Nl


Close

INTELLIGENCE

Seen from Space : la télévision reste "mainstream", un peu moins chez les jeunes adultes

Vendredi 1 Octobre 2021

Seen from Space : la télévision reste

Comme "device" présent dans le ménage, l'écran TV reste ultra-majoritaire en Belgique. Pour s'en convaincre, il suffit de suivre l'évolution d'une question de l'étude... d'audience radio qui porte justement sur la présence d'une ou plusieurs télévision(s) dans le ménage. 

Dans la partie flamande on est quasi à l'exhaustivité : 96% des ménages sont équipés, venant de 98% en 2018. Côté Sud, même si l'équipement connaît une baisse tendancielle, aux dernières nouvelles, il était encore présent dans 91% des ménages. Maintenant, l'histoire ne va pas plus loin : on interroge sur la présence d'une télévision, mais pas nécessairement sur son utilisation. 
Or, selon le Digimeter 2020, 6% des individus interrogés en Flandre disaient se contenter de services de streaming : pas besoin donc pour eux de programmes TV live. Chez un certain nombre d'entre ces individus, la présence d'une télévision dans le ménage ne signifie donc pas qu'ils vont consommer de la télévision linéaire. La stabilité de l'équipement dans les ménages doit aussi être légèrement nuancée. Si on examine le profil socio-démo des individus concernés, il y a deux conclusions importantes. 

La première est que le choix - encore très minoritaire - de ne pas disposer de télévision dans le ménage n'est pas une décision économique : dans les deux régions, la pénétration de la télévision auprès des individus des groupes sociaux les plus favorisés (1 et 2) est légèrement inférieure à la moyenne, et nettement plus basse que celle enregistrée sur toutes les autres couches sociales. 

La seconde est qu'au Nord comme au Sud, les individus les plus susceptibles de ne pas avoir de télévision dans leur ménage sont des jeunes adultes (25 à 34 ans) démarrant dans la vie, surtout s'ils vivent seuls (le "non TV" est aussi plus fréquent chez les ménages d'une personne). 

Le Digimeter 2020 nous apprend d'ailleurs que 16% des 25-34 ans flamands déclarent se contenter de services de streaming - qu'ils peuvent tout aussi bien consommer via d'autres écrans d'ailleurs - contre 6% (cfr. plus haut) dans l'ensemble de la population flamande. La question cruciale pour les chaînes de télévision est évidemment celle de la suite : ces jeunes adultes "no TV" vont-ils perpétuer cette habitude une fois plus avancés dans la vie ? jusqu'à présent, la réponse a été plutôt non. Mais l'avenir nous dira si cela dure.

Archive / INTELLIGENCE