FERMER


Vous êtes à la recherche de quelque chose ?

Rechercher

Déjà un compte MM ?

Se connecter Mot de passe oublié ?

Encodez votre e-mail ci-après et recevez un lien pour créer votre mot de passe.



Envoyer votre mot de passe
FR NL

Vous êtes à la recherche de quelque chose ?


RECHERCHE AVANCÉE >

Pas encore membre MM ?

mm.be est un site freemium. Pour accéder aux contenus payants, vous devez créer votre compte et vous abonner à nos produits.
Créer un compte

Déjà un compte MM ?

Mot de passe oublié ?

Encodez votre e-mail ci-après et recevez un lien pour créer votre mot de passe.


Envoyer votre mot de passe
close

Peter Ampe (FamousGrey) : « Notre nouveau modèle combine magie créative et logique commerciale »

Dimanche 30 Septembre 2018


Peter Ampe (FamousGrey) : « Notre nouveau modèle combine magie créative et logique commerciale »
Presqu’un an jour pour jour après son arrivée à la tête de la création de FamousGrey, Peter Ampe annonce la mise en place de "No Frame, No Fame", un nouveau modèle et une nouvelle structure d'agence, dont l'objectif est de répondre aux défis auxquels le secteur est confronté. Pour l'aider dans sa tâche, l'ECD forme un duo inédit avec Jonathan Detavernier, jusqu'ici Head of Digital et désormais Consumer Experience Director. Explications.

Peter, pourquoi avoir rejoint FamousGrey, alors que vous dirigiez la création de l’Agence de l’Année ? Qu’est-ce qui vous a convaincu ?
 
Il y a trois raisons principales. La première est d'ordre émotionnelle : l'envie de travailler avec ma femme (Emily Rammant, Production Director de FamousGrey Productions, ndlr.). Ce qui n’est déjà pas mal (rires). Ensuite, il y a une raison beaucoup plus rationnelle. Je tenais absolument à travailler un jour chez FamousGrey, non seulement pour la créativité qui fait partie de l'ADN de l'agence, mais aussi pour son esprit d'entreprendre, qui fait également partie des murs.
 
Enfin, last but not least, il y a chez FamousGrey énormément de talents, avec lesquels je n'ai pas encore eu l'occasion ni la chance de travailler. Je parle de profils et spécialistes, comme ces psychologues de formation, qui font en sorte que la navigation sur un site web soit optimale, ou encore, les Performance Marketers, qui font le lien entre création, analytics et online marketing, afin d'optimaliser la communication numérique… 
 
Quel a été votre plus gros chantier chez FamousGrey ? Est-il terminé ? Autrement dit, avez-vous la création dont vous rêviez ?
 
A nouveau, le plus grand avantage de FamousGrey, ce sont ses talents, mais c'était également le plus grand chantier : comment faire en sorte qu’ils collaborent de manière optimale, main dans la main, avec le même objectif en tête ?
 
Ces profils extrêmement spécialisés ont souvent tendance à rester dans leur bulle et à travailler dans leur coin. Ils n'aiment pas beaucoup les structures… Le plus grand défi, c'est donc d'arriver à les ouvrir davantage aux autres et de réussir à faire collaborer toutes ces expertises. 
 
Pour ce faire, nous sommes en train d'installer une nouvelle façon de travailler et faisons appel à quelques petites astuces. Comme, par exemple, le concept de "Irish hospitality". Je ne sais pas si c'est vrai : on m'a un jour raconté qu'en Irlande, quand ils organisent un repas, ils prévoient toujours de la nourriture pour un invité supplémentaire. Autrement dit, un invité surprise est toujours le bienvenu. Nous avons adapté cette philosophie à l'agence. 
 
Chez FamousGrey, nous sommes plus ou moins 80 personnes, mais nous avons 160 chaises. Les 80 chaises sans propriétaires sont réparties un peu partout, notamment à la création, où chaque team dispose d’une chaise vide autour de son bureau pour inviter un Developer, un Designer, un Connection Planner, etc. chaque fois qu'il en ressent le besoin pour développer au mieux ses idées.
 
Expliquez-nous votre tandem inédit avec Jonathan...
 
Tout a commencé par une bonne impression partagée et, petit à petit, l'idée de travailler plus étroitement ensemble et développer une nouvelle structure a germé. C'est ainsi qu'est né le modèle "No Frame, No Fame".
 
Jonathan Detavernier : En tant que Directeur Créatif, Peter s’est toujours concentré sur l’efficience, tandis que de mon côté, en tant que Head of Digital, je me suis toujours focalisé sur le produit créatif. Le "fame" est donc aussi présent que le "frame" dans nos fonctions respectives. Nous avons décidé de regrouper le tout, afin que, désormais, chaque idée (Fame) soit associée à son propre business plan (Frame).
 
PA : C'est notre réponse à la division qui existe actuellement entre les agences créatives, qui suivent leur instinct, et les agences stratégiques, qui se basent sur les données. Notre nouveau modèle combine magie créative et logique commerciale, avec comme objectif prioritaire que les marques puissent plus facilement opter pour une idée créative forte.
 
Concrètement, qu'est-ce que cela implique dans le processus créatif ?
 

JD : Nous associons désormais les esprits créatifs et stratégiques dès le début du processus créatif de chaque projet. Nous pensons que c'est une réponse efficace aux tensions actuelles dans notre secteur : budgets réduits vs. idées audacieuses. Les premiers laissent peu de place aux risques financiers ; en revanche, les secondes restent incontournables pour acquérir de la visibilité. C’est l’essence même de "No Frame, No Fame", qui permet de se faire remarquer sans risque.
 
PA : On entend trop souvent que les clients doivent être plus audacieux. C’est un peu facile. Vous ne pouvez pas rendre le client entièrement responsable si vous ne lui donnez pas toute l’information. Les personnes qui pratiquent le "cliff diving" sont courageuses et prennent des risques, mais elles connaissent la profondeur de l’eau. En transmettant au client le cadre conceptuel, nous lui donnons la possibilité de faire le choix réfléchi d’une aventure créative calculée.
 
JD : D’où ma nouvelle fonction de CXD et l’ensemble de celles que nous avons également créées au sein de l’agence telles que Connection Planner, assumée par Floris Adriaenssens, qui développe un plan média fort à partir de l’idée centrale de la campagne ou UX Director, dont la casquette est coiffée par Maarten Breda qui vise à créer l’expérience client parfaite… 
 
PA : Avec l’instauration de ce nouveau schéma de travail, nous anticipons et répondons à trois questions qui constituent à présent la base du processus créatif : comment le consommateur sera-t-il exposé à l’idée ? Comment pourrait-il interagir ? Qu’est-ce qu’une idée qui fonctionne ? Il s’agit d’une série de questions simples, dont nos créatifs doivent tenir compte dans leur façon de penser. Jonathan et moi ne passons plus des idées en revue, mais bien des plans. 
Le grand défi, et l’essence de notre métier, est de faire la différence quand c’est vraiment nécessaire. Nous devons embrasser l’approche data-driven des consultants et en faire ce dont ils ne sont pas capables : transformer l’expérience client en émerveillement client. 
 
JD : Les bureaux de consultance intègrent également différents touchpoints dans leur approche ; en tant qu’agence, nous allons plus loin, en les enrichissant de manière à les rendre plus puissants. Au lieu de simples touchpoints, nous nous efforçons de créer des "touchpoints that touch", comme nous l’avons défini chez FamousGrey. Parce que la force de la création sera toujours distinctive. Pour nous, comme pour les marques.



ARCHIVE / AGENCIES - COMMUNICATION






INTERVIEW

Christine Jean (AG Insurance) : « Le digital joue de mieux en mieux son rôle dans des stratégies de communication holistiques »

Christine Jean (AG Insurance) : « Le digital joue de mieux en mieux son rôle dans des stratégies de communication holistiques »



DOSSIER  



Mixx 2018 : les campagnes en or  


Parmi les 133 campagnes inscrites à l'édition 2018 des Mixx Awards de BAM, les jurys présidés par Christine Jean (AG), Sonja Klein (OMG), Wim Decraene (Frucon) et Alex Thoré (Magis.company) ont...


en savoir plus
Member only
Connectez-vous pour accéder à ce dossier


Re-evaluating Media : de l'impact perçu et réel des médias  


Au début de cette année, Radiocenter, l’organisme de marketing des stations britanniques qui promeut la radio en tant que média commercial, a chargé Ebiquity d'étudier les rapports de force des...


en savoir plus
Member only
Connectez-vous pour accéder à ce dossier


Le marketing d'influence : émancipation et autorégulation  


Dans le souci de garantir une plus grande transparence, le SPF Économie publiait à la mi-mai une directive très stricte sur le marketing d’influence. Une initiative qui a provoqué un tollé...


en savoir plus
Member only
Connectez-vous pour accéder à ce dossier