Nl


Close

INTELLIGENCE

Seen from Space : Pub sur mesure peut-être, mais plutôt non au tracking en ligne

Vendredi 17 Décembre 2021

Seen from Space : Pub sur mesure peut-être, mais plutôt non au tracking en ligne

Effectuée en octobre dernier, une enquête Yougov effectuée sur 17 pays aux quatre coins du globe a interrogé plus de 19.000 répondants sur leur sentiment par rapport au tracking en ligne. La question posée était assez précise : « Comment vivez-vous le fait que des sociétés actives dans la publicité et les médias suivent votre activité sur Internet et vos habitudes en matière de médias sociaux pour calculer quels sont les messages publicitaires les plus pertinents à vous montrer en ligne ? ». La réponse tenait en quatre modalités, allant de "very comfortable" à "very uncomfortable".

Globalement, c'est le camp des "inconfortables" qui l'emporte : seulement 6% des interviewés déclarent n'avoir aucun problème avec le tracking en ligne et 27% sont raisonnablement positifs, mais le bloc des autres avis est constitué de près de 36% "fairly uncomforable" et 24% d'allergiques.
Les pays européens repris dans cette étude sont même encore plus réticents : la proportion des enthousiastes du tracking tombe à 3%, les plutôt positifs ne sont plus que 23%, et l'ensemble des réactions négatives dépassent les 60% des répondants, respectivement 37 et 27% pour les "fairly uncomfortable" et "very uncomfortable".

Si on agrège toutes les opinions en deux blocs, en négligeant les non-réponses, près de 2/3 des avis sont négatifs et 35% réceptifs à l'idée du tracking permettant la publicité personnalisée. Et ceci est pour l'opinion générale sur les 17 pays. Pour les 8 états européens repris dans l'étude, les opinions favorables au tracking en ligne descendent même à 29% des avis exprimés.

Bref, c'est loin d'être gagné pour la personnalisation. Mais le tracking semble mieux accepté lorsqu'on se tourne vers l'Est : les répondants chinois, ceux des Emirats arabes unis et les Indiens se montrent nettement plus ouverts que les occidentaux.

Par ailleurs, Campaign, qui relayait l'enquête, focalise sur un autre aspect de celle-ci, à savoir le type de publicité que les répondants disent privilégier. Sans vraiment de surprise, l'étude valorise la publicité divertissante et humoristique, nettement détachée des autres, comme celles qui évoquent des problèmes globaux, comme le climat, et les pubs orientés produits. L'autre volet "purpose", à savoir les pubs qui évoquent des problèmes de minorités, est nettement moins prisé. Et ici les Européens ne diffèrent que très peu du reste du monde.

Archive / INTELLIGENCE