Nl
Close

TRAINING&BOOKS

SXSW : Innovation, Inclusion et Influence intergénérationnelle, par Danny Devriendt (IPG Mediabrands)

Mercredi 13 Mars 2019

SXSW : Innovation, Inclusion et Influence intergénérationnelle, par Danny Devriendt (IPG Mediabrands)

Ça sent le vécu ? Vous vous lavez les mains, et quelqu’un est toujours occupé à présenter ses offrandes au trône de porcelaine en sifflotant "This is how we do it". D’un coup, cette rengaine vous suit tout le reste de la journée. Certaines lignes de code musical ont cette capacité à interagir profondément avec votre système d’exploitation primaire, vous mettre un sourire aux lèvres et vous faire fredonner (inconsciemment) une bonne partie des 24 heures à suivre.

La première journée du SXSW a répondu aux attentes. En cette Journée internationale des femmes, la programmation ne s’est pas limitée à mettre partout à l’honneur des femmes courageuses, persévérantes, créatives, fantastiques, inspirantes et uniques. Avec une multitude de présentations, panels de mise à l’honneur et études de cas entonnant à l’unisson le refrain de l’égalité totale, les allées de l’Austin Convention Centeront vibré au rythme de l’inclusion.

Inclusion

L’inclusion est l’action d'inclure quelque chose dans un tout, un ensemble ; état de quelque chose qui est inclus dans autre chose. Etre inclus. Littéralement faire partie intégrante de quelque chose. On ne peut pas imaginer l’eau sans le H de H2O. Le H et le O bénéficient d’une inclusion totale dans l’identité de l’eau. De l’eau sans Oxygène, c’est juste de l’Hydrogène. Homme et femme doivent bénéficier d’une inclusion totale dans les plus profonds tissus de la société. C’est la condition préalable pour exploiter notre plein potentiel en tant qu’espèce. 

Ce sont là de bien grands mots, mais le SXSW ne laisse pas place au doute : la bataille de l’émancipation est terminée. L’époque des plafonds de verre est révolue. Le temps des excuses est dépassé depuis longtemps : nous ne devrions pas arrêter avant que chacune et chacun ne soit totalement intégré à tous les niveaux de ce que nous appelons la société. Tous. Les. Niveaux. Guy Kawasakia extrêmement bien fait passer le message : « Nous ne pouvons pas ignorer la valeur ajoutée de plus de la moitié du patrimoine génétique combiné de l’humanité. Ce serait irresponsable, et complètement idiot. »(Kawasaki a fait preuve d’élégance en tant que modérateur en se retirant subrepticement de l’équation de la très solide affiche de femmes fortes que Stephanie Agresta, animatrice du Mercedes Media Lounge, avait rassemblée. Il a simplement indiqué que lui, homme d’une petite soixantaine d’années, était très heureux de travailler chez Canvas pour une femme beaucoup plus jeune et brillante.)

L’inclusion ne s’arrête en effet pas au moment où nous arrivons enfin à l’égalité des sexes. Si nous voulons atteindre notre plein potentiel, l’inclusiondoit concerner l’éventail des personnalités dans sa totalité, et donc aussi les personnes plus âgées et handicapées, ainsi que la communauté LGBTQIA (Lesbienne, Gay, Bisexuelle, Transgenre, Queer, Intersexe et Asexuelle). L’inclusion est avant tout une action. Nous ne devons pas uniquement jeter toutes les barrières à l’inclusion aux oubliettes : nous devons pousser tout le monde à aller de l’avant pour activement avancer, saisir, lutter, explorer, apprendre, peiner, échouer et se relancer jusqu’à ce qu’il/elle arrive à son plein potentiel.

Si nous voulons relever les défis bien réels de demain, nous allons devoir les aborder en tant que TIS, une Total Inclusion Society, où l’inclusion totale est aussi une réalité.

Innovation

Stephen Hawking a changé la perception des personnes handicapées par-dessus les cloisons supposées par son fauteuil roulant. Michele Obama fait rayonner les jeunes femmes de couleur de fierté et d’autonomisation. Les jeunes filles doivent puiser leur inspiration chez les femmes Chief Intelligence Officers qui propulsent avec maîtrise nos entreprises et marques dans l’avenir. Les femmes astronautes doivent ouvrir la voie vers Mars et au-delà. L’innovation doit être alimentée et orientée par l’ensemble du cadrant de l’humanité, peu importe l’âge, le sexe, les capacités, les incapacités, la religion, l’orientation (a)sexuelle et les choix de vie.

L’innovation nécessite aussi d’aller au-delà de la réalité pour en inventer une nouvelle. Il n’y aurait pas eu de voitures sans aller au-delà de la réalité des chevaux, pas d’exploration spatiale sans passer outre la dure réalité de la gravité, pas d’ordinateurs sans dépasser la vitesse de traitement en série limitée de nos cerveaux.

Un noyau dur d’intervenants fait remarquer que nous n’innoverons pas en réparant ce que nous avons. Nous innoverons en inventant ce dont nous avons besoin. Malheureusement, une bonne partie de notre réalité d’entreprise est basée sur des systèmes de bonus et compensations qui récompensent le contrôle du présent de manière figée, pour éviter les surprises. Si nous ne trouvons pas les moyens de récompenser nos esprits les plus brillants pour essayer, échouer et inventer… Nous sommes condamnés.

Influence intergénérationnelle 

Un autre enseignement de cette première journée au SXSW est que nous devons envisager l’innovation au travers des générations et du temps. Fervent lecteur de science-fiction de qualité, une question me taraude depuis toujours : ces auteurs voient-ils vraiment l’avenir ? Ou inventent-ils dans leur esprit une belle perspective qui va inspirer une autre personne quelques générations plus tard, qui se dira à son tour : « Oh, l’idée me plaît, si on faisait ça ? ». Kennedy aurait-il réquisitionné tout le potentiel des USA (hommes ET femmes) pendant une décennie pour envoyer un homme sur la lune s’il n’avait pas lu Jules Verne ?

Bruce Sterling a-t-il inventé les lunettes de réalité augmentée dans ses romans steampunk parus il y a des décennies ? Ou Astro Teller, célèbre capitaine du bateau Google X, a-t-il été assez inspiré par le livre pour décider de les construire, simplement parce que ça lui était possible ?

Au final, ça n’a pas d’importance. Nous devons permettre aux personnes de toutes les générations et tous les sexes de rêver leurs rêves. Tôt ou tard, les rêves prennent vraiment forme. L’histoire l’a prouvé à maintes reprises…

Archive / TRAINING&BOOKS