FERMER


Vous êtes à la recherche de quelque chose ?

Rechercher

Déjà un compte MM ?

Se connecter Mot de passe oublié ?

Encodez votre e-mail ci-après et recevez un lien pour créer votre mot de passe.



Envoyer votre mot de passe
FR NL

Vous êtes à la recherche de quelque chose ?


RECHERCHE AVANCÉE >

Pas encore membre MM ?

mm.be est un site freemium. Pour accéder aux contenus payants, vous devez créer votre compte et vous abonner à nos produits.
Créer un compte

Déjà un compte MM ?

Mot de passe oublié ?

Encodez votre e-mail ci-après et recevez un lien pour créer votre mot de passe.


Envoyer votre mot de passe
close

Seen from Space : Les Belges francophones sont plus exposés à la pub TV que les Flamands ou les Britanniques

Dimanche 16 Septembre 2018


Seen from Space : Les Belges francophones sont plus exposés à la pub TV que les Flamands ou les Britanniques
Le marché TV britannique est, à raison, considéré comme plus mature que le(s) nôtre(s) depuis longtemps. Mais cet écart rétrécit avec le temps, et ce, de plus en plus vite.

Malgré la très forte (r)évolution des habitudes et des modes de vision au Royaume-Uni , les chiffres officiels du BARB montrent que le nombre de spots vus sur un jour moyen a finalement peu varié ces 10 dernières années. Après un peak coïncidant avec le passage au full numérique, le téléspectateur anglais voyait en moyenne au premier semestre 2018, 42 spots par jour, soit exactement le même chiffre que celui observé 10 ans plus tôt.

Et chez nous ? Dans le Nord, le téléspectateur moyen (4+) a vu en moyenne au premier semestre 2018 près de 20% de spots en plus qu’à la même période en 2008. Soit 41 spots par jour, un chiffre quasi identique à celui mesuré par le BARB au Royaume Uni. Mais n’oublions pas qu’en 2018 il y avait huit chaînes horodatées pour une quarantaine aujourd’hui. Côté francophone, même s’il a augmenté, le nombre moyen de spots vus quotidiennement sur les chaînes nationales n’a pas vraiment explosé en 10 ans. Par contre en 2018, le calcul inclut les spots belges diffusés sur TF1, spots qui ne représentent pas une pression nouvelle, mais bien la prise en compte d’une pression existante mais non mesurée jusque-là. Avec 43 spots par jour, le téléspectateur francophone est donc plus exposé que ses compatriotes flamands ou ses voisins britanniques. D’autant que ce calcul n’inclut pas les spots français diffusés par TF1, qui représentaient l’immense majorité (70%) des spots diffusés au premier semestre. On est en fait sans le moindre doute au-dessus des 45 spots par jour.



ARCHIVE / INTELLIGENCE - RESEARCH






INTERVIEW

Comment Colruyt adopte une approche holistique du multiculturalisme

Comment Colruyt adopte une approche holistique du multiculturalisme



DOSSIER  



CIM NRS 2018 : nos analyses   


En attendant les développements annoncés il y a un an (l’estimation de l’audience par jour des quotidiens, celle de l’audience par numéro des magazines et la mesure de l’audience de marque par la...


en savoir plus
Member only
Connectez-vous pour accéder à ce dossier


Profitability Survey 2017 : la croissance aura été de courte durée pour les agences ACC  


Chaque année, l’Association of Communication Agencies (ACC) rassemble les données financières de ses membres en vue de prendre la température du marché. Le résultat pour 2017 ? Une stagnation de...


en savoir plus
Member only
Connectez-vous pour accéder à ce dossier


Forrester incite les holdings publicitaires à revoir leur business model  


L’entreprenariat créatif peut-il sauver le business model des agences de communication ? Ainsi s’interroge Ted Schadler, VP Principal Analyst chez Forrester, sur le célèbre blog de son employeur,...


en savoir plus
Member only
Connectez-vous pour accéder à ce dossier