Nl
Close

Campaigns

Happiness finance un mur pour la bonne cause

Dimanche 10 Mars 2019

Happiness finance un mur pour la bonne cause

La COTW est à la fois une self promo et une campagne, ou plus précisément des campagnes de récolte de fonds pour des bonnes causes en devenir. Le tout est à mettre au crédit de Happiness Brussels, à qui, une fois n'est pas coutume, nous souhaitons une proactivité payante.

Ce dimanche, Happiness Brussels a mis en ligne la plateforme HumanityWall.media, sur laquelle les visiteurs trouveront un outil à destination des éditeurs de contenu en ligne, à commencer par les sites d'information… « L'idée est venue à Pieter Claeys et Roxane Schneider (aujourd’hui chez TBWA, ndlr), après la lecture d’un article sur un "paywall" qu'il n'ont pas pu lire », développe l'ECD de l'heureuse agence, Geoffrey Hantson. « En bons créatifs, ils ont vu dans cet outil, a priori rébarbatif, une belle opportunité non seulement pour les sites web concernés, mais aussi et surtout, pour les ONG et autres organisations à vocation humanitaire. »
 
Avant d'aller plus loin, il est utile de rappeler ce qu'est un "paywall". Un "mur de monétisation" est un système qui permet de bloquer l'accès au contenu d'une plateforme en ligne, à l'aide d'un système de paiement. Pour aller plus loin, et avoir accès au contenu convoité, le visiteur doit donc s'acquitter d'un droit de passage… Autrement dit, pour les éditeurs de contenu en ligne, un "paywall" est en quelque sorte une machine de récolte de fonds, généralement salvateurs (également).
 
D'où l'idée des très talentueux créatifs précités, de détourner ces fonds au profit de victimes de guerre, de catastrophes naturelles, de crises humanitaires, etc. « Le Humanity Wall est un outil que les sites d'information peuvent déclencher en cas de catastrophe humanitaire », poursuit l'ECD. « Dans ce cas de figure, au lieu du traditionnel paywall, ils peuvent utiliser le Humanity Wall qui débloquera l'accès à l'article consacré à la catastrophe, mais dont le droit d'accès sera reversé à une ONG ou un organisation qui viendra en aide aux victimes et personnes sinistrées. »
 
Brillant ! Sincèrement, et objectivement, il n'y a pas d'autre mot. Pour l'heure, le Humanity Wall, dont la conception et le développement ont entièrement été pris en charge par Happiness, a déjà été adopté par HLN.be, qui l'utilise au profit du consortium 12-12, et GrenzEcho.net. Espérons que ces pionniers soient rapidement imités, et ce, aussi bien au niveau national qu'international, puisque, par définition, le Web ne connaît pas de frontières…
 
Le lancement du Humanity Wall est soutenu par une vidéo en ligne, qui explique son fonctionnement, avant d'inviter les éditeurs à s'inscrire pour implémenter le système à leurs propres plateformes. « Pour les groupes médias internationaux, nous pouvons également compter sur le soutien de FCB Global (le réseau auquel Happiness est liée, ndlr) et de IPG Mediabrands, qui contactent ces derniers en direct », conclut Geoffrey Hantson. « Nous aurions parfaitement pu utiliser le Humanity Wall comme idée de campagne pour un seul éditeur ou une ONG particulier. Je suis particulièrement fier que ce ne soit pas le cas, et que nous ayons plutôt mis le système gratuitement à disposition de toutes les parties concernées. » On en arriverait presque à guetter la prochaine catastrophe…


Assets :
Credits :
  • Client : Persgroep, Grenz l’Echo, 1212
  • CEO & Executive Creative Management : Karen Corrigan
  • Agency : HAPPINESS BRUSSELS
  • Account Director : Pascal Kemajou
  • CD : Geoffrey Hantson
  • CD : Katrien Bottez
  • Creation : Pieter Claeys
  • Creation : Roxane Schneider
  • Head of Design : Dries Lauwers
  • Design : Thomas Capelle, Tadeu Bossart
  • Motion : Remke Faber, Simon Schuurman
  • Head of Technology : Thomas Colliers
  • Producer : Bart Vande Maele
  • Digital Producer : Kris Van Wallendael
  • Web Development : Bliss
  • Music : Epidemic