Nl
Close

INTELLIGENCE

Seen from Space : Small & smart data pour les réseaux sociaux

Vendredi 6 Mars 2020

Seen from Space : Small & smart data pour les réseaux sociaux

La semaine dernière, nous constations, non sans ironie, que Facebook et Instagram comptaient plus de jeunes (surtout de moins de 25 ans) parmi leurs utilisateurs belges que d'individus de cette âge habitant sur notre territoire. Un canular ? Non : cette observation résulte de la compilation des données Facebook elles-mêmes. Bref, du Big Data conduisant à une "big mistake"... 

Cette erreur n'est pas spécifique à notre pays. Des données françaises montrent la même "surcharge" de jeunes utilisateurs chez Facebook outre-Quiévrain. Et la presse US s'était fait l'écho de pareilles bizarreries au pays de l'Oncle Sam. Heureusement, il y a des sources "small data" pour établir une vue plus réaliste.
Ces sources "small data", c'est notre enquête Pulsar (nous y reviendrons prochainement). Et c'est aussi le Global Web Index (GWI), autre enquête réalisée par sondage, trimestriellement auprès d'un échantillon de surfeurs de 16 à 64 ans. Ce sont des données généralement issues des quatre vagues de 2019 qui sont représentées dans le graphique, avec une pénétration calculée par rapport au total de la population des différentes tranches d'âge (et donc pas, comme généralement avec les données GWI, par rapport à la population en ligne). 

L'effectif des différentes tranches d'âge est issu de l'Establishment Survey CIM 2019 et c'est lui qui est utilisé comme référence. La pénétration des différents réseaux sociaux est donc calculée en utilisant les chiffres absolus du GWI, obtenus sur une population d'internautes, relatés aux données CIM, qui couvrent l'ensemble de la population, surfeurs ou non surfeurs. 

A l'issue du processus, on retombe sur des valeurs parfaitement crédibles : oui Facebook est encore très bien représenté chez les post-ados de 16 à 24 ans (plus de 92%), de même qu'Instagram (près de 89% dans cette même tranche d'âge), mais on reste dans des proportions crédibles. 

Les différents réseaux sociaux sélectionnés sont très sélectifs sur les jeunes Belges, mais ceux qui affichent proportionnellement le plus grand déséquilibre vers les plus jeunes sont le petit nouveau Tik Tok (mesuré dans le GWI depuis le deuxième trimestre 2019), Snapchat et Instagram. Facebook, Skype et WhatsApp sont proportionnellement les plus équilibrés, ce qui signifie que la différence de pénétration entre les différentes tranches d'âge y est relativement limitée. Small data may be smart.

Archive / INTELLIGENCE