FERMER


Vous êtes à la recherche de quelque chose ?

Rechercher

Déjà un compte MM ?

Se connecter Mot de passe oublié ?

Encodez votre e-mail ci-après et recevez un lien pour créer votre mot de passe.



Envoyer votre mot de passe
FR NL

Vous êtes à la recherche de quelque chose ?


RECHERCHE AVANCÉE >

Pas encore membre MM ?

mm.be est un site freemium. Pour accéder aux contenus payants, vous devez créer votre compte et vous abonner à nos produits.
Créer un compte

Déjà un compte MM ?

Mot de passe oublié ?

Encodez votre e-mail ci-après et recevez un lien pour créer votre mot de passe.


Envoyer votre mot de passe
close

Sérigraphies et abstraction géométrique : la B-side de Johan Van Oeckel

Vendredi 11 Janvier 2019


Sérigraphies et abstraction géométrique : la B-side de Johan Van Oeckel
Dans cette rubrique, nous mettons à l'honneur des professionnels du secteur qui ont une activité créative à côté de leur job principal. Cette semaine, le directeur artistique Johan Van Oeckel nous parle de sa passion les sérigraphies et l’abstraction géométrique.
 
Quelle est votre B-side ?
 
Je fais du graphisme : principalement des sérigraphies et des peintures sur papier. Pour l’instant, je travaille aussi à une œuvre tridimensionnelle. Ma production s'inspire de l’abstraction géométrique, dite "froide", et met l’accent sur les aspects de composition, forme, couleur et support.
 
Comment l’idée vous est-elle venue ?
 
Je me suis lancé dans la sérigraphie il y a deux ans, mais les choses se sont accélérées l’année dernière, lorsque j’ai travaillé pendant cinq mois comme freelance pour N=5 à Amsterdam. Je passais toutes mes journées libres à AGA LAB, un atelier graphique situé à proximité. Les arts visuels m'ont toujours intéressé. À Sint-Lukas, en plus de la conception graphique et publicitaire, j’ai absolument voulu suivre un atelier expérimental (ils ont même dû pour ça changer les statuts, haha). J'ai finalement opté pour la publicité parce que j'étais trop incertain de ce que je voulais exprimer exactement dans mon travail artistique. Cela dit, l’abstraction a un effet très libérateur, et c’est certainement une piste que je veux continuer à explorer. De nos jours, les artistes belges qui s’adonnent à l’art abstrait se comptent sur les doigts d'une main. Au contraire des artistes engagés qui, eux, courent les rues...  
 
Quelles difficultés avez-vous rencontrées ?
 
La seule difficulté selon moi a trait à l’avenir. A un certain moment, je vais devoir y consacrer plus de temps si je veux progresser dans mon art. Mais on verra bien alors ce qu’il convient de faire. D’autre part, je dois trouver d’urgence un atelier. Tous les tuyaux sont les bienvenus !
 
En quoi votre métier vous aide-t-il dans votre B-side ?
 
Outre des aspects plus pratiques comme la conception du site web et la photographie des œuvres, mes 20 années d'expérience dans un secteur principalement visuel m'aident, consciemment ou non, à évaluer mon travail graphique. Est-ce que tout est bien proportionné : les couleurs, les formes, les rythmes, les espaces positifs et négatifs ? Si c’est le cas, le résultat peut alors être considéré comme réussi. Mais c’est souvent très difficile, vu le caractère minimaliste. Dans notre secteur, nous sommes déjà heureux qu'une campagne publicitaire ne soit pas dépassée après quelques années, mais j'espère que mon travail d’artiste pourra durer un peu plus longtemps.
 
En quoi votre B-side vous aide-t-elle dans votre métier ?
 
Je suis convaincu que nous avons absolument besoin d’une B-side dans le monde de la publicité. Avant, pour moi, c'était la musique, mais mon intérêt pour elle a nettement diminué depuis que mon fils a commencé des études de composition à l’institut Lemmens de Louvain. Je me suis tout à coup rendu compte que je ne savais pratiquement rien de la musique malgré cinq années d’académie et d’orgue, dix années de guitare et une participation dans six groupes. Aujourd’hui, les arts visuels sont donc ma nouvelle passion. Je suis heureux de pouvoir y consacrer un certain temps comme freelance. Les créatifs doivent produire chaque jour de nouvelles idées. Il est donc important de trouver des sources d'inspiration. Je conseille à tous les DC d’envoyer leurs créatifs visiter des expositions pendant les périodes plus tranquilles. C’est bien plus instructif que de passer une demi-journée sur les réseaux sociaux. 
 
Où peut-on voir votre travail ?
 
Pour l'instant encore uniquement sur johanvanoeckel.com et Instagram, mais j'espère pouvoir trouver prochainement un espace d’exposition. On peut aussi avoir un petit aperçu de mon travail dans un café de Louvain, le Bar Stan.
 
Que vous manque-t-il pour booster votre projet ?
 
Du temps.
 
A qui souhaitez-vous passer le relais pour notre prochaine interview B-Side ?
 
A Alex Gabriels, qui produit avec passion des objets en céramique de très grande qualité. Mais je pense qu'entre-temps, elle a fait de sa B-side son métier...
 



ARCHIVE / CREATIONS






INTERVIEW

Quand le trouble s'empare du processus de création

Quand le trouble s'empare du processus de création



DOSSIER  



BTOB Awards 2018 : Les campagnes en or et la marque média de l'année  


Le grand vainqueur de l'édition 2018 des BTOB Awards est LDV United qui remporte trois Gold sur les quatre décernés, et un Silver avec ses campagnes "Dare to sponsor" pour Special Olympics et...


en savoir plus
Member only
Connectez-vous pour accéder à ce dossier


Mixx 2018 : les campagnes en or  


Parmi les 133 campagnes inscrites à l'édition 2018 des Mixx Awards de BAM, les jurys présidés par Christine Jean (AG), Sonja Klein (OMG), Wim Decraene (Frucon) et Alex Thoré (Magis.company) ont...


en savoir plus
Member only
Connectez-vous pour accéder à ce dossier


Re-evaluating Media : de l'impact perçu et réel des médias  


Au début de cette année, Radiocenter, l’organisme de marketing des stations britanniques qui promeut la radio en tant que média commercial, a chargé Ebiquity d'étudier les rapports de force des...


en savoir plus
Member only
Connectez-vous pour accéder à ce dossier