FERMER


Vous êtes à la recherche de quelque chose ?

Rechercher

Déjà un compte MM ?

Se connecter Mot de passe oublié ?

Encodez votre e-mail ci-après et recevez un lien pour créer votre mot de passe.



Envoyer votre mot de passe
FR NL

Vous êtes à la recherche de quelque chose ?


RECHERCHE AVANCÉE >

Pas encore membre MM ?

mm.be est un site freemium. Pour accéder aux contenus payants, vous devez créer votre compte et vous abonner à nos produits.
Créer un compte

Déjà un compte MM ?

Mot de passe oublié ?

Encodez votre e-mail ci-après et recevez un lien pour créer votre mot de passe.


Envoyer votre mot de passe
close

Seen from Space : Binet et Field sur l'allocation budgétaire idéale

Mercredi 17 Octobre 2018


Seen from Space : Binet et Field sur l'allocation budgétaire idéale
Cela fait plus de 10 ans que Les Binet et Peter Field publient régulièrement des analyses pointues sur la base de données des IPA Effectiveness Awards (un équivalent britannique des Effie). Leur quatrième rapport "Effectiveness in context" vient d’être présenté outre-Manche. Ce document revient entre autres sur l’allocation budgétaire optimale entre brand building et activation. 

Leur raisonnement prend appui sur une courbe qui croise la proportion de budget allouée par les marques au brand building et le nombre d’effets business rapportés dans les centaines de case stories que Binet et Field ont étudiés. Résultat : un optimum se dessine à environ 60% du budget consacré au brand building (et donc 40% à l’activation).

Le raisonnement peut aller plus loin : un budget à 0% d’activation induit une perte d’efficacité sensible par rapport à l’optimum, mais à l’inverse un "tout à la promo", soit 100% d’activation, s’avère plus destructeur encore. Les "business effects" rapportés peuvent concerner la profitabilité de la marque, ses ventes, sa part de marché, sa pénétration, la fidélité de ses consommateurs ou encore la sensibilité au prix. 

Le Brand building désigne la création de structures mentales (associations, souvenirs, convictions, etc.) qui prédisposent les consommateurs potentiels à choisir une marque plutôt qu’une autre. L’activation (des ventes) est destinée à générer des ventes ou un comportement à court terme. 

Aujourd’hui comme hier, Binet et Field recommandent une règle d’allocation à 60/40 entre les deux (62-38 pour être précis) pour maximiser l’efficacité à court et à long terme.



ARCHIVE / INTELLIGENCE - RESEARCH






INTERVIEW

An Caers (Medialaan) : « La technologie nous aidera à diffuser nos histoires sur un nombre toujours plus grand de plateformes »

An Caers (Medialaan) : « La technologie nous aidera à diffuser nos histoires sur un nombre toujours plus grand de plateformes »



DOSSIER  



BTOB Awards 2018 : Les campagnes en or et la marque média de l'année  


Le grand vainqueur de l'édition 2018 des BTOB Awards est LDV United qui remporte trois Gold sur les quatre décernés, et un Silver avec ses campagnes "Dare to sponsor" pour Special Olympics et...


en savoir plus
Member only
Connectez-vous pour accéder à ce dossier


Mixx 2018 : les campagnes en or  


Parmi les 133 campagnes inscrites à l'édition 2018 des Mixx Awards de BAM, les jurys présidés par Christine Jean (AG), Sonja Klein (OMG), Wim Decraene (Frucon) et Alex Thoré (Magis.company) ont...


en savoir plus
Member only
Connectez-vous pour accéder à ce dossier


Re-evaluating Media : de l'impact perçu et réel des médias  


Au début de cette année, Radiocenter, l’organisme de marketing des stations britanniques qui promeut la radio en tant que média commercial, a chargé Ebiquity d'étudier les rapports de force des...


en savoir plus
Member only
Connectez-vous pour accéder à ce dossier