Nl
Close

INTELLIGENCE

Seen from Space : 1 minute de vision pub pour 10 de vision TV

Vendredi 23 Novembre 2018

Seen from Space : 1 minute de vision pub pour 10 de vision TV



Consacré à la viabilité de l’audiovisuel flamand, le rapport Econopolis de ce mois de novembre 2018 nous a parfois étonnés. En particulier, l’une des affirmations selon laquelle la croissance de la vision différée allait diminuer de manière drastique la consommation de la pub : c'est factuellement incontestable, mais la manière de développer cette idée juste était surprenante.

Pour les 10 premiers mois de 2018, et par rapport à la problématique "pub vs vision TV globale" dans les modalités live et différé, nous avons donc sorti les données qui nous paraissaient pertinentes. Pas seulement pour le Nord d’ailleurs. Dans la situation actuelle, parlant de la population souvent utilisée comme référence par Econopolis, on constate que les PRA de 18 à 54 ans consacrent 10% (Sud) à 12% (Nord) de leur volume de vision à la publicité lorsqu'ils sont en live. Ceci toutes formes confondues, y compris le sponsoring, sur les chaînes commerciales considérées. Cette proportion est plus ou moins divisée par deux - 6% (Sud) et 5% (Nord) - lorsqu’on considère la vision différée. 

En consolidant live et différé, 9% du volume de vision (Sud) et 10% (Nord) vont à la pub. Si les ratios observés se maintiennent, il est clair que dans un scénario où la vision différée pèserait 50% du temps total de consommation TV, il y aurait nettement moins de contacts publicitaires.

La question non élucidée étant "est-ce que le différé montera jusque 50% ?". Il est à 27% sur la cible commerciale dans le Nord et a connu, c’est vrai, une progression importante ces deux ou trois dernières années. Rappelons qu’au Royaume-Uni, qui a commencé beaucoup plus tôt que nous dans ce domaine, la croissance du différé s’est nettement ralentie depuis maintenant plusieurs années. Mais comparaison n’est peut-être pas raison.

Archive / INTELLIGENCE