FERMER


Vous êtes à la recherche de quelque chose ?

Rechercher

Déjà un compte MM ?

Se connecter Mot de passe oublié ?

Vous avez oublié votre mot de passe ?



Envoyer votre mot de passe
FR NL

Vous êtes à la recherche de quelque chose ?


RECHERCHE AVANCÉE >

Pas encore membre MM ?

mm.be est un site freemium. Pour accéder aux contenus payants, vous devez créer votre compte et vous abonner à nos produits.
Créer un compte

Déjà un compte MM ?

Mot de passe oublié ?

Vous avez oublié votre mot de passe ?


Envoyer votre mot de passe
close

Jean-Noël Kapferer : « Plus une marque de luxe est achetée, plus elle doit rebâtir du rêve »

Vendredi 1 Novembre 2013


Jean-Noël Kapferer : « Plus une marque de luxe est achetée, plus elle doit rebâtir du rêve »
Le 15 octobre dernier, dans le cadre de son programme LuxBox, un think Tank dédié au luxe, le journal français Le Figaro présentait les résultats de ‘‘LuxDesirability’’, une recherche de fond sur la compréhension du luxe d’aujourd’hui. Décryptage par le spécialiste des marques, Jean-Noël Kapferer, professeur-chercheur à HEC.
 
Qu’est-ce que le luxe ?
 
Les facteurs structurants du luxe sont ‘‘la perfection’’, associée à une qualité exceptionnelle, une beauté et une intemporalité; ‘‘l’exclusivité’’, qui indique un privilège et un prestige qui ne sont pas accessibles à tous car le prix est élevé; et enfin ‘‘la rareté’’, marquée par une production et une distribution réduites, ainsi qu’une histoire. Le luxe est cependant  un concept très subjectif. Le prix par exemple, se déplace comme l’horizon : plus on est riche, plus le luxe doit être cher. De même, si en Europe, c’est le luxe qui fait le prix et non l’inverse, ce n’est pas vrai dans les pays émergents, car ils n’ont pas les clés du luxe, donc ils se rattachent au prix.
 
Comment le luxe peut-il croître tout en restant sélectif ?
 
La croissance est un sujet délicat, car si l’offre dépasse la demande, alors nous ne sommes plus dans le luxe. Tout l’enjeu consiste à passer de ‘‘la rareté objective’’ à la  ‘‘rareté subjective ou abondante’’. Le luxe se structure entre sélection et séduction. Si la sélection passe par le prix, la séduction passe par le mécanisme de magie. La clé se trouve dans ce qui nourrit le rêve. Et, paradoxalement, alors que le rêve est un facteur positif de la notoriété, qui est indispensable puisqu’elle nourrit à la fois le rêve et l’achat, il est un facteur négatif pour l’achat. Car quand on peut obtenir ce dont on rêve, la notion de luxe se décale. Résultat : plus une marque de luxe est achetée, plus elle doit rebâtir du rêve, et ce au-delà de ses acheteurs. 
 
Est-il possible de bâtir une marque de luxe, hors du luxe ?
 
Oui, c’est le cas d’Apple depuis les années 2000. Tout d’abord, ils ont mis en place une stratégie de distribution extrêmement sélective. Quand ils ont lancé l’iPhone, ils ont essayé d’avoir un accord exclusif avec un seul opérateur pour être plus segmentant. Ensuite, les prix n’arrêtent pas de monter, ce qui créé une sélectivité à outrance. Enfin, il y a la construction de flagship stores qui sont des cathédrales servicielles. Dernière chose, Apple travaille beaucoup avec les milieux créateurs de tendances. Ils essayent de se faire passer, non plus comme une technologie, mais comme un objet du monde créatif. Ce n’est pas un objet d’art, mais il dit, c’est vous l’artiste. Ce sont des briques importantes de la construction d’une stratégie de luxe, même si eux n’emploient jamais le terme. Ils ont d’ailleurs recruté récemment quelqu’un qui vient d’ Yves Saint Laurent, c’est révélateur.
 
Vers quoi le luxe doit-il se diriger à l’avenir ?
 
Vers deux choses. Tout d’abord, le service. C’est paradoxal, car l’origine du luxe, c’est le service. Les gens venaient chez vous, prenez vos mesures, etc. Mais avec l’arrivée de la distribution, c’est vous qui faites la queue devant le magasin. Il existe aujourd’hui une massification qui peut avoir un impact très négatif sur les marques. Pour regagner en ‘‘luxuosité’’ auprès des élites culturelles et économiques, il faut recréer de la personnalisation. Car le luxe, c’est l’exceptionnel des gens ordinaires et l’ordinaire des gens exceptionnels. Et les gens exceptionnels ont l’habitude d’énormément de services. Ensuite, le luxe va devoir, et vite, construire une véritable offre autour du développement durable, car de jeunes marques chinoises, qui ne peuvent pas faire rêver autour d’une tradition comme en Europe, le font déjà. C’est la prochaine étape. 



ARCHIVE / BRANDS - STRATEGY

JOBS


INTERVIEW

John Seifert (CEO, Ogilvy & Mather Worldwide) nous dit en quoi le Brexit et l'élection de Trump lui déplaisent

John Seifert (CEO, Ogilvy & Mather Worldwide) nous dit en quoi le Brexit et l'élection de Trump lui déplaisent



DOSSIER  



Kantar TNS - Connected Life 2017 : mode d'emploi pour le futur  


Ceux qui ne connaissent pas l’étude barométrique de Kantar TNS ont doublement tort : ses indicateurs éclairent de façon actualisée sur les tendances concrètes liées aux connexions entre...


en savoir plus
Member only
Connectez-vous pour accéder à ce dossier


L'attribution totale, expression du chaos numérique  


La notion de convergence a été de toutes les grandes conversations digitales depuis bientôt une décennie. Mais force est de constater que la fragmentation des usages par le consommateur provoque...


en savoir plus
Member only
Connectez-vous pour accéder à ce dossier


Merit Awards : les reasons why de nos lauréats 2016  


Le 26 janvier dernier, le Bloody Louis a accueilli quelque 800 professionnels qui ont répondu à l'appel de Media Marketing pour la traditionnelle remise des Merit Awards 2017, récompensant les...


en savoir plus
Member only
Connectez-vous pour accéder à ce dossier