Nl
Close

TRAINING&BOOKS

Wavemaker présente sa Smart Cities Academy

Lundi 12 Octobre 2020

Wavemaker présente sa Smart Cities Academy

Après la Voice Academy en 2019 et la B-Academy cette année, Wavemaker Begium va se pencher en 2021 sur les Smart Cities en créant et supervisant la première académie dédiée. Thierry Brynaert, CEO de l'agence media : « Nous avons mis au point un programme qui décrypte les différents aspects du développement des "Smart Cities" et expose en détail toutes les applications possibles dans notre secteur des médias et de la communication. » 
 
Ce projet, qui devrait avoir un certain impact sur l’écosystème de notre marché, est coordonné par Gaëlle Daoust, Chief Digital Officer de Wavemaker.
 
Organisé le 29 septembre, le premier Smart Apéro Urbain a permis de se faire une idée des objectifs poursuivis par ce nouveau centre de formation. Les équipes de Wavemaker et les clients intéressés ont pu assister à une vidéoconférence inspirante de Pieter Ballon, professeur à la VUB et Directeur du centre de recherche imec-SMIT. Il est également conseiller auprès du gouvernement fédéral et auteur d’un ouvrage intitulé "Smart Cities, hoe technologie onze steden leefbaar houdt en slimmer maakt" (Lannoo Publishers, 2016). 
 
Gaëlle Daoust a ensuite donné une présentation ponctuée de nombreux exemples sur les enjeux des Smart Cities. Elle a commencé par définir les contours de ce nouveau domaine d’étude. Il porte essentiellement sur des zones urbaines utilisant les nouvelles technologies comme facilitateurs, en vue de faire évoluer durablement le cadre de vie, en concertation avec toutes les parties prenantes : citoyens, pouvoirs publics, entreprises locales et organisations non gouvernementales de toute taille. L’exemple le plus frappant est celui de Songdo en Corée du Sud, une ville flambant neuve conçue et construite par des investisseurs privés à l’aide des technologies les plus modernes, avec les services d’échange de données les plus avancés et un formidable système de collecte et d’élimination automatique des déchets. 
 
On ne voit pas surgir de telles cités ultramodernes en Europe et en Amérique du Nord. Là, l’accent est mis sur les investissements dans des technologies visant à rendre les petites et grandes villes existantes plus intelligentes afin d’améliorer la qualité de vie de leurs habitants. Vienne, par exemple, affirme être la ville la plus agréable à vivre d’Europe, avec 40% des trajets assurés par les transports publics, une gestion durable des déchets grâce à un degré élevé de recyclage et une épuration optimale des eaux usées. Qui plus est, la capitale autrichienne est leader mondial en matière d’habitat passif grâce à ses logements à faible consommation d’énergie.
 
D’autres exemples parlants sont Barcelone, Stockholm et Helsinki. Ces métropoles montrent que l’acquisition et la connectivité des données sont au cœur du développement de tous les projets innovants, et c’est bien sûr là que se trouvent les opportunités pour les spécialistes de la communication et les consultants en médias. Le développement de villes hyperconnectées a un impact sur de nombreux aspects de notre quotidien. 
 
Gaëlle Daoust distingue 12 domaines qui sont influencés positivement par la montée en puissance des technologies innovantes. Les villes intelligentes bousculent clairement nos habitudes en termes de démographie, d’innovation et modernisation, d’urbanisation, d’utilisation de ressources limitées, de mobilité et d’investissement dans les infrastructures. Un certain nombre d’autres domaines d’étude sont directement liés aux agglomérations urbaines, comme la pollution sonore, les modes de vie et les besoins en flexibilité, le partage des ressources, l’immigration et la qualité de l’air (smog). 
 
Pour chacun de ces domaines, des expertises spécifiques sont développées, qui forment ensemble une sorte de feuille de route pour l’élaboration des villes du futur. Les citoyens sont bien sûr au centre de ces évolutions. Ils sont appelés à participer, à la fois passivement au travers de la collecte de données et activement en faisant part de leurs suggestions et en s’associant aux processus de décision. C’est là que se situent les plus grands défis pour les experts dans un avenir proche. 
 
Un cadre juridique doit être créé pour la collecte des données afin de garantir le respect de la vie privée. Plus importantes encore sont les innovations en matière de formes de communication entre les individus et entre les objets afin que les processus visant à créer des « communautés intelligentes » se déroulent de manière efficace et démocratique, dans le respect de toutes les parties concernées. 
 
Reste la question du lien entre notre domaine d’expertise et tous ces développements. Il est clair que ceux-ci ouvrent de nombreuses perspectives aux spécialistes des médias : les villes intelligentes font en effet surgir plusieurs nouveaux "touchpoints" très performants que les stratèges médias peuvent mettre au service des marques, grâce à leur connaissance approfondie des consommateurs et à leur expertise dans l’analyse des données. Voilà sans aucun doute une bonne raison pour suivre avec intérêt toutes les expertises qui seront enseignées au cours des prochains mois dans le cadre de cette Smart Cities Academy. 

Archive / TRAINING&BOOKS