depuis la crise financière de 2008, avec un bénéfice opérationnel (£1,9 milliard) en recul de 7,5%, le paquebot britannique va désormais devoir s'atteler à la succession de son capitaine. 
 
Dès la semaine dernière, des noms circulaient. Au petit jeu des pronostics dont les bookmakers britanniques sont friands, outre Mark Read dont nous vous avons récemment proposé l'interview, sont notamment mises en avant deux femmes : Karen Blackett, récemment nommée Country Manager de WPP au Royaume-Uni, et surtout, Lindsay Pattison, Chief Transformation Officer depuis la fin de l'année dernière. D'autres noms, extérieurs au groupe, ont aussi été cités : Adam Crozier, un ancien de Saatchi qui a notamment dirigé ITV, et Steve Parish, ex patron de TAG Worldwide et président du club de foot Crystal Palace.
 



ARCHIVE / AGENCIES - COMMUNICATION






INTERVIEW

Brice Le Blévennec (Emakina Group) :

Brice Le Blévennec (Emakina Group) : "L'essentiel désormais, c'est la conception de User eXperiences élégantes"



DOSSIER  



Cinq enjeux majeurs pour le Retail  


Les temps changent. Et ces changements frappent de plein fouet le commerce de détail. La digitalisation et l’élargissement d’échelle provoqué par une grande vague de consolidation ont entièrement...


en savoir plus
Member only
Connectez-vous pour accéder à ce dossier


Creative Belgium Awards 2018 : le Grand Prix et les 13 campagnes en or  


A l'instar de l'édition 2017, une seule campagne a été couronnée d'un Grand Prix cette année aux Creative Belgium Awards : "Closer than you think" pour Child Focus dans la compétition Media...


en savoir plus
Member only
Connectez-vous pour accéder à ce dossier


AMMA 2018 : les cases en or  


C'est donc Mindshare qui décroche le titre d'Agence de l'année aux AMMA. L'agence drivée par Gino Baeck (photo) repart également avec le Gold en Best Use of Native & Content pour "Open Kitchen"...


en savoir plus
Member only
Connectez-vous pour accéder à ce dossier