Nl
Close

INTELLIGENCE

Seen from Space : Les Belges passent un peu plus de deux heures par jour en ligne

Vendredi 31 Janvier 2020

Seen from Space : Les Belges passent un peu plus de deux heures par jour en ligne

Nouvellement publiée, l'Establishment Survey cuvée 2019 (terrain d'enquête d'octobre 2018 à septembre 2019) est une mine d'informations, notamment sur les comportements digitaux  ou l'infrastructure technologique, y compris audio et vidéo, de la population belge. Avec maintenant la possibilité d'analyser des évolutions sur trois ans. Mais il y a aussi des nouveautés, comme des informations -à vrai dire très attendues- sur la durée de consommation d'Internet "toutes activités confondues", cette durée étant publiée en sept tranches croissantes de volume quotidien. 

Dans ce cadre, pas loin d'un Belge sur quatre déclare surfer entre une et deux heures par jour, et environ un sur six en est à plus de quatre heures quotidienne. On peut estimer la moyenne à quelque 139 minutes - 2 heures 19 minutes - par jour, sans différence notable entre néerlandophones et francophones.
Passées au crible d'une analyse de correspondances, on peut confirmer que les différentes durées de consommation ne se structurent ni autour de la langue des répondants, ni d'ailleurs autour du genre : ces deux critères sont centrés sur le graphe, donc peu discriminants. Sur le plan socio-démographique, c'est l'aspect générationnel qui est déterminant : il faut savoir que près de 37% des internautes de moins de 25 ans déclarent plus de quatre heures de surf par jour, contre moins de 20% des surfeurs ! Les "light users" d'Internet ont plus de chances d'être âgés et d'appartenir aux couches les moins favorisées de la population belge. 

Un autre axe structurant concerne l'activité de la personne interrogée : les individus professionnellement engagés se distinguent de ceux qui ne le sont pas, car ces derniers - du fait notamment de leur jeunesse - ont tendance à surconsommer Internet. A l'autre bout du spectre, les inactifs pensionnés constituent un segment dont la présence en ligne est très courte. Par ailleurs, et sans surprise, les répondants "multi-devices", à l'infrastructure tech large et diversifiée ont mécaniquement plus tendance à se trouver dans la case des "heavy users".

L'Establishment Survey 2019 ne nous donne sur ce plan aucun "insight" révolutionnaire, mais elle fournit une donnée sûre et de qualité sur une situation qu'on soupçonnait depuis longtemps.

Archive / INTELLIGENCE