Nl
Close

INTELLIGENCE

Seen from Space : Newspapers go "phygital"

Vendredi 23 Octobre 2020

Seen from Space : Newspapers go

En parallèle avec la nouvelle étude NRS sur l'audience de la presse, le CIM publiait tout récemment aussi les Brand Reports. Ces derniers comportent notamment les données de tirage et de diffusion authentifiées pour l'ensemble des titres de presse. L'occasion de faire le point sur la situation 2019 de la presse quotidienne payante. 

Au plan de la diffusion totale, nos journaux affichent un bilan contrasté : la zone francophone enregistre une très petite hausse de 0,4%, alors que les journaux flamands sont pointés à -4%. Résultat, l'ensemble du segment PQ termine 2019 à -3% par rapport à 2018.
Les contrastes sont aussi forts entre titres. Côté flamand, c'est le grand écart entre le Tijd à +4%, De Standaard en stabilité (+0,1%) et tous les autres, dont les ratios vont de -3% (Belang van Limburg) à -8% (De Morgen). La presse quotidienne francophone n'est pas uniforme non plus : entre Le Soir à presque +7%, La Libre à presque +6%, et l'Avenir (-3,5%) et La DH (-4,5%), il y aussi de la marge. 

Partout la part du digital authentifié par le CIM, càd le digital payant, est en hausse. En 2019, elle a bondi de 42% du côté Sud et de "seulement" 20% côté Nord.  Pour les journaux francophones, c'est évidemment à ces ventes numériques qu'on doit le ratio global de stabilité. En Flandre, le digital amortit la descente. Les journaux de Mediafin (De Tijd et L'Echo) se maintiennent dans la position la plus avancée sur le terrain des ventes digitales. Celles-ci contribuent généralement à la bonne santé d'un titre, mais pas toujours : De Morgen en est l'illustration la plus évidente. 

On sera curieux de voir la situation 2020 où les différentes phases de la pandémie ont semble-t-il poussé les Belges vers l'information. Mais il n'aura pas fallu attendre la crise sanitaire pour voir les journaux de notre pays dans un mode hybride, physique (papier) et digital. 

Archive / INTELLIGENCE