Nl


Close

CREATIONS

And the award goes to...., door Frederik Braem (creative services director, Brightfish)

Jeudi 25 Juin 2020

And the award goes to...., door Frederik Braem (creative services director, Brightfish)

Day 4. Si l’on ne m’avait pas autorisé par erreur à assister à cette mini-version premium de Cannes – je ne sais toujours pas comment je suis arrivé là – vous n’auriez jamais eu vent du projet d’Elon Musk de racheter Spotify et de remplacer tous les contenus de la plateforme par deux chansons de David Bowie dont il détient encore la licence. Nul doute là-dessus : Musk cherche de nouvelles sources de revenus car, pour reprendre ses mots, « il ne pisse pas du carburant pour fusée. » 

L’accueil très enthousiaste réservé à son séminaire s’explique notamment par le grand tirage au sort organisé parmi les personnes présentes au Jeff Bezos Theatre, rebaptisé pour l'occasion X AE A-XII Theatre - nom qu’aucun modérateur ne parvient à prononcer - avec à la clé dix voyages vers Mars. Comme j’ai supprimé mon compte Facebook, mon Social Media Influencer Score est trop faible pour pouvoir tenter ma chance, mais cela ne gâche pas mon plaisir. L’entreprise semble un moment vouée à l’échec lorsque la délégation américaine accuse les Russes d’avoir truqué le tirage au sort. Mais il s’avère finalement que la Chine est la grande coupable et tout rentre dans l’ordre.

Après cette présentation très mouvementée, je décide de prendre un peu de repos à Google Beach, qui reste le seul endroit à Cannes où les toilettes ne sont pas genrées et où l’on peut flâner librement sans devoir prouver que l’on a remporté un Lion. Bizarrement, Google Beach est le lieu le moins exclusif de cette édition super élitiste des Cannes Lions (et comme la plage se trouve cette année au-delà du Martinez, on n’y croise pratiquement pas un chat).
 
Dans cet univers alternatif de la créativité sur la Côte d’Azur, on pourrait croire que les prix ne jouent plus aucun rôle. Après tout, nous sommes ici pour rendre hommage au Noble Objectif (voir mon compte rendu d’hier). Eh bien, détrompez-vous ! Même dans cette version à la Pleasantville des Cannes Lions, il reste visiblement des lions à distribuer. À la seule différence que l’on décernera uniquement des Grands Prix et que les équipes des campagnes perdantes devront faire leurs valises immédiatement et les remettre à l’organisation, avant d’être pourchassées au terme de la cérémonie par une meute armée de torches et de fourches jusque dans les montages qui surplombent la ville. C’est dire si la pression est grande pour les équipes en lice…
 
Une hôtesse Google m’apporte un deuxième cocktail pendant que je consulte le guide du festival. À ma grande surprise, je constate que, cette semaine, le programme ne prévoit qu’un seul award show, qui durera une heure, après quoi on se lancera dans la purge des perdants.
 
La cérémonie est présentée par l'incontournable Fernando Machado au X AE A-XII Theatre de Cannes, rebaptisé pour l'occasion Double Whopper Theatre. Apparemment, toutes les catégories de l'année dernière ont été supprimées sauf Film et Film Craft. Il est clair que cette édition prestigieuse des Cannes Lions a opté pour les seules récompenses qui comptent vraiment : celles attribuées aux campagnes qui ne prennent tout leur sens que sur un écran de cinéma.
 
Ravi par tant de perspicacité et d’intégrité artistique, je décide de marcher tranquillement jusqu’à l’hôtel pour me changer en prévision de la cérémonie. En passant devant Facebook Beach, je constate que l’on s’y affaire à aiguiser les fourches et à préparer les torches. Quels que soient les perdants de la soirée qui devront fuir vers les montagnes, il ne fait aucun doute à mes yeux que la cérémonie se terminera par une victoire éclatante du cinéma...

A suivre

(Les épisodes précédents sont disponibles ici : Day 1, Day 2, Day 3)
 

Archive / CREATIONS