FERMER


Vous êtes à la recherche de quelque chose ?

Rechercher

Déjà un compte MM ?

Se connecter Mot de passe oublié ?

Encodez votre e-mail ci-après et recevez un lien pour créer votre mot de passe.



Envoyer votre mot de passe
FR NL

Vous êtes à la recherche de quelque chose ?


RECHERCHE AVANCÉE >

Pas encore membre MM ?

mm.be est un site freemium. Pour accéder aux contenus payants, vous devez créer votre compte et vous abonner à nos produits.
Créer un compte

Déjà un compte MM ?

Mot de passe oublié ?

Encodez votre e-mail ci-après et recevez un lien pour créer votre mot de passe.


Envoyer votre mot de passe
close

Quel avenir pour les groupes de com' après le départ du meilleur frenemy de Google et Facebook ?, par Fred Bouchar (MM)

Vendredi 20 Avril 2018


Quel avenir pour les groupes de com' après le départ du meilleur frenemy de Google et Facebook ?, par Fred Bouchar (MM)
Si l'on en croit Wikipedia, l'oxymoron "frenemy", parlant d'une personne qui est à la fois son ami et son ennemi, date de 1953. Le terme serait apparu pour la première fois en pleine guerre froide, dans une chronique du Nevada State Journal, à propos des Russes. Mais, comme beaucoup d'entre vous sans doute, c’est dans la bouche de Martin Sorrell que je l'ai entendu prononcer pour la première fois.

C’était il y a 10 ans déjà, et dans le contexte, "frenemy" faisait référence à Google. Au passage, en recherchant sur le moteur de recherche l'article du FT dans lequel Sorrell allait populariser le concept, j'ai souri : Sir Martin déclarait à l'époque que les velléités de rachat de Yahoo! par Microsoft étaient une opportunité pour l'industrie publicitaire… 

Une décennie plus tard, alors que l'action WPP est au plus mal et que les hedge funds spéculent à la baisse contre les grands groupes de communication, le modèle construit par Sorrell et les autres géants de la pub se lézarde de toutes parts : critiquant la lourdeur et l’opacité de leur structure, leur manque de transparence (à ce propos, connaîtra-t-on un jour les véritables conclusions de l’enquête interne de WPP sur les allégations de « conduite non appropriée » de son ancien patron ?),  des annonceurs comme P&G veulent réinventer ce modèle ; les consultants taillent des croupières aux agences, et quantité de start-ups grignotent leurs marges en proposant des alternatives souvent moins chères en termes de services.
 
Pointer du doigt la transformation numérique comme responsable de tous les maux des agences est certes un peu facile, mais force est de constater qu'en capitalisant largement sur le digital - WPP aurait dépensé plus de $7 milliards l'an dernier chez Google et Facebook -, les holdings se sont peut-être tiré une balle dans le pied. Sorrell lui-même s'en est rendu compte, lui qui n'avait de cesse ces derniers temps d'insister sur l'importance des médias traditionnels… 
 
Paradoxalement, le meilleur "frenemy" de Pichai et Zuckerberg tire sa révérence au moment où les gouvernements et les citoyens commencent à se rendre compte des dangers du big data, au moment où de plus en plus d'annonceurs se posent des questions quant à l'efficacité de leurs investissements pubs en ligne, leur brand safety et toutes ces choses désagréables que l'on découvre chaque jour au sujet des Gafa.
 
Nul doute que dans les mois qui viennent, nous entendrons encore Sir Martin évoquer tous ces sujets qu’il adore à coups de punchlines bien senties. Mais ce sera désormais en tant que simple key note, que les organisateurs de conférence ne manqueront pas de s’arracher. A tout le moins, s’ils ont les budgets pour s’offrir ce riche retraité, bâtisseur d’un empire (voir la timeline du groupe proposée par Adweek), qui nous aura appris la valeur de l’earn-out et qui devrait encore continuer à percevoir quelque 20 millions de livres par an pendant cinq ans de WPP.



ARCHIVE / AGENCIES - COMMUNICATION






INTERVIEW

Peter Van de Graveele (Serviceplan) : « Le dernier touchpoint est le plus important »

Peter Van de Graveele (Serviceplan) : « Le dernier touchpoint est le plus important »



DOSSIER  



Merit Awards 2019 : les lauréats et les finalistes   


Cette année, aux côtés de la rédaction de MM et sous la présidence de Mieke Debeerts (Chief Customer Experience & Marketing Communications Officer, Belfius), le jury des Merit Awards 2019 a...


en savoir plus
Member only
Connectez-vous pour accéder à ce dossier


Pour s'affranchir des stéréotypes publicitaires  


Ces dernières années, de nouvelles dynamiques publicitaires émergent en miroir de la société. Initiées notamment par des groupes comme Unilever et P&G, elles contribuent à montrer les différentes...


en savoir plus
Member only
Connectez-vous pour accéder à ce dossier


BTOB Awards 2018 : Les campagnes en or et la marque média de l'année  


Le grand vainqueur de l'édition 2018 des BTOB Awards est LDV United qui remporte trois Gold sur les quatre décernés, et un Silver avec ses campagnes "Dare to sponsor" pour Special Olympics et...


en savoir plus
Member only
Connectez-vous pour accéder à ce dossier