Nl
Close

INTELLIGENCE

Seen from Space : Succès relatif pour le Tour de France 2020

Dimanche 27 Septembre 2020

Seen from Space : Succès relatif pour le Tour de France 2020

"Galibier et Tourmalet, en danseuse jusqu'au sommet, pédaler en grand braquet, sprint final à l'arrivée" chantait Kraftwerk en 1983. Près de 40 ans après cet hommage du quatuor de Düsseldorf à l'épreuve cycliste la plus populaire et la plus mythique du monde, l'intérêt pour celle-ci ne s'est jamais départi. Mais cette année, cas rarissime dans sa longue histoire, le Tour de France ne se déroulait pas en juillet, mais bien du dernier week-end d'août au 20 septembre. Une configuration jamais vue, avec autant d'atouts que de handicaps par rapport au calendrier habituel de l'événement. 

En juillet, ce sont les vacances, on a du temps disponible. Oui, mais en juillet beaucoup de privilégiés partent à l'étranger. En septembre on retourne au travail, au cours, on a moins de temps en journée... Oui mais en septembre l'audience Total TV est plus élevée et actuellement, une proportion importante de la population est toujours abonnée au télétravail quotidien. Bref, entre le pour et le contre, il était assez difficile de prédire l'issue audimétrique de cette édition 2020. 
En Flandre, la passion pour le cyclisme est légendaire. Même si on ne peut pas dire que celle-ci ait failli à la tradition, les audiences mesurées cette année dans le Nord sont nettement en dessous de celles de 2019, ou même de 2017 sur les moins de 55 ans. Mais sans cependant tomber dans la tendance inverse, les scores moyens 2020 étant nettement supérieurs à ceux de 2018. Donc, même si on est loin d'avoir battu des records, malgré un timing complètement décalé, le Tour 2020 aura réalisé des scores honorables dans le Nord. 

Le déficit par rapport à 2019 est généralisé, mais il est plus marqué sur les 35-54 ans que sur les jeunes adultes ou les 55+. Peut-être un effet d'une vie professionnelle et familiale plus intense en septembre qu'en juillet dans cette tranche d'âge.

Dans le Sud du pays par contre, cet agenda inédit a fait des dégâts et l'audience habituelle n'était pas au rendez-vous, particulièrement sur les moins de 55 ans (les moins disponibles c'est logique). Même si les francophones apprécient les compétitions cyclistes et le Tour de France en particulier, on ne retrouve pas la même passion que dans le Nord, ce qui génère vraisemblablement moins d'efforts pour voir l'étape à tout prix. 

N'oublions pas qu'on parle de daytime. La vision différée notamment, outil de rattrapage par excellence, est restée très faible, comme traditionnellement sur ce genre d'événement. Il ne faut évidemment voir là qu'un accident dû à cet agenda inédit : les audiences réalisées l'année passée sont là pour le prouver. L'intérêt des francophones n'a pas fondu en 13 mois. Gageons que le Tour 2021, verra tout rentrer dans l'ordre, en espérant évidemment qu'il revienne dans sa configuration traditionnelle.

Entre des audiences correctes mais un peu faibles dans le Nord, et des audiences décevantes dans le Sud, il semble évident qu'on ne bouscule pas la tradition et les habitudes sans conséquences. Ainsi, déplacé dans une période pourtant hors vacances et bénéficiant d'une audience Total TV plus élevée, le Tour n'a pas vraiment donné tout son potentiel en TV cette année globalement très atypique il va sans dire.

Archive / INTELLIGENCE