Nl
Close

MEDIA TALKS

A Customer Intimacy Story, par Karen Hellemans (Editrice des titres "femmes" et Rédactrice en chef générale, Libelle)

Dimanche 15 Décembre 2019

A Customer Intimacy Story, par Karen Hellemans (Editrice des titres

En ouvrant ma boîte de réception ce matin, je suis tombée sur le message d’une lectrice. Elle avait lu la lettre de Myrthe publiée par Libelle et voulait l’aider. Pour faire court : Myrthe est une mère célibataire de 33 ans, qui confiait à notre magazine qu’elle n’avait pas assez d’argent pour s’acheter un lit. Dans son courriel, la lectrice se disait disposée à l’acheter pour elle. Elle n’était pas la seule : cette semaine, nous avons reçu des dizaines d’autres dons pour Myrthe. 

Ce n’est pas la première fois qu’une telle chose se produit. Chaque jour, nous recevons des courriels de personnes qui lisent notre magazine ou consultent notre site web. Elles nous font part de ce qui les a touchés pendant leur lecture. Ou nous racontent une expérience personnelle. Tantôt il s’agit d’une anecdote amusante sur leurs (petits-)enfants, tant d’un mot de remerciement pour un reportage sur les « enfants des étoiles » ou sur les soins aux personnes âgées. Les lectrices nous envoient des messages sur ce qu’elles aiment ou apprécient moins dans la vie, dans notre magazine, sur nos sites, à propos de nos actions et de nos reportages. Elles parlent de ce qui les émeut ou les trouble. 

Je réponds personnellement à tous les courriels de mes lectrices. J’y tiens absolument. Je suis toujours très émue de constater que ce que nous faisons trouve une résonance dans le vécu d’autres femmes. Pas question de classer sans suite ces messages !

Tous ceux qui travaillent pour Libelle - journalistes, designers, secrétaires de rédaction - sont convaincus de la place centrale à accorder aux lectrices. Ce sont des personnes bien réelles - pas des personnes fictives ou « personas » - avec qui nous entretenons des relations directes au quotidien. Nous les connaissons mieux que quiconque. Tout d’abord par nos conversations personnelles, mais aussi grâce à l’analyse des données et aux études que nous réalisons. Et il ne s’agit pas de contacts furtifs ; nous les côtoyons à tout moment, du matin au soir. Nous écoutons les mêmes radios, lisons les mêmes actualités, surfons sur les mêmes sites. Nous faisons nos courses et cuisinons avec elles. Nous prenons soin de leurs enfants. Nous les aidons à décorer leur maison. Nous les accompagnons dans leurs randonnées à pied ou à vélo. 

En partageant ainsi leurs activités, nous leur montrons à quel point elles comptent pour nous. Elles le sentent, et c’est pourquoi elles nous laissent entrer dans leur intimité. Leur amitié est notre plus grand motif de fierté.