FERMER


Vous êtes à la recherche de quelque chose ?

Rechercher

Déjà un compte MM ?

Se connecter Mot de passe oublié ?

Encodez votre e-mail ci-après et recevez un lien pour créer votre mot de passe.



Envoyer votre mot de passe
FR NL

Vous êtes à la recherche de quelque chose ?


RECHERCHE AVANCÉE >

Pas encore membre MM ?

mm.be est un site freemium. Pour accéder aux contenus payants, vous devez créer votre compte et vous abonner à nos produits.
Créer un compte

Déjà un compte MM ?

Mot de passe oublié ?

Encodez votre e-mail ci-après et recevez un lien pour créer votre mot de passe.


Envoyer votre mot de passe
close

Are we all doomed ?, par Frederik Braem (Brightfish)

Jeudi 19 Juillet 2018


Are we all doomed ?, par Frederik Braem (Brightfish)
Au moment où j’écris ces mots, Donald Trump est sur le point de tourner le dos à l’OTAN (ou non ?), menaçant de bouleverser l’équilibre précaire de la paix dans le monde et de faire sombrer toute la planète dans le chaos et l’incertitude.

Mais il y a aussi de bonnes nouvelles, car - au diable, les gars - WE ARE NOT DOOMED. Voilà un sacré spoiler, vu que c’était la conclusion du séminaire dont je souhaite vous parler dans ce billet. Un séminaire qui s’est tenu dans un endroit insolite, mais qui a été organisé au bon moment en présence d’un public enthousiaste. Le concept : un faux débat (j’évite d’utiliser le mot "fake", car il ne me semble plus rien vouloir dire aujourd’hui) entre deux correspondants érudits de la BBC sur quatre sujets majeurs : l’environnement, la politique, la technologie et les médias. 

Les deux journalistes ont défendu à chaque fois une position contraire (pour ou contre), en alternant les rôles, et souvent contre leur opinion personnelle. Mais rappelons-le : c’était un faux débat ! Tout était bien sûr mis en scène et fixé dans un scénario, et pourtant cela a été l’un des talks les plus stimulants de tout le festival. Et ce, pas seulement à cause des enseignements concrets que l’on a pu en tirer, mais aussi pour la motivation et pour le coup de poing dans l’estomac que cela a assené aux participants.

Je m’explique. Après chaque débat, le public pouvait choisir son camp : « We are all doomed » ou « There is hope ». Pour ce faire, il fallait se rendre sur un site web - dont il a été beaucoup question au cours du festival - qui permettait de voter en direct. Et quand je dis "direct", c’est vraiment "direct", car on pouvait voir en temps réel le trait se déplacer entre "hope" et "doomed", sous les acclamations ou huées du public. Un public qui, soit dit en passant, se composait de très nombreuses nationalités, mais surtout de Chinois et d’Américains. Une précision qui a son importance dans ce genre de débats.

Le premier sujet abordé était l’environnement. Fastoche, non ? Le réchauffement de la planète est devenu une quasi-fatalité, Trump est pour l’usage du charbon et du pétrole ; il a jeté un pavé dans la mare des accords sur le climat. Bref, "doomed", sans le moindre doute. Et pourtant : il existe un nombre incroyable d’initiatives - y compris aux États-Unis - pour promouvoir les sources d’énergie alternatives. Même la Chine joue un rôle de premier plan dans ce domaine. Alors, tout va bien ? Non. Donc, tout va mal ? Non plus ! Les arguments étaient clairs et le public a tranché : "hope". À une écrasante majorité, qui plus est. 

Deuxième volet : la politique. Et rebelote. Les personnes qui crient le plus fort sur la scène mondiale déterminent sans doute l’humeur générale, mais les nuances ont aussi leur importance, même si elles ne s’invitent pas sur mon fil Twitter. Ainsi, la stratégie "America First" de Trump nuit avant tout aux États-Unis, et ce, pour toutes sortes de raisons économiques. (Pièce à conviction n° 1 : la délocalisation de Harley Davidson hors des États-Unis, à cause de la guerre commerciale avec l’Europe). Une décision dont j’avais déjà eu vent - je me suis un jour abonné par erreur à la lettre d’information du quotidien De Tijd -, mais le fait que cette belle représentation planétaire au Palais penche ici aussi pour l’espoir m’a fait quelque chose. Comme quoi, ce que les médias (sociaux et autres) nous font avaler a certes un impact sur notre vision du monde, mais visiblement pas sur toute la ligne ou au plus profond de notre âme. Nous sommes plus malins que ça et ne nous laissons pas si facilement embobiner par des demi-vérités. Ce qui ne veut pas dire que la situation des médias soit idéale, comme on a pu le constater après le débat qui leur a été consacré. Là, le public s’est montré moins optimiste, et c’est cette fois-ci la BBC qui a pu en tirer les leçons. 

Je le disais déjà au début de ce billet : Trump semblait alors hésiter entre maintenir ou sortir les États-Unis de l’OTAN, avec toutes les conséquences que cela entraînerait. Eh bien, une demi-heure plus tard, je constate que le soleil brille toujours et que la seule "breaking news" qui a atterri dans ma mailbox concerne le Tour de France. Ne dit-on pas : tant qu’il y a de la vie, il y a de l’espoir ? C’était en tout cas l’avis unanime des personnes présentes au Palais. Et cela suffit déjà pour reprendre espoir... 



ARCHIVE / CANNES LIONS 2018






INTERVIEW

Barbara Verougstraete (The Oval Office): « Le podcast est un outil percutant en matière de storytelling »

Barbara Verougstraete (The Oval Office): « Le podcast est un outil percutant en matière de storytelling »



DOSSIER  



Saatchi & Saatchi New Directors' Showcase : les choix de Ridley Scott  


Le jeudi matin, les habitués des Cannes Lions ont fait sagement la file pour assister à l’un des temps forts du festival : le New Directors’ Showcase de Saatchi & Saatchi. Cette année, la séance a...


en savoir plus
Member only
Connectez-vous pour accéder à ce dossier


Cinq enjeux majeurs pour le Retail  


Les temps changent. Et ces changements frappent de plein fouet le commerce de détail. La digitalisation et l’élargissement d’échelle provoqué par une grande vague de consolidation ont entièrement...


en savoir plus
Member only
Connectez-vous pour accéder à ce dossier


Creative Belgium Awards 2018 : le Grand Prix et les 13 campagnes en or  


A l'instar de l'édition 2017, une seule campagne a été couronnée d'un Grand Prix cette année aux Creative Belgium Awards : "Closer than you think" pour Child Focus dans la compétition Media...


en savoir plus
Member only
Connectez-vous pour accéder à ce dossier