Nl


Close

AGENCIES

Publicis et IPG suspendent à leur tour leurs activités en Russie

Mardi 15 Mars 2022

Publicis et IPG suspendent à leur tour leurs activités en Russie

Quelques jours après Accenture et WPP, Interpublic et Publicis Groupe ont également annoncé qu'ils mettaient en pause leurs activités en Russie. 

Le groupe français a également confirmé qu'il cédait le contrôle de ses agences au management local, plus précisément à Sergey Koptev, président fondateur de Publicis en Russie, avec l’engagement contractuel d’assurer un avenir à ses collaborateurs dans le pays.
 
« Depuis le début de l’invasion, nous avons condamné avec fermeté l’agression unilatérale de l’Ukraine et travaillé à une solution pour nous désengager de nos opérations en Russie. Nous avons pris des mesures fortes pour répondre à la gravité de la situation en prenant le temps nécessaire pour trouver une solution qui respecte et assure un avenir à nos 1.200 collaborateurs. Ils font aussi partie du Groupe et nous ne pouvions pas les abandonner. En cédant nos opérations en Russie à Sergey, nous arrêtons immédiatement nos activités en Russie et nous nous assurons que nos collaborateurs aient un avenir au sein de cette nouvelle organisation », déclare Arthur Sadoun. 
 
Le CEO de Publicis Groupe évoque aussi la sécurité de ses 350 collaborateurs en Ukraine, qu'il considère comme sa priorité. « Nous sommes en contact quotidien avec chacun d’entre eux et mettons tout en œuvre pour les protéger. Qu'il s'agisse de la mise en place de systèmes d'alerte de sécurité, d'un soutien psychologique, d'une aide pour leurs visas ou de la garantie de leurs salaires pour l’ensemble de l'année... ». 
 
La veille, dans un post Linkedin très détaillé adressé à tous les collaborateurs de son groupe, le CEO d'IPG, Philippe Krakowsky, expliquait que l'évolution du conflit en Ukraine et les attaques récentes contre des cibles civiles ne lui laissaient plus aucun choix, au regard des valeurs que défend IPG. Il soulignait que les quelque 200 employés russes continueront à être payés pendant au moins six mois, et il rappelait également toutes les initiatives prises dans les pays voisins de l'Ukraine par les collaborateurs des agences IPG pour venir en aide aux réfugiés et aux victimes des combats. 
 
« Nous croyons qu'il faut s'élever contre l'oppression, qu'il s'agisse de questions raciales ou au nom d'autres communautés marginalisées, et qu'il faut défendre les principes démocratiques », écrit Philippe Krakowsky. « Ce dont nous sommes témoins en Ukraine est une situation tragique aux conséquences profondes pour notre avenir collectif. Elle remodèlera l'ordre international au niveau mondial, avec des conséquences durables pour l'Europe, et aura un effet d'entraînement sur les alignements politiques jusqu'en Asie. Elle aura aussi probablement des répercussions dans les pays du monde où des personnalités politiques ou publiques se sont alliées ces dernières années avec le régime russe. » 
 

Archive / AGENCIES