FERMER


Vous êtes à la recherche de quelque chose ?

Rechercher

Déjà un compte MM ?

Se connecter Mot de passe oublié ?

Vous avez oublié votre mot de passe ?



Envoyer votre mot de passe
FR NL

Vous êtes à la recherche de quelque chose ?


RECHERCHE AVANCÉE >

Pas encore membre MM ?

mm.be est un site freemium. Pour accéder aux contenus payants, vous devez créer votre compte et vous abonner à nos produits.
Créer un compte

Déjà un compte MM ?

Mot de passe oublié ?

Vous avez oublié votre mot de passe ?


Envoyer votre mot de passe
close

Stage en altitude à Lourdes, par Kristof Janssens (Head of Strategy, LDV United)

Lundi 18 Août 2014


Stage en altitude à Lourdes, par Kristof Janssens (Head of Strategy, LDV United)
Non, il ne s’agit pas du lieu de pélerinage du sud de la France, mais bien du Lourdes de la disruption: la Silicon Valley. En compagnie d’une bonne vingtaine d’âmes animées par le même état d’esprit, j’ai eu le privilège de parcourir la Bay Area durant une semaine, à une vitesse de croisière. Jadis lieu de résidence de géants de la technologie comme Apple et Oracle, aujourd’hui épicentre de la disruption, où des modèles business confirmés sont balayés à la vitesse de l’éclair par des ‘hoodies’, de jeunes entrepreneurs atypiques. Je brûlais d’envie de découvrir si le terme ‘disruption’ était désigné à raison comme le buzzword de l’année 2014.
 
Au menu de notre agenda surchargé, mais costaud : Tesla, Stanford, Google, 23andMe, Singularity University, Paypal, Palantir, Qualcomm…
 
Kid. Candy store
 
C’est un peu comme si vous ingériez constamment un peu trop d'oxygène. Je peux vous l’assurer, si vous êtes exposé à cela pendant toute une semaine, il faut un certain temps avait que ce sentiment diffus sorte de votre tête. Cela doit ressembler à ce que ressentent les coureurs lors d’un stage en altitude.
 
Et après un tel voyage, vient toujours l’inévitable question : « Et alors, c’était comment là-bas ? « Raconte-nous ».
 
Bien, bon. Tu as une heure, ou plusieurs ?
 
Pas simple de faire une courte synthèse d’un tel paquet d’histoires, d’opinions, d’oppositions, de discussions animées et d’interrogations avec ou sans réponses, qui ensemble se sont traduites par trois cahiers pleins, 38 transcriptions sur Evernote, et quelques questions existentielles. Aujourd’hui, cela fait environ un mois. Je considère ce dont je peux encore me souvenir sans me relire, comme les principaux enseignements de ce voyage.
 
The shortcut society
 
Un fil rouge dans le récit. Les générations plus anciennes ont été conditionnées par le législateur, les gens qui imposent des règles et les intermédiaires. La génération actuelle, les ‘millenials’ éprouve à juste titre des difficultés avec cela.
Si apparaît quelqu’un qui propose une voie permettant d’éliminer toute forme de friction, alors vous pouvez être sûr qu'ils iront cette direction.
C’est souvent le point de départ de l’industrie disruptive : plus facilement, plus vite, moins cher,... Et si cela va à l’encontre des règles établies, eh bien ils s’en occupent plus tard, lorsqu’ils bénéficient d’une assise suffisamment importante.
 
L’optimisme est une obligation morale
 
Le philosophe austro-britannique Karl Popper a affirmé autrefois que l’avenir dépendait de ce que nous faisons. Nous en portons la responsabilité. Il est de notre devoir de nous battre ensemble pour un monde meilleur, et pas pour concevoir le mal. Une devise qu’appliquent aujourd’hui concrètement de nombreuses grandes entreprises et petites start-ups.
Que vous effectuiez une visite chez Tesla ou chez 23andMe, l’optimisme est omniprésent et contagieux. Ils veulent changer le monde, l’améliorer. Cela les transforme.
 
Même lorsque leurs plans sont injustement contrariés par les autorités ou un lobby protectionniste, ils ne jettent pas l’éponge. Au contraire, cela les motive pour lutter avec encore plus d’ardeur.
 
Les grands problèmes sont plus faciles à résoudre que les petits
 
Un ‘Googleisme’. Larry Page, l’un des leaders de Google et visionnaire full-time, est convaincu qu’il est plus facile de s’attaquer aux grands problèmes qu’aux petits. Pas tellement parce que l’énoncé du problème est plus clair, mais parce ce sont les personnes les plus intelligentes qui s’y attellent. C’est pour cette raison que Larry a donné naissance au L-Team, un petit club d’initiés qui jouent ensemble à ‘10X’, un jeu remarquable aux règles simples. Choisissez n’importe quelle entreprise et imaginez un produit 10 fois meilleur.
 
C’est bien d’être paranoïaque
 
Il n’y a pas que Google qui cherche les moyens de rester fort. Lorsque j’ai demandé à quelqu’un de chez Paypal comment, en tant qu’acteur technologique assez ancien, ils gardaient leur esprit d’innovation, cela m’a valu immédiatement une réponse honnête : ‘Eh bien, nous sommes paranoïaques. C’est bien d‘être paranoïaque.’
 
Même les acteurs les plus disruptifs du moment sont parfaitement conscients que leurs business modèles actuels sont ultra-fragiles. Le danger est toujours tapi derrière le prochain tournant, souvent littéralement, chez l’un des 30.000 entrepreneurs installés dans la Valley. Et cela ne vaut pas uniquement pour ce côté-là de l’océan. Aucun marché n’est à l’abri. Si aujourd’hui, la plus grande partie de votre chiffre d’affaires est générée par des limitations ou des ponts à construire, alors vous pouvez à juste titre être paranoïaque.
 
Investissez dans la vitesse, pas dans le contrôle
 
S’il y a quelque chose qui distingue l’industrie traditionnelle des ‘disrupteurs’, c’est sans aucun doute la rapidité. On ressent cela vraiment à tous niveaux là-bas. Nous sommes habitués aux cycles d’adoption lents qui permettaient d’ajuster calmement la mire. Avec pour conséquence des investissements énormes dans des systèmes de contrôle pesants. Hello SAP?
 
En ces temps nouveaux où des disruptions équivalant à des big-bangs peuvent créer la panique dans des segments entiers du marché, il est intelligent d’investir dans la rapidité. La question est par exemple de savoir si les banques classiques investissent aujourd’hui suffisamment dans la rapidité pour grandir vers leur ‘moment Spotify’.

Dix développeurs et un chien
 
La manière dont on joue littéralement avec les industries est typique. Dans la Silicon Valley au cours de la dernière décennie la technologie a rapporté des sommes vertigineuses. De l’argent tout cuit.
Avec un grand aspirateur digital, ils ont aspiré des milliards dans d’autres marchés partout dans le monde. Tellement que ces entrepreneurs peuvent se permettre aujourd’hui de prendre des risques gigantesques. Ils peuvent investir dans de grands rêves – un cliché qui pour une fois correspond à la réalité.
 
Dix développeurs et un chien ont une idée d’avant-garde, mais pas encore de business plan ? Pas de problème, nous croyons à ce projet et à cette équipe, voilà 10 millions de dollars.
 
Les fonds d’investissements réalisent des fusions et des acquisitions en étant guidés par l’opportunisme, tandis que beaucoup de grandes entreprises sont contraintes d’agir à partir d’une réalité économique.
Lisez : garder la tête hors de l’eau. Et c’est l’une des questions avec lesquelles je me débats encore. Le trou qui a été creusé n’est-il pas devenu trop grand ?
 
Les entreprises traditionnelles peuvent-elles encore réellement faire face ?
 
Si vous pensez pouvoir apporter une réponse à cela, alors je vous invite volontiers à boire un café. Et si vous me demandez comment c’était à San Francisco, alors je vous raconterai sans aucun doute 6 autres histoires.
 
 
Kristof Janssens
Head of Strategy LDV United
janso@ldv.be

Un projet marketing en tête ? Rechercher une agence


ARCHIVE / TRAINING&BOOKS

JOBS


INTERVIEW

Anne-Sophie Vilain : Comment l'UBA Academy soutient le succès des décideurs locaux

Anne-Sophie Vilain : Comment l'UBA Academy soutient le succès des décideurs locaux



DOSSIER  



Netvertising : Prière de ne pas déranger !  


On savait déjà que la publicité dérange les internautes, mais pas dans les proportions révélées dans une étude récemment menée par l'agence média Space. Et certains formats considérés comme très...


en savoir plus
Member only
Connectez-vous pour accéder à ce dossier


Plus d'écrans, plus d'opportunités ?  


Le nombre d’écrans dont nous disposons pour consommer du média a augmenté de manière exponentielle. A la lumière des enseignements du récent Media Vision Day du GRP, dédié à cette thématique, nous...


en savoir plus
Member only
Connectez-vous pour accéder à ce dossier


High (Ad) Tech  


Retour sur le dernier Festival de Cannes, qui s’est achevée sur un constat : le rôle prépondérant joué par les entreprises technologiques. En témoigne le succès croissant des Innovation Lions.

en savoir plus

Member only
Connectez-vous pour accéder à ce dossier