FERMER


Vous êtes à la recherche de quelque chose ?

Rechercher

Déjà un compte MM ?

Se connecter Mot de passe oublié ?

Encodez votre e-mail ci-après et recevez un lien pour créer votre mot de passe.



Envoyer votre mot de passe
FR NL

Vous êtes à la recherche de quelque chose ?


RECHERCHE AVANCÉE >

Pas encore membre MM ?

mm.be est un site freemium. Pour accéder aux contenus payants, vous devez créer votre compte et vous abonner à nos produits.
Créer un compte

Déjà un compte MM ?

Mot de passe oublié ?

Encodez votre e-mail ci-après et recevez un lien pour créer votre mot de passe.


Envoyer votre mot de passe
close

Influencer Marketing : les recommandations de l'UBA

Lundi 2 Juillet 2018


Influencer Marketing : les recommandations de l'UBA
Dans le cadre des discussions liées à l'influencer marketing entre les autorités fédérales et le Conseil de la Publicité , l'UBA publie un Position Paper reflétant l'avis des annonceurs et qui servira donc de point de départ dans les négociations avec le cabinet du ministre Kris Peeters et le SPF Economie.

Comme point de départ, l'UBA pose deux critères définissant si le message d’un influenceur sur les médias sociaux doit être considéré comme une "communication commerciale" : le contrôle exercé par la marque sur son contenu et la rémunération octroyée à l’influenceur par la marque ou un intermédiaire.
 
Si la marque fournit des instructions contraignantes concernant le message, assorties d'une rémunération, l'UBA considère qu'il s'agit d'une communication commerciale et que toutes les règles relatives à la publicité s’appliquent ipso facto. En revanche, si la marque n’exerce aucun contrôle de fond significatif, on évoquera "la liberté d’expression" de l’influenceur.
 
L'UBA estime également que si rémunération il y a, sa nature doit être clairement mentionnée dans le message (sous forme de texte ou de hashtag au début ou à la fin du message, recommande l'UBA).
 
Par ailleurs, l'UBA pose quatre autres règles que les influenceurs sur les médias sociaux doivent respecter :
 
> La marque à l’origine du message commercial doit être identifiable, avec mention de son nom ou de son logo. 
> La publicité doit être honnête et ne peut pas être trompeuse. 
> Toutes les règles applicables à la communication commerciale, en général et selon les secteurs, doivent être respectées. 
> Idem en ce qui concerne les codes d’autorégulation. 

L'UBA évoque également la notion de "responsabilité", estimant l’influenceur qui publie le message est responsable de toute infraction à la législation, mais aussi la marque, s’il existe un contrôle significatif de sa part en termes de contenu. 
 
In fine, l'UBA indique sa volonté de collaborer avec les pouvoirs publics et toutes les associations concernées afin d’établir un code clair pour les influenceurs sur les médias sociaux. « Ces activités seront, de préférence, coordonnées par le Conseil de la Publicité, qui a déjà démontré son utilité par le passé lors de l’élaboration de codes d’autorégulation sectoriels et intersectoriels, ainsi que lorsqu’il est question de faire appliquer les codes et lois en matière de communication commerciale », souligne encore Chris Van Roey, CEO de l’UBA. 
 
Plus de détails sur le site de l’UBA.



ARCHIVE / ASSOCIATIONS






INTERVIEW

Brice Le Blévennec (Emakina Group) :

Brice Le Blévennec (Emakina Group) : "L'essentiel désormais, c'est la conception de User eXperiences élégantes"



DOSSIER  



Cinq enjeux majeurs pour le Retail  


Les temps changent. Et ces changements frappent de plein fouet le commerce de détail. La digitalisation et l’élargissement d’échelle provoqué par une grande vague de consolidation ont entièrement...


en savoir plus
Member only
Connectez-vous pour accéder à ce dossier


Creative Belgium Awards 2018 : le Grand Prix et les 13 campagnes en or  


A l'instar de l'édition 2017, une seule campagne a été couronnée d'un Grand Prix cette année aux Creative Belgium Awards : "Closer than you think" pour Child Focus dans la compétition Media...


en savoir plus
Member only
Connectez-vous pour accéder à ce dossier


AMMA 2018 : les cases en or  


C'est donc Mindshare qui décroche le titre d'Agence de l'année aux AMMA. L'agence drivée par Gino Baeck (photo) repart également avec le Gold en Best Use of Native & Content pour "Open Kitchen"...


en savoir plus
Member only
Connectez-vous pour accéder à ce dossier