Nl
Close

BRANDS

Mort de George Floyd : Les marques s'immiscent dans le débat US

Lundi 1 Juin 2020

Mort de George Floyd : Les marques s'immiscent dans le débat US

Les nouvelles tensions qui secouent les Etats-Unis depuis la mort de George Floyd, ont suscité des prises de parole de nombreuses marques ces derniers jours, principalement sur les réseaux sociaux. 

Nike a donné le ton, avec le spot "For once, don't do it. Don't pretend there's not a problem in America", cohérent avec le soutien qu'avait apporté l'équipementier à Colin Kaepernick dans sa campagne "Dream crazy" de 2018.
D'autres marques sportives ont suivi le mouvement, comme Under Armour ou Adidas, pour elle-même et sa filiale Reebok, qui rappelle sur Instagram, que sans la communauté noire, ni elle ni l'Amérique n'existerait. "Nous ne vous demandons pas d'acheter nos chaussures. Nous vous demandons de marcher dans celles de quelqu'un d'autre", poste également Reebok.

Sur Twitter, le groupe Disney rappelle qu'il s'oppose au racisme et qu'il soutient l'inclusion, ses collaborateurs noirs et plus globalement, l'ensemble de la communauté noire. Ben & Jerry's souligne pour sa part son engagement en faveur du mouvement Black Lives Matter et demande qu'il soit mis un terme aux attaques racistes et brutales dont sont victimes ses frères et soeurs noirs. Amazon, EA Sports ou Beats by Dre ne disent pas autre chose ; Netflix ajoute que "se taire, c'est être complice".

Les réseaux sociaux eux-mêmes ne sont pas en reste : de TikTok en passant par Twitter qui souligne que "le racisme n'adhère pas à la distanciation sociale" ou YouTube qui promet de verser $1 million pour "soutenir les efforts visant à lutter contre l'injustice sociale"... sans plus précision.

On notera que ces prises de parole ne sont pas sans risques pour les marques. Certains, comme le collectif Sleeping Giants, dénoncent l'hypocrisie des réseaux sociaux qui n'ont jamais vraiment oeuvré à éradiquer les contenus racistes ou suprémacistes ; d'autres, comme Cyndy Gallop par exemple, regrettent que le "story-telling" ne s'accompagne pas de "story-doing" dans le chef des entreprises. 

Quoi qu'il en soit, cette triple crise - sanitaire, économique et raciale - que traverse les Etats-Unis, va très certainement encore accroître l'engagement sociétal des marques.

Archive / BRANDS