Nl
Close

TRAINING&BOOKS

Si vous êtes contre le trafic d'êtres humains, vous devriez être contre le trafic de données humaines, par Danny Devriendt (MD, IPG/Dynamics)

Mercredi 17 Mars 2021

Si vous êtes contre le trafic d'êtres humains, vous devriez être contre le trafic de données humaines, par Danny Devriendt (MD, IPG/Dynamics)

C’est bon, j’imagine que j’ai votre attention ? Voilà tout le talent de Baratunde Thurston : un activiste noir vif d’esprit, drôle, fin connaisseur de multiples sujets ; un homme d’une élégance indéniable, mais aussi un esprit implacable quand il s’agit de manier ses armes favorites : les faits, enrobés d’ironie et de vitriol. 

Baratunde Thurston  croit fermement au pouvoir inclusif des citoyens, en la force collective des gens qui prennent position de manière pacifique, mais ferme, pour ce qui est juste et bien. Son message aux professionnels des médias, du marketing et de la communication ainsi qu’aux dirigeants d’entreprises de toutes tailles est délivré avec style, l’étincelle à l’œil, une petite dose de pathos, et directement dans les dents.

Comment être noir

Baratunde Thurston était l’un des rédacteurs-stars du magazine satirique The Onion. Il s’est rapidement démarqué grâce à sa capacité à véhiculer ses points de vue dans des conversations dures et complexes. Ses vastes connaissances sur une multitude de sujets sociaux, historiques, sociétaux, économiques et techniques se marient bien avec son attitude positive et son mélange d’humour, d’intrigante profondeur et de réelle compassion. 
Il a été conseiller d’Obama, producteur du Daily Show, et a écrit un ouvrage magnifique intitulé "How to be black" dans lequel il déconstruit de manière très méticuleuse les politiques raciales en Amérique. En tant qu’homme blanc européen d’âge moyen, la lecture de ce livre m’a fait tomber de ma chaise. Baratunde Thurston est nominé aux Emmy Awards et présente son podcast "How to citizen with Baratunde". Il a été récompensé cette année par un Social Impact Award pour son engagement.

Ne pas se concentrer sur le négatif

Baratunde Thurston est las de l’avalanche de messages en grande partie incroyablement négatifs qu’il recevait à chaque fois que quelque chose se passait : messages de ses amis, de ses amis blancs, des médias. Tout ça se concentrait beaucoup trop sur la négativité passive. L’attention était bien trop portée sur des problèmes dans le monde. Il pense que se limiter à contempler les problèmes, les retourner dans tous les sens et les nourrir, ne fait que les rendre plus gros et graves. Il observe un manque flagrant d’attention pour les personnes qui œuvrent pour soulager, régler ou traiter ces problèmes. Se contenter de désigner un problème, puis se croiser les bras en attendant que quelque chose se fasse est déprimant, dégradant et dévalorisant. Il trouve ça fatigant, futile, épuisant et (honnêtement) triste.

Actionner sa citoyenneté en 4 étapes

Baratunde Thurston envisage la citoyenneté comme une action. Ça commence en soi, puis ça s’étend. Cela me rappelle une conversation avec Nicolas Faret, Chief Digital Officer du Groupe Randstad France : « Il n’y a pas de meilleure manière pour changer le monde pour de bon que de commencer par soi, en étant le meilleur leader possible. En offrant des choix et des opportunités. En laissant les gens s’épanouir. En montrant que leurs actions comptent, pour l’équipe, pour l’entreprise, voire – pourquoi pas – pour le monde. Le changement commence par soi. C’est notre responsabilité. »

Baratunde Thurston identifie quatre étapes claires. 

Un : sortir de son lit et de sa zone de confort, prendre position et participer. Prendre les choses en main. Peser dans la balance, et faire une différence. Changer : c’est un processus actif, on bouge les choses. 

Deux : investir dans les personnes autour de vous. Forger et bâtir des relations de confiance. Vous comme les autres êtes logés à la même enseigne : vous n’y arriverez pas seul, vous avez besoin d’une famille, d’une équipe, d’une tribu. Vous devez mener par l’exemple. Vous avez besoin de ce fragile exercice relationnel qu’est le fait de vivre, travailler et activer les choses ensemble. C’est une question de confiance, et une volonté de changer les choses ensemble : côte à côte, dans le même direction.

Trois : gagnez, saisissez et découvrez votre pouvoir, en tant qu’individu ou que groupe. Comprenez votre pouvoir, et ce qu’il peut faire et changer si vous l’utilisez. En bien et en mal. N’en soyez pas honteux, utilisez-le au mieux, à la perfection, de manière intelligente et avec cœur. 

Quatre : concentrez-vous sur les éléments qui comptent pour le plus grand nombre et pas pour une minorité. Changez, créez, adaptez pour le bien de la majorité et pas de quelques-uns. Thurston veut nettoyer le mot "pouvoir" et sensibiliser les gens à sa signification et son utilisation. C’est une philosophie d’apprentissage du pouvoir, rien de moins. Thurston veut qu’on identifie la pouvoir collectif au travers de l’action individuelle, en réinterprétant le terme "citoyen" pour en faire un verbe d’action : un appel à l’action civique que tout le monde peut/devrait entendre.

Et vous ? Qu’allez-vous faire ?

Baratunde Thurston a abordé le racisme, l’insurrection et l’exploitation numérique. Il demande aux marques et entreprises de saisir et exercer leur pouvoir collectif en tant qu’acteurs sociétaux. Les entreprises et marques doivent investir dans un large éventail de personnes aux profils les plus divers, et à tous les niveaux : au sommet comme à la base et au travers de toute l’organisation. Elles doivent voir plus loin que les produits qu’elles proposent. Que représentent-elles ? Pour quoi comptent-elles ? Comment vont-elles faire une différence ? Pour quelle cause ? Elles doivent investir dans des endroits qui ont été négligés. Il faut créer de nouvelles manières de faire des affaires, d’encourager un recrutement plus intelligent, de mieux conserver les employés, de raconter des récits qui comptent : utiliser le pouvoir, pour le bien.

Vous êtes vos rêves

Baratunde Thurston a souligné l’importance d’utiliser nos rêves, notre créativité et notre imagination pour créer une société meilleure. Nous vivons dans un monde d’illusion, il faut créer une meilleure version : « Le SXSW n’est pas réel, c’est une illusion. L’argent, les banques centrales… Tout ça est réel uniquement parce que nous y croyons. C’est ça qui rend réel : nos croyances. Sans ça, il n’y a rien… En tant que professionnels du marketing, créateurs et bâtisseurs de communautés, nous produisons tout le temps des réalités, donc autant en produire une nouvelle qui bénéficie à toutes et tous, et pas uniquement à une minorité. »

Cela implique de prendre position et d’être fidèle à ses propres valeurs : « Si vous êtes contre le trafic d’êtres humains, vous devriez être contre le trafic de données humaines, quelles qu’elles soient. On n’a pas créé internet pour qu’il soit contrôlé par une poignée d’entreprises. Des entreprises qui ne sont rien sans nos données, d’ailleurs. »

Thurston veut que les « détenteurs de pouvoir » utilisent ce pouvoir pour faire le bien. « Les choix individuels, les choix d’équipe, les choix de tribu… C’est choix après choix que nous, en tant que société, arriverons à amener un changement plus fort et plus profond. Un meilleur "moi" égal un meilleur "nous". Ça commence là. »

Et vous ?

(Photo by Mathieu Young)
 
 

Archive / TRAINING&BOOKS