Nl
Close

TRAINING&BOOKS

Digital Marketing Maturity Map: Comment stimuler les annonceurs et les médias à évoluer dans leur marketing digital

Samedi 5 Septembre 2020

Digital Marketing Maturity Map: Comment stimuler les annonceurs et les médias à évoluer dans leur marketing digital

 Il y a quelques mois, lorsque Alain Heureux (au côté de Cedric Donck, CEO de Virtuology International, sur la photo) est venu nous présenter ses projets pour la Virtuology Academy qu’il dirige désormais, nous avons été assez rapidement séduits par un workshop très spécifique, baptisé Digital Marketing Maturity Map. 
 
Très simple et très visuel dans son approche, cet outil permet rapidement d’évaluer les forces et les faiblesses de votre stratégie marketing, pour ensuite entamer une réflexion et un plan d’action concret, partant justement de cette mesure zéro très précieuse. 
 
« Séduits au point de vous associer à son lancement ? », nous a alors demandé Alain Heureux… Nous y sommes : les premières sessions sont planifiées les 29 et 30 septembre, ainsi que les 13 et 14 octobre. Pour les inscriptions, c’est ici.
 
Et pour en parler, c’est Alain Heureux, CEO de Virtuology Academy, qui s'y colle.
 
Pouvez-vous d’abord nous dresser les contours de la Virtuology Academy et nous rappeler vos domaines d’expertise ? Contrairement à ce qu’on pourrait croire, ce n’est pas que du digital… 
 
Alain Heureux : Initialement, l’Academy avait été créée par Cedric Donck au sein du groupe Virtuology avec comme ambition première d’aider les collaborateurs internes à se développer, tant en soft qu’en hard skills. A cette époque, Cedric est aussi business angel et il rencontre souvent des start-ups qui sont un peu perdues sur des questionnements stratégiques, des tas de savoir-faire, et il commence donc aussi à les accompagner comme coach et mentor. Toujours à la même époque, et dans le cadre de Virtuology, il se fait approcher par de nombreux groupes, Vlerick lui demande aussi de devenir professeur attitré sur les théories d’innovation et d’entrepreneuriat… Riche de toutes ces expériences, il prend goût à tout cela, et l’Academy se développe petit à petit vers l’externe.
 
Il y a quelques années, ayant moi-même un parcours un peu semblable au sien, Cedric m’a demandé de le rejoindre, notamment pour donner un élan encore plus soutenu à cette activité. C’est ce sur quoi nous travaillons depuis deux ans. 
 
Nous avons développé plus précisément trois tracks. Le premier, et c’est assez nouveau dans le scope de l’Academy, porte sur le leadership. Il s’agit de workshops de coaching individuel pour des C-levels que j’ai eu l’occasion de développer avec le management du groupe Saint-Gobain et que nous avons menés pour des boîtes comme Siemens ou Bayer pour ne citer qu’elles. 
 
Le deuxième track, très important, est lié à l’innovation. Pour le coup, il s’agit d’accompagner les entreprises dans leur réflexion stratégique. A l’exemple de Saint Gobain, de Engie ou de BNP Paribas, qui est l’un de nos clients historiques et pour qui, à longueur d’année, nous menons des séances de travail avec différentes divisions du groupe, surtout à Paris. Je cite des grosses structures, mais ça s’adresse aussi aux start-ups évidemment, car la disruption vient de partout. C’est passionnant, et c’est quelque chose que Cedric et moi adorons. Nous avons développé une approche à la fois pédagogique et pratique puisque nous sommes tous les deux dans l’entreprenariat depuis toujours…
 
Le troisième track est quant à lui dédié au marketing digital et s’adresse plus spécifiquement aux annonceurs. A ce niveau, nous faisons appel aux compétences internes au sein du groupe Virtuology. 
 
Ce n’est pas à vous que je dois le dire : le marketing et la communication se sont fortement digitalisés depuis 10 ans. Pour autant, on constate la plupart du temps que les évolutions ne se font pas au même rythme au sein du personnel et des équipes de l’entreprise, que les langages diffèrent encore entre les profils plus digitaux et les autres, qu’ils ne se comprennent pas toujours. Voire même les différents départements du digital entre eux où l’on constate souvent que les flux d’informations ne font que transiter d’un silo à l’autre, avec pour conséquence une perte d’efficacité. Nous pouvons aider à casser ces silos et contribuer à fluidifier tout cela.
 
Vous vous adressez à qui : au marketing ou aux RH ?
 
Je m’adresse au marketing mais automatiquement, très vite, j’atterris chez les RH. Le marketing exprime le besoin et les RH l‘emballent dans un package global où tout un chacun doit forcément respecter des normes et des budgets. Donc, in fine, parlant de budget, le mien dépendra beaucoup plus des RH que du marketing. 
 
Vous travaillez à la fois sur la Belgique et la France ?
 
En effet, nous sommes sur les deux marchés, et nous voyons les mêmes besoins d’un pays à l’autre, tous les deux étant peu ou prou au même stade de développement digital.
 
Parlons plus précisément de ce nouveau produit que nous lançons à ses vos côtés : le Digital Marketing Maturity Map. Pourquoi ce produit et pour quoi faire ?
 
La réflexion est en quelque sorte l’amorce des upskills digitales pour employer un terme qui revient de plus en plus souvent : en amont, il faut savoir où se situe l’organisation, savoir si une forme d’audit a été menée pour connaître ses forces et ses faiblesses….
 
Il se fait que nous avons un outil propriétaire, qui s’appelle Pimento Map, très utilisé en innovation pour évaluer la maturité de ce qu’on appelle le business model canvas. Cet outil libre d’accès traduit en neuf langues, est aujourd’hui utilisé par près de 150.000 personnes dans le monde. C’est de là que nous est venue l’idée de créer un Digital Marketing Maturity Map sur la même base. 
 
L’exercice est assez similaire : c’est quasiment de l’auto-évaluation. Les participants doivent remplir un questionnaire de 18 questions et 72 scénarios de réponses différentes qui permettent de colorier petit à petit sa carte digitale - rouge, orange, jaune, vert - traduisant la maturité digitale des différents piliers de l’entreprise, et débouchant sur un score global et une interprétation à donner à ces résultats. 
 
Nous avons commencé à tester le produit il y a trois ans sur quelques corporates, avec toujours un bon écho : l’outil est à la fois léger et complet, et il passe en revue tous les basics de l’organisation. Bref, ces retours nous ont poussés à lancer le produit à plus large échelle pour permettre aux entreprises de disposer rapidement d’une évaluation très visuelle et à partir de là, opérer des choix dans les chantiers à lancer pour améliorer son score. En gros, c’est une mesure zéro préalable à un plan d’action pour faire évoluer l’entièreté de l’organisation. 
 
Pour l’avoir testé, il y a une dimension ludique, pratique, qui est aussi très stimulante lorsqu’on mène cet exercice d’auto-évaluation en équipe… Ici, nous proposons plutôt des sessions de 5 à 7 marketers de secteurs non concurrents. 
 

Les deux formules sont évidemment faisables. Mais nous croyons que cette formule qui confronte des marketers d’horizons différents peut aussi être très riche en termes d’échanges. 
 
Mais c’est vrai que mener le même exercice en mettant autour d’une table les équipes d’une même organisation permet de créer un dialogue, d’identifier tous ensemble les forces et les faiblesses qui vont permettre d’enrichir la réflexion et de s’engager dans des projets bien précis, à l’aune de son score de maturité.
 
Combien de temps durent ces sessions ?
 
Pratiquement, bien que ce sont des sessions qui peuvent être menées en une demi-journée, nous préconisons une journée entière, incluant un break pour le lunch, car la richesse de l’exercice vient aussi des analyses, des commentaires et du questionnement qui surgissent évidemment une fois la carte entièrement coloriée…

INFOS ET INSCRIPTIONS ICI
 
 

Archive / TRAINING&BOOKS