Nl
Close

INTELLIGENCE

Seen from Space : Crise Covid - la confiance dans les médias... dépend du média !

Dimanche 13 Décembre 2020

Seen from Space : Crise Covid - la confiance dans les médias... dépend du média !

Cinquième vague du baromètre Recovery mené par AQRate et Polaris sur le ressenti des consommateurs par rapport à la crise sanitaire. Pour le réaliser, 700 individus âgés d'au moins 18 ans ont été interrogés en ligne entre le 27 novembre et le 2 décembre. Pas mal de sujets marketing ont été abordés, comme le report possible d'achats importants ou la possible révision des contrats notamment de fournitures d'énergie ou de télécoms. 

Une question d'actualité plutôt chaude portait sur le degré de confiance accordé à différents acteurs pour les informations sur la crise. A côté des « médias professionnels belges » (comme dans l'intitulé), d'autres propositions médias (les internationaux, les réseaux sociaux) et non-médias : « mon médecin et les spécialistes que je connais », « les experts du secteur médical qui s'expriment dans les médias », « le gouvernement et les responsables politiques » ou encore « les conseils de mes proches (famille, amis...) » avec cinq modalités pour le degré de confiance : fortement, assez, neutre, pas vraiment et pas du tout. 
Comme on peut le voir dans le graphique, c'est la parole médicale qui recueille le plus haut degré de confiance, surtout lorsqu'elle émane de figures connues. Les médias belges viennent en troisième position pour la confiance, légèrement devant les pouvoirs politiques. 

Contrairement à ce que l'on trouve assez souvent en marketing, les recommandations des proches ne recueillent ici qu'une confiance limitée : les répondants semblent reconnaître que dans ce cas, une expertise est nécessaire. Une expertise absente des médias internationaux et surtout des réseaux sociaux qui, en la matière, bénéficient d'une confiance quasi nulle. 

Il y a évidemment des différences par sous-population : par exemple, les néerlandophones semblent un peu plus enclins à croire les experts médicaux, la parole officielle et les médias locaux que les francophones. Les moins de 35 ans se montrent plus attentifs que les autres à la parole des proches, moins enclins que d'autres à faire confiance aux médias locaux et un peu plus neutres que la moyenne vis-à-vis des réseaux sociaux. Néanmoins, les tendances générales sont largement partagées, avec des accents très nets sur l'importance de la connaissance et de l'expertise. Un domaine où les "médias d'ici" ne se comportent pas trop mal.

Archive / INTELLIGENCE