FERMER


Vous êtes à la recherche de quelque chose ?

Rechercher

Déjà un compte MM ?

Se connecter Mot de passe oublié ?

Vous avez oublié votre mot de passe ?



Envoyer votre mot de passe
FR NL

Vous êtes à la recherche de quelque chose ?


RECHERCHE AVANCÉE >

Pas encore membre MM ?

mm.be est un site freemium. Pour accéder aux contenus payants, vous devez créer votre compte et vous abonner à nos produits.
Créer un compte

Déjà un compte MM ?

Mot de passe oublié ?

Vous avez oublié votre mot de passe ?


Envoyer votre mot de passe
close

Aimé Van Hecke (Sanoma) : « La part de gâteau des acteurs locaux devient de plus en plus petite »

Lundi 4 Novembre 2013


Aimé Van Hecke (Sanoma) : « La part de gâteau des acteurs locaux devient de plus en plus petite »
L’annonce, le 31 octobre dernier, de la mise en « réorientation stratégique » de Sanoma Belgium a fait l’effet d’une bombe, laissant le champ libre à toutes les spéculations. Nous avons rencontré le CEO du groupe, Aimé Van Hecke, assez affecté par la décision de ses actionnaires, pour tenter de comprendre le comment et le pourquoi de cette décision, et ses conséquences attendues.

Que signifie cette annonce ? Que la Belgique est à vendre ?

Notre actionnaire a décidé de se concentrer sur les Pays-Bas et la Finlande pour toutes ses activités médias, parce que le groupe occupe une position de leader dans ces deux pays. Chez nous, les activités seront analysées de près, tout comme en Russie et en Europe de l’Est. Sanoma ne prend pas de position défensive dans ce processus, mais veut examiner dans quelle mesure notre entreprise, qui est en bonne santé, peut remplir un rôle actif dans la consolidation des médias en cours en Belgique, ce qui est inévitable afin de conserver le niveau bénéficiaire. Cela peut aboutir à des cessions sélectives, à la vente de l’entreprise dans son ensemble, mais aussi à des acquisitions ciblées ou des joint-ventures avec d’autres entreprises susceptibles de renforcer notre position. Toutes les pistes sont ouvertes.

Concrètement, que va-t-il se passer dans l’avenir immédiat ?

Pour l’heure, il est impossible de répondre à cette question. Ce que je peux dire avec certitude, c’est qu’il n’y aura pas de suppression de titres ni de pertes d’emploi. Nous continuons à déployer notre plan ‘‘Expédition Sanoma’’ entamé l’année dernière. Les décisions qui s’imposent dans ce cadre seront implémentées comme prévu.

Moustique est-il à vendre ?

Nous continuons d’analyser tous nos titres. Et si certaines opportunités se présentent, nous les saisirons. Je sais qu’il y a eu des rumeurs à ce sujet, mais pour le moment elles ne sont basées sur rien. Il n’y a aucune procédure de vente en cours.

Quid la régie publicitaire ? Comment gère-t-elle l’incertitude ?

Pour eux, comme pour nos autres collaborateurs, ce sera ‘‘business as usual’’. Le portefeuille des produits et services ne subira pas tout de suite de modifications, contrairement à ce qui se passera dans d’autres pays (notamment aux Pays-Bas, où un certain nombre de titres disparaîtront et où près de 500 personnes risquent de perdre leur emploi, ndlr). Nous avons pu rassurer les annonceurs et les agences médias. Dans le même temps, en interne, il y aura une équipe chargée de suivre le processus en cours de très près, avec l’actionnaire, pour voir comment le concrétiser au mieux. Mais il m’est impossible de dire maintenant combien de temps cela va prendre.

Et votre participation dans De Vijver Media ?

L’exercice de la réorientation stratégique concerne toutes les activités médias en Belgique, donc aussi notre participation dans De Vijver Media.

Vous venez d’inaugurer votre nouveau bâtiment à Malines, vous avez lancé LibelleTV… La décision des Finlandais doit avoir été dure à avaler quelque part.

Vous savez, le marché des médias dans les petits pays se voit inonder depuis un petit temps par des entreprises technologiques et/ou américaines qui s’installent notamment via les supports mobiles. Prenez Google, par exemple. A lui seul, il représente 15% du marché publicitaire aux Pays-Bas. En Belgique, ce n’est pas encore le cas, mais l’évolution est inéluctable. La part de gâteau pour les acteurs locaux devient de plus en plus petite et il faut donc occuper la position du numéro un ou à la limite deux pour pouvoir rester pertinent et rentable. De ce point de vue, le choix de Sanoma de se concentrer sur les pays où le groupe est déjà leader au niveau de l’audience est donc logique. Il faut voir aussi la composition historique du portefeuille. La Belgique y représente près de 11% des activités ; les Pays-Bas et la Finlande quatre fois plus. C’est un fait, une réalité. Pour autant, Sanoma Belgique a joué un rôle de pionnier dans la transformation du marché des magazines. Et en plus, nous avons plutôt bien performé avec notre portefeuille réduit. Si l’on regarde le résultat du groupe pour les trois premiers trimestres, il est de -7,4%, tandis qu’en Belgique, nos ventes nettes réalisent -4,2%. Nous faisons donc partie des meilleurs élèves de la classe. Et donc oui, il reste une certaine déception et une sorte de malaise en apprenant que nous ne faisons plus partie du focus stratégique du groupe. Ceci dit, il ne faut pas oublier que c’est surtout le secteur du print qui est sous pression et en Belgique, c’est justement celui qui représente la majeure partie du portefeuille. Dans ce sens, la réorientation stratégique est une décision objective, juste et compréhensible à laquelle j’ai d’ailleurs participé au sein du board international de Sanoma. Pour tout vous dire, je trouve que Sanoma fait preuve de courage en remettant en question une entreprise saine et un portefeuille durable, afin de regarder plus loin, anticiper. Nous savons tous que notre position de numéro cinq sur le marché belge nous mettra sous une pression intenable à terme.

Vous qualifiez cette décision d’opportunité. Mais la consolidation imminente n’implique-t-elle pas plutôt un appauvrissement du paysage média ?

Peut-être qu’elle induira une perte en diversité journalistique, oui. Mais en même temps, elle comporte un enrichissement potentiel. Par l’arrivée d’acteurs internationaux, les rôles de certains acteurs existants pourraient se transformer d’une façon qui n’était pas envisageable avant - un peu à l’instar de ce qui s’est passé dans l’industrie de la musique. Donc oui, cette décision crée des opportunités. Si nous parvenons à conclure les bons partenariats, à céder ce qu’il faut céder, nous pourrions intégrer un contexte qui nous permettra de profiter de nouvelles opportunités, surtout si nous renforçons notre positon multimédia. Mais concrètement, je n’ai pas de boule de cristal et je ne sais pas comment vont réagir les acteurs belges et internationaux. En tout cas, je suis sûr que le paysage média belge sera fondamentalement différent d’ici un an.

Une dernière question : selon les rumeurs, vous disparaîtriez de la scène à court terme ?

Pour moi, rien ne change, sinon on l’aurait annoncé aujourd’hui. Je continue à faire ce que j’ai fait pour Sanoma ces derniers mois. 

Un projet marketing en tête ? Rechercher une agence


ARCHIVE / MEDIA - STRATEGY

JOBS


INTERVIEW

ADVERTORIAL - Le MovieMatch de Catherine Closset (BNP Paribas Fortis)

ADVERTORIAL - Le MovieMatch de Catherine Closset (BNP Paribas Fortis)



DOSSIER  



B2B Press & Communication Awards : Les lauréats  


Quelque 200 personnes ont assisté hier soir à la troisième soirée de gala des B2B Press & Communication Awards qui se déroulait à Bozar. Parmi les 11 prix décernés par le Jury de Stephan Salberter...


en savoir plus
Member only
Connectez-vous pour accéder à ce dossier


IAB MIXX 2016 : les cases en or  


Cette année, le jury des IAB MIXX Awards a décerné sept Gold. Ceux-ci couronnent autant de campagnes et d'annonceurs différents, et cinq agences.

Zoom sur ces campagnes en or pour VOO, Visit...


en savoir plus
Member only
Connectez-vous pour accéder à ce dossier


Netvertising : Prière de ne pas déranger !  


On savait déjà que la publicité dérange les internautes, mais pas dans les proportions révélées dans une étude récemment menée par l'agence média Space. Et certains formats considérés comme très...


en savoir plus
Member only
Connectez-vous pour accéder à ce dossier