Nl
Close

CREATIONS

D&AD Award 2019. Knokke, c'est (presque) Londres, par Eric Hollander (Air)

Dimanche 26 Mai 2019

D&AD Award 2019. Knokke, c'est (presque) Londres, par Eric Hollander (Air)

Cette semaine, avec quelques collègues, j’ai eu la chance d’être invité aux légendaires D&AD Awards (remerciements et gratitude éternelle à IP ainsi qu’à Liesl du Creative Belgium qui nous a concocté un programme exceptionnel).
 
Pour ceux qui ne connaissent pas le D&AD Awards, c’est exactement comme la remise des prix du Creative Belgium, sauf que ça se passe à Londres et pas à Knokke.
 
Sauf qu’on y récompense des travaux venus du monde entier et pas seulement du Royaume-Uni.
 
Sauf qu’on y distribue des Pencils qui augurent presque toujours de Lions Cannois, et pas des Chapeaux qui augurent surtout d’une augmentation de salaire des créatifs.
 
Sauf que les jurys accueillent les meilleurs créatifs internationaux et pas seulement les copains des copains, ce qui tend à objectiver le verdict des jurés et à le rendre crédible.
 
Sauf que le président du D&AD n’est pas président à vie, ses mandats sont limités dans le temps, pour faire place aux jeunes et éviter que s’installent de mauvaises habitudes. Ce qui ne m’empêche pas de saluer le formidable boulot de Jens Mortier qui rempile aussi parce que personne n’a l’envie ou le courage de lui succéder.
 
Sauf que des créatifs viennent de partout pour venir chercher leur Pencils - de NYC, de Paris, du Brésil mais aussi de Belgique : bravo à eux !
 
Sauf que la remise des prix vient couronner 4 jours d’un Festival particulièrement généreux dans son contenu : expositions des meilleurs travaux bien sûr, mais aussi talks, workshops, questionnements et débat sur nos métiers.
 
Sauf que ça grouille d’étudiants venus des meilleures écoles alors que nous devons nous battre pour conserver les talents de demain dans notre industrie.
 
Sauf que c’est précisément notre industrie au sens large que l’on récompense au Design & Art Direction Awardset pas seulement les créatifs publicitaires. Ainsi, l’un des deux President’s Award fut attribué à la très polyvalente Es Devlin. Designer, artiste, sculptrice, performer de réputation internationale et néanmoins anglaise… C’est un peu comme si le Creative Belgium récompensait Louis de Fabribeckers, Axel Vervoort ou Xavier Lust. Qui donc ? Des designers de réputation internationale et néanmoins belges. Et croyez-le ou pas, Es Devlin a salué notre profession toute entière, nous expliquant que nous faisions le même métier.
 
J’écris ce billet dans l’Eurostar qui nous ramène de Londres. Ce vendredi soir, pour la première fois depuis très longtemps, je ne serai pas à Knokke pour les Creative Belgium Awards.
 
Je m’impose à regret ce petit exercice de cohérence.
 
Certains diront que c’est parce que je reste un  "slechte verliezer". Ils n’ont pas tort, mais c’est aussi le secret de ma longévité créative ;-)

Je vous souhaite à tous un merveilleux Gala.

A l’année prochaine, sur le podium.
 

Archive / CREATIONS