FERMER


Vous êtes à la recherche de quelque chose ?

Rechercher

Déjà un compte MM ?

Se connecter Mot de passe oublié ?

Encodez votre e-mail ci-après et recevez un lien pour créer votre mot de passe.



Envoyer votre mot de passe
FR NL

Vous êtes à la recherche de quelque chose ?


RECHERCHE AVANCÉE >

Pas encore membre MM ?

mm.be est un site freemium. Pour accéder aux contenus payants, vous devez créer votre compte et vous abonner à nos produits.
Créer un compte

Déjà un compte MM ?

Mot de passe oublié ?

Encodez votre e-mail ci-après et recevez un lien pour créer votre mot de passe.


Envoyer votre mot de passe
close

Jason Romeyko (Serviceplan): "Ce sont les consommateurs qui font les marques, via leurs conversations"

Dimanche 25 Juin 2017


Jason Romeyko (Serviceplan):
Jason Romeyko, qui avait rejoint le groupe fin 2016, est le nouveau Worldwide Executive Creative Director de Serviceplan Group. Auparavant, le créatif a passé 23 ans chez Saatchi & Saatchi… Nous l'avons rencontré aux Cannes Lions.
 
Vous avez une carrière assez impressionnante, couronnée de succès. Qu'est-ce qui fait encore courir Jason Romeyko ?
 

Ce qui me motive encore et toujours, c'est l'innovation dans la création, et comme c'est dans l'ADN de Serviceplan, je n'ai pas réfléchi longtemps avec de signer. Pour être honnête, il y a un an, je pensais sérieusement à quitter l'industrie publicitaire, parce que je ne m'y retrouvais plus. Et puis, j'ai rencontré Alexander Schill (Global CCO, ndlr), qui m'a séduit immédiatement parce que, justement, il est tout sauf un "cliché publicitaire". Il incarne ces cultures d'innovation et d'entreprenariat propres à Serviceplan, et cela m'a beaucoup plu. C'est quelque chose qu'on ne trouve dans aucun autre réseau, où tout est généralement lourd et lent… Par ailleurs, ce concept de House of Communication, qui fait l'originalité et le succès de Serviceplan, me motive énormément. Actuellement, le groupe compte plus de 30 agences dans le monde, et avoir l'opportunité de pouvoir collaborer avec chacun d'eux est une grande chance et un beau défi.
 
Vous a-t-on confié une ou des missions en particulier ?
 
Ma mission prioritaire est évidemment de poursuivre le travail entamé par Alexander et Florian Haller (le CEO du groupe et fils du fondateur, ndlr), mais aussi d'améliorer le plus rapidement possible le niveau de toutes les agences, afin de créer une culture créative commune basée, je le répète, sur l'innovation. Et à tous les niveaux de la House of Communication - média, RP, design, etc. Faire en sorte qu'il y ait encore davantage de magie entre toutes ces spécialités qui font la spécificité et le force de Serviceplan, parce que contrairement à la concurrence, elles cohabitent toutes sous le même toit. Enfin, j'ai également le devoir de remporter des prix, dont des Effies…
 
Ma mission est également de faire en sorte que l'on parle des marques de nos clients. Pour moi, la globalisation, ce n'est pas de diffuser la même idée dans chaque pays, mais plutôt de réaliser quelque chose, dont tout le monde a envie de parler. C'est d'ailleurs mon critère de sélection dans une review créative. A chaque fois, je me demande si les journalistes du NY Times consacreraient leur Une à cette idée… Si un journaliste trouve quelque chose de suffisamment intéressant pour la raconter, alors c'est forcément bon. Trop souvent, nous réalisons des choses, dont on ne parle qu'entre publicitaires, notamment aux Cannes Lions. C'est nul. Ce qui m'intéresse par-dessus tout, c'est de faire des choses qui font réagir les gens. Des choses qu'ils ont envie de raconter à ceux qui ne les ont pas vues et qu'ils auront envie de rechercher sur Internet pour les voir également de leurs propres yeux… Ce ne sont pas les agences, ni les marketers qui font les marques, mais les consommateurs via leurs conversations. C'est notre mission de faire en sorte qu'ils aient envie de parler de notre travail.
 
Serviceplan est présent en Belgique depuis quelques années, mais a du mal à asseoir sa notoriété, notamment à cause de son nom, un peu trop à contre-courant dans le secteur...
 
Le nom n'est pas le problème. Dans chaque pays, le plus grand problème de chacun doit être de réaliser du boulot d'exception. Il n'y a que comme cela qu'on se fait un nom. J'étais à Bruxelles il y a trois semaines et j'y ai rencontré une équipe dynamique et motivée, qui a travaillé très dur ces dernières années. Ce n'est que comme cela qu'ils arriveront à s'imposer sur le marché belge, mais aussi au niveau international. Enfin, je suis ravi de l'arrivée à la tête de la création de Merel Van den Broeck et Naïm Baddich (les nouveaux CD de l'agence belge, ndlr.). J'ai eu l'occasion de les rencontrer et ils sont vraiment top ! Pour l'antenne belge, cela signifie un nouvelle étape… J'ai hâte de travailler avec eux.



ARCHIVE / AGENCIES - COMMUNICATION






INTERVIEW

Peter Van de Graveele (Serviceplan) : « Le dernier touchpoint est le plus important »

Peter Van de Graveele (Serviceplan) : « Le dernier touchpoint est le plus important »



DOSSIER  



Merit Awards 2019 : les lauréats et les finalistes   


Cette année, aux côtés de la rédaction de MM et sous la présidence de Mieke Debeerts (Chief Customer Experience & Marketing Communications Officer, Belfius), le jury des Merit Awards 2019 a...


en savoir plus
Member only
Connectez-vous pour accéder à ce dossier


Pour s'affranchir des stéréotypes publicitaires  


Ces dernières années, de nouvelles dynamiques publicitaires émergent en miroir de la société. Initiées notamment par des groupes comme Unilever et P&G, elles contribuent à montrer les différentes...


en savoir plus
Member only
Connectez-vous pour accéder à ce dossier


BTOB Awards 2018 : Les campagnes en or et la marque média de l'année  


Le grand vainqueur de l'édition 2018 des BTOB Awards est LDV United qui remporte trois Gold sur les quatre décernés, et un Silver avec ses campagnes "Dare to sponsor" pour Special Olympics et...


en savoir plus
Member only
Connectez-vous pour accéder à ce dossier