Nl


Close

CREATIONS

Amazon City, par Frederik Braem (Creative Services Director, Brightfish)

Lundi 22 Juin 2020

Amazon City, par Frederik Braem (Creative Services Director, Brightfish)

Day 2. Sur la place du Palais, pas la moindre trace cette année des habituelles tentes de démonstration de jeux vidéo ou des stands servant du café gracieusement offert par Dunkin’ Donuts en échange d’un entretien commercial de cinq minutes avec un jeune type branché arborant des lunettes de soleil qui feront un tabac l’année suivante. 

Non, l’édition 2020 de Cannes est d’un autre ordre. Je sors juste d’une session animée par Mark Zuckerberg, qui nous a expliqué en long et en large que la RV était encore bien vivante (il nous a même emmenés pour une visite virtuelle des caves de Facebook où toutes vos données et les miennes sont apparemment stockées dans des bacs à fiches qui occupent plusieurs kilomètres). Devant moi, je vois resplendir une sorte de Cité d’émeraude au bord de la Méditerranée. 
 
Amazon City s’étend du bas des marches de la Salle Lumière, rebaptisée pour l’occasion President Bezos Theatre, jusqu’à mi-chemin de la Croisette. L’énorme construction de verre et d’acier est gardée par des dizaines de drones Amazon qui doivent empêcher que les hordes de mouettes agressives du Midi ne souillent le palais de verre de leurs fientes. Nous admirons avec quelle habilité l’un des drones donne la chasse à deux mouettes avant de les neutraliser d’un coup sec, réduisant les volatiles en un amas inerte de plumes. Un jeune homme en blazer orange me tend un prospectus en souriant. Amazon Attack sera disponible gratuitement dès l’automne pour tous les titulaires d’un compte Prime.
 
Bien que nous ne soyons que quelques centaines de personnes au total, il nous faut attendre patiemment à l’une des innombrables entrées d’Amazon City. Le soleil est brûlant. Tout à coup, un tumulte se produit derrière moi. Une bande d’hôtesses Google a réussi à franchir la première barrière de sécurité (la plus haute !). Les mains pleines de casquettes non imprimées de l’année dernière, elles tentent de se frayer un chemin vers l’avant. Deux drones Amazon rompent la formation et bientôt le danger est écarté. Les jeunes filles de Google n’avaient aucune chance de parvenir à leurs fins…
 
Soudain, mon smartphone vibre. Je l’allume, constatant que tous les gens qui m’entourent font de même. Un message du Président Bezos. « Bienvenue, Frederik, à Amazon City ! » 
 
Les portes du palais de verre s’ouvrent et une lumière aveuglante me frappe en plein visage. Un nouveau groupe de jeunes gens en blazers orange nous accueille en applaudissant. Il y a des bars partout. Des douzaines d’enceintes Alexa prennent les commandes, mais le tapage provoqué par 500 créatifs assoiffés leur complique sérieusement la tâche. Sirotant un breuvage qui s’avère être du vinaigre blanc - j’aurais dû mieux articuler - je me laisse submerger par le spectacle autour de moi. Tandis qu’une armée de serveurs nous fournit abondamment en collations variées, on nous donne la possibilité de discuter avec quelques protagonistes de séries et films produits par Amazon. Mais comme personne ne semble les reconnaître, ils restent là, désœuvrés, pendant que leurs coupes de champagne sont constamment remplies par les drones Dom Perignon qui voltigent sans arrêt. 
 
Aux 12 coups de minuit, la toiture d’Amazon City disparaît comme par enchantement. La voûte étoilée se déploie au-dessus de nos têtes et l’on nous annonce un incroyable feu d’artifice, offert par Amazon Basics. Les trois premières fusées fonctionnent correctement, mais la troisième fait un drôle de crépitement et les deux suivantes échouent dans la mer. Dommage, mais enfin, l’intention était bonne. 
 
Je commande prudemment une pils et me laisse encore emporter quelque temps par le brouhaha de la fête. Une demi-heure plus tard, après avoir reçu à quatre reprises le message « Same Day Deliveries » du drone Dom Perignon, je retourne à l’hôtel. Je veux me coucher de bonne heure pour me lever tôt : demain aura lieu le Saatchi & Saatchi New Directors Showcase, un événement qui attire toujours les foules. Mieux vaut donc arriver à temps…
 
A suivre.

(Voir ici le Day 1 de Frederik Braem)

Archive / CREATIONS