FERMER


Vous êtes à la recherche de quelque chose ?

Rechercher

Déjà un compte MM ?

Se connecter Mot de passe oublié ?

Encodez votre e-mail ci-après et recevez un lien pour créer votre mot de passe.



Envoyer votre mot de passe
FR NL

Vous êtes à la recherche de quelque chose ?


RECHERCHE AVANCÉE >

Pas encore membre MM ?

mm.be est un site freemium. Pour accéder aux contenus payants, vous devez créer votre compte et vous abonner à nos produits.
Créer un compte

Déjà un compte MM ?

Mot de passe oublié ?

Encodez votre e-mail ci-après et recevez un lien pour créer votre mot de passe.


Envoyer votre mot de passe
close

ECM 2018 : morceaux choisis, par Kris Poté (Cap Gemini)

Vendredi 21 Septembre 2018


ECM 2018 : morceaux choisis, par Kris Poté (Cap Gemini)
L’European Public Relations Education and Research Association (EUPRERA) et l’European Association of Communication Directors (EACD) ont récemment publié la douzième édition annuelle de l’European Communication Monitor (ECM). Cette étude universitaire est menée par un certain nombre de professeurs, notamment des universités de Leipzig, Amsterdam et Leeds, et elle est basée sur un questionnaire adressé à 3.096 professionnels de la communication de 48 pays européens. L’ECM consiste en 39 questions ciblées portant sur 10 sujets différents. Que faut-il en retenir pour les experts en communication en Belgique ? Voici quelques morceaux choisis.
 
A propos des salaires en vigueur en Europe. 13% des experts en communication gagnent moins de 30.000 euros par an, 15% plus de 150.000. Les autres se situent entre ces deux chiffres, le groupe le plus important (29,8%) étant constitué par les experts qui gagnent entre 60.000 et 100.000 euros. Le salaire dépend surtout du niveau hiérarchique et du nombre d’années d’expérience. La Belgique se situe en dessous de la moyenne européenne : le groupe le plus nombreux est celui de la tranche qui va de 30.000 à 60.000 euros (39,7%). 
 
Venons-en ensuite à l’environnement de travail. Ce qui frappe, c’est que la satisfaction au travail des experts en communication dépend avant tout des responsabilités professionnelles et de la confiance qu’on leur accorde dans leurs activités professionnelles. Si ces deux conditions ne sont pas suffisamment remplies dans la culture de l’entreprise, l’équipe de communication ressentira son environnement de travail comme moins attractif. 
 
L’enquête a également porté sur la satisfaction à exercer ses fonctions et sur la volonté de changer d’employeur dans le monde de la communication. En Europe, 73,5% des experts en communication se disent satisfaits de leur travail, 11% portent un jugement neutre et 15,4% sont franchement insatisfaits. Et qu’en est-il des experts belges en communication ? 74,5% sont satisfaits, 9,7% ne savent pas trop et 15,7% sont insatisfaits : ces chiffres sont relativement proches de la moyenne européenne.
 
Qu’est-ce qui cause le stress chez les experts en communication ? 39% se sentent tendus ou stressés au travail, 29,2% ne peuvent se prononcer, et 31,9% sont relax. Pour la Belgique, 26,3% des professionnels de la communication se sentent très stressés (à savoir qu’ils sont proches du burn-out), alors que 73,7% affirment ne pas avoir de problèmes de stress ou n’avoir que des problèmes maîtrisables en la matière. 
 
Les causes du stress les plus citées sont, dans l’ordre : une charge de travail trop importante, l’obligation d’une disponibilité constante, les faibles perspectives de carrière, la gestion de la surinformation et les longues heures de travail. Bigre !
 
La confiance dans l’organisation ou dans l’entreprise pour laquelle on travaille est généralement considérée comme un élément essentiel pour exceller dans la communication. En Europe, 67% des experts en communication affirment qu’ils ont confiance dans les capacités de leur entreprise ou de l’organisation. Ici également, il est frappant de constater que les collaborateurs des agences de communication affichent les scores les plus élevés en termes de confiance. Les plus mauvais résultats sont obtenus par les pouvoirs publics. S’agissant de ces derniers, c’est le fait de ne pas tenir compte de l’opinion de l’expert en communication qui est la principale cause de mécontentement évoquée. Oups.
 
Qu’en est-il du leadership et de la culture de l’entreprise ? Ce qui est frappant, dans chaque cas, c’est que 42,1% des "patrons" des experts en communication ne sont pas capables d’estimer la valeur ajoutée des relations publiques ou de la communication. C’est en tout cas ce que prétendent les experts en communication eux-mêmes. Il s’agit d’un chiffre élevé et même s’il ne s’agit que d’une perception, elle ne facilite pas le travail d’une équipe de communication. En matière d’inclusion et de diversité, la situation est meilleure : 76,5% des participants à l’enquête estiment que ces valeurs sont bel et bien intégrées dans la culture de l’entreprise. 
 
L’association des actions de communication à la stratégie d’entreprise et l’adaptation à la révolution numérique et aux médias sociaux peuvent représenter un véritable casse-tête pour de nombreuses organisations. La création d’un lien de confiance avec les groupes cibles visés est citée en premier lieu (par 39,5% des répondants) comme l’objectif stratégique le plus important en matière de communication, suivie de près par le souci d’associer de manière optimale la stratégie de l’entreprise avec les initiatives de communication (37,7%). 
 
Il est frappant de constater également que la prise en compte du développement durable constituait encore en 2008 une préoccupation stratégique absolue (41,3%) alors qu’elle figure aujourd’hui à la dernière place de la petite liste des objectifs stratégiques (18,2%). 
 
Une des tâches essentielles d’une équipe de communication demeure la sélection et la diffusion des informations auprès du management, des clients et de l’ensemble de l’écosystème. 64,7% des experts en communication abondent dans ce sens. Pour 68% des personnes ayant participé à l’enquête, il s’agit même du moyen par excellence d’inspirer le respect pour la profession auprès des différents groupes cibles. A noter : 56% des professionnels de la communication sous-traitent leur suivi des médias.
 
Les fake news constituent-elles une notion typiquement contemporaine ("zeitgeist") dans le monde des médias et y consacrons-nous trop de temps ? 55,8% des professionnels de la communication affirment que dans leur pays, les fake news constituent un important sujet de conversation (52,3% en Belgique). En revanche, à peine 24,4% affirment que ce phénomène joue un rôle important dans leur travail quotidien. Mais, de manière quelque peu contradictoire, la création d’un lien de confiance avec le public trône à la première place des objectifs de la communication



ARCHIVE / INTELLIGENCE - RESEARCH






INTERVIEW

Christine Jean (AG Insurance) : « Le digital joue de mieux en mieux son rôle dans des stratégies de communication holistiques »

Christine Jean (AG Insurance) : « Le digital joue de mieux en mieux son rôle dans des stratégies de communication holistiques »



DOSSIER  



Mixx 2018 : les campagnes en or  


Parmi les 133 campagnes inscrites à l'édition 2018 des Mixx Awards de BAM, les jurys présidés par Christine Jean (AG), Sonja Klein (OMG), Wim Decraene (Frucon) et Alex Thoré (Magis.company) ont...


en savoir plus
Member only
Connectez-vous pour accéder à ce dossier


Re-evaluating Media : de l'impact perçu et réel des médias  


Au début de cette année, Radiocenter, l’organisme de marketing des stations britanniques qui promeut la radio en tant que média commercial, a chargé Ebiquity d'étudier les rapports de force des...


en savoir plus
Member only
Connectez-vous pour accéder à ce dossier


Le marketing d'influence : émancipation et autorégulation  


Dans le souci de garantir une plus grande transparence, le SPF Économie publiait à la mi-mai une directive très stricte sur le marketing d’influence. Une initiative qui a provoqué un tollé...


en savoir plus
Member only
Connectez-vous pour accéder à ce dossier