Nl
Close

INTELLIGENCE

Une nouvelle étude de Public Impact insiste sur la résilience du secteur événementiel

Dimanche 4 Octobre 2020

Une nouvelle étude de Public Impact insiste sur la résilience du secteur événementiel

Un nouveau sondage sur le secteur de l'événementiel mené par le centre d'expertise Public Impact de la Haute Ecole KdG à la demande de Visit Flanders, Event Flanders, de l’Experience Magazine, du FmiV et de l'Alliance des fédérations belges de l'événementiel, montre que le secteur est en train de se réinventer par le biais de la créativité et de l’innovation, en dépit d’une nouvelle vague de licenciements et d’une année 2021 incertaine.
 
Ainsi, 20% des 258 entreprises sondées - 16% pour les organisateurs d’événements et 24% pour les fournisseurs - sont en cours de restructuration et prêtent du personnel à des entreprises d'autres secteurs. Environ le même nombre mettent leur expertise au service d'autres secteurs. 
 
L’étude montre aussi que les entreprises réforment également de manière créative : plus de la moitié des organisateurs développent actuellement en place des événements en ligne ou hybrides (53%). Un groupe tout aussi important envisage de nouveaux types d'événements (54%). Il en va de même pour les fournisseurs, avec respectivement 21% et 34%. 

« Il est clair que le secteur montre sa résilience même dans ses jours les plus sombres et continue à construire de manière créative pour l'avenir », indiquent les auteurs du rapport.
 
Pour le reste, on notera que comme ce fut déjà le cas avant l’été, une entreprise sur cinq a dû licencier au cours des trois derniers mois, et la moitié s’attend à encore devoir procéder de la sorte avant la fin de l'année. En outre, un quart des organisateurs et un tiers des fournisseurs ont également dû voir du personnel partir pour des secteurs offrant une plus grande sécurité d'emploi. 
 
Les organisateurs d'événements prédisent une perte de chiffre d’affaires de 80% en 2020 par rapport à 2019. Rappelons que ces prévisions étaient à la fin mars de 52% et de 68% en juin. 70% disent que le soutien des pouvoirs publics est insuffisant.
 

Archive / INTELLIGENCE