Nl
Close

INTELLIGENCE

Seen from Space : Le streaming musical n'est pas encore mainstream

Samedi 3 Octobre 2020

Seen from Space : Le streaming musical n'est pas encore mainstream

Alors que la VOD explose quid du streaming audio ? Tendances proches ou pas du tout ? Le dernier CIM Cross Media (TGM-CDJ) montrait que plus de la moitié de la population belge (16+) se déclarait consommatrice de VOD. En revanche, les services de streaming musical (de type Spotify ou Deezer) ne fédère qu'un quart des Belges avec, à l'inverse de la VOD, une légère avance dans le Nord (26% vs 22%). Environ la moitié déclare avoir utilisé ces services la veille. On est loin encore très loin d'un comportement généralisé.
Le profil est plus masculin que féminin, et jeune (on s'en doutait) mais avec une forte distorsion entre les générations. Les très jeunes sont évidemment les plus concernés, et le streaming audio est même mainstream chez les 16-24 ans néerlandophones avec 54% d'utilisateurs. Plus globalement cela reste actuellement l'affaire des moins de 45 ans, et donc logiquement aussi plutôt celle des groupes sociaux les plus favorisés. 

En vue cross media, les heavy listeners radio représentent 29% de la population 16+ mais aussi 41% des utilisateurs de streaming audio (indice 144). De la même manière que les utilisateurs de VOD sont heavy TV linéaire, les utilisateurs des plateformes de streaming musical sont donc avant tout des gros consommateurs de son, et non des réfractaires à la radio. Ils sont aussi très nettement sur-représentés chez les heavy users des media sociaux, de la VOD, de la presse digitale, mais aussi du cinéma.

Si le CIM ne donne pas de chiffres par plateformes, le GWI montre un solide leadership de Spotify loin devant tous ses concurrents, avec une petite moitié (44%) d'utilisateurs de compte premium payant (rappelons que plusieurs utilisateurs peuvent utiliser un même compte), les 56% restant déclarent utiliser un compte gratuit (diffusant de la pub). 

On voit là une énorme différence avec l'attitude vis à vis de la VOD. Pour la vidéo, il est clair que la notion de service payant est maintenant tout à fait acceptée par une frange importante de la population. Pour le son par contre, c'est toujours le règne de la gratuité qui domine. La dernière publication du CIM RAM montre d'ailleurs qu'on écoute, presque autant dans le Nord, et plus dans le Sud, de musique via les plateformes vidéo que via les plateformes audio. Le principal concurrent de Spotify reste très clairement YouTube. Entre les comptes gratuits rentabilisés par la publicité et l'écoute via ces plateformes vidéos, le payement d'un abonnement audio premium reste un comportement très minoritaire.

Archive / INTELLIGENCE