Nl
Close

CANNES LIONS 2018

Cannes pour 100 balles, par Stephan Salberter (Kersel)

Jeudi 12 Juillet 2018

Cannes pour 100 balles, par Stephan Salberter (Kersel)

La semaine de Cannes était celle de toutes les présentations et workshops clients, impossible de quitter la Belgique. Je me laisse donc tenter par le digital pass des Cannes Lions. Pour 100 euros, à moi Cannes en live. 

Après huit années consécutives dans le cirque cannois je dois bien dire que la première expérience est bluffante. Rendez-vous avec les conférences : sur mon grand écran, me voilà installé face aux orateurs, plusieurs caméras et un petit travail de régie en live vous permettent aussi de suivre ce qui se passe avec un son nickel. Je me rappelle donc la sinécure du trajet ainsi évité, trouver une place à Zaventem, attendre mon avion, mes bagages, le taxi au double du tarif de l’avion, la découverte de ma chambre à prix d’or généralement sans vue, la file pour obtenir mon accréditation, l'heure de file pour assister à la conférence, pour enfin me retrouver dans la salle Lumière ou Debussy, coincé entre deux voisins endormis à cause du jet lag en début de semaine, ou des nuits trop courtes dès le mercredi…
 
Et la magie opère, on y est. Sur Facebook, je découvre Bruno et Brice sous la chaleur et via lovethework.com, les cases arrivent un à un. Même Keith Weed et ses vestons menthe à l’eau finissent par me séduire. Entre les conférences, c’est sur un plateau télé que l’on retrouve les invités. Mais très vite le boulot me reprend et je me décale, et là pas de possibilité d’accéder au contenu, à part le soir ou la nuit ; le lendemain pas moyen de revoir les conférences. Le fait de jongler entre les newsletters, le streaming et le site lovethework.com n’est pas non plus user friendly. Le mot est lâché : « Il manque une plateforme ». Ensuite bien entendu, il manque aussi les contacts, le partage, le réseautage, les discussions et toute l'expérience. Les paninis à 8 euros ne manquent pas par contre.
 
Au niveau contenu, rien de vraiment neuf, à part un Grand Prix pour Accenture confirmant ainsi l’émergence de plateformes globales pour accompagner les annonceurs dans leur transformation digitale de A à Z.
 
Bilan ? Pour 100 balles, on n'est pas volé. Et combiné à lovethework.com, cela fait le boulot : on a tous les cases intéressants (mention pour Lacoste) et les conférences.
 
Néanmoins ma décision est prise, en novembre direction Lisbonne pour le Web Summit en live. On n’y parle peut-être pas de créativité mais on y crée vraiment.

Archive / CANNES LIONS 2018