FERMER


Vous êtes à la recherche de quelque chose ?

Rechercher

Déjà un compte MM ?

Se connecter Mot de passe oublié ?

Encodez votre e-mail ci-après et recevez un lien pour créer votre mot de passe.



Envoyer votre mot de passe
FR NL

Vous êtes à la recherche de quelque chose ?


RECHERCHE AVANCÉE >

Pas encore membre MM ?

mm.be est un site freemium. Pour accéder aux contenus payants, vous devez créer votre compte et vous abonner à nos produits.
Créer un compte

Déjà un compte MM ?

Mot de passe oublié ?

Encodez votre e-mail ci-après et recevez un lien pour créer votre mot de passe.


Envoyer votre mot de passe
close

Tiffany Foucart et Grégory Piet (Auxipress) : "Nos activités englobent aussi les études stratégiques et prédictives"

Samedi 24 Mars 2018


Tiffany Foucart et Grégory Piet (Auxipress) :
En collaboration avec SoPRISM, un spécialiste du social data mining, le service de veille médias d’Auxipress a mené une étude sur les conversations suscitées par les nouvelles technologies dans les médias traditionnels et sur Facebook, ainsi que sur la façon dont ces technologies sont perçues par l’opinion publique. Tiffany Foucart et Grégory Piet, respectivement Sales & Marketing Director et Chief Data Officer chez Auxipress, nous dévoilent les tenants et aboutissants de cette initiative.  

Pourquoi avez-vous décidé de mener une telle étude ?

Grégory Piet : Notre objectif était double. Depuis deux ans, nous planchons sur un nouveau projet de recherche en vue de repositionner Auxipress en tant que société non limitée à la veille médiatique, mais également active dans l’analyse média. Le lancement de cette étude s’inscrit dans cette nouvelle démarche. Nous avons choisi comme thème central la technologique parce qu’il s’agit de l'un des trois sujets les plus tendances et dont l’intérêt augmente le plus aujourd’hui dans les médias.

La nouvelle méthodologie se base sur la théorie de l’agenda-setting, selon laquelle il existe une convergence entre les intérêts de l’opinion publique et les thèmes traités dans les médias...

Tiffany Foucart : La plupart du temps, les études de ce genre se basent sur des questionnaires qualitatifs ou quantitatifs. Dans notre cas, nous avons consulté tout ce qui est publié dans les médias sur la technologie, en tant que reflet fidèle de l’opinion publique à ce sujet. Nous avons ensuite croisé ces données avec les informations consommées, lues sur Facebook.

GP : J’ai développé la méthodologie pendant trois années dans le cadre de mon doctorat en sciences politiques. Je la mets aujourd’hui à disposition chez Auxipress en tant que complément aux outils d’information et de reporting de la société. Elle se base en effet sur la théorie de l’agenda-setting, selon laquelle les influenceurs médias mettent en avant certains thèmes pour pouvoir par exemple se distinguer des autres. Dans la pratique, nous analysons ce que les médias écrivent. Nous taguons tous les mots qui apparaissent dans les articles et en dressons une liste répartie en plusieurs catégories. Aujourd’hui, nous disposons d’une base de données contenant 9.000 références et 75.000 mots. On peut utiliser cette méthodologie aussi bien pour la presse écrite que pour les sites d’information et les réseaux sociaux.

L’étude révèle que les médias n’exploitent pas entièrement l’intérêt des consommateurs pour les (nouvelles) technologies…

GP : Nous constatons que l’intérêt des consommateurs pour la technologie dépasse l’attention que les médias porte à cette thématique. L’étude montre que la presse traditionnelle consacre 3 % de l’espace total disponible à des articles sur ce sujet. Une analyse de Facebook réalisée en décembre 2017 conclut que deux millions de Belges s’intéressent à la technologie ; selon la même analyse, 350.000 d’entre eux suivent avec attention les nouvelles technologies. Curieusement, on remarque que l’intérêt des médias augmente tandis que celui des consommateurs diminue. En effet, en 2016, le nombre de Belges intéressés par la technologie était encore de 2,6 millions. Dans d’autres pays comme l’Allemagne, le Royaume-Uni, la France, l’Italie et les États-Unis, l’intérêt des consommateurs est beaucoup plus grand. Les femmes y sont beaucoup plus représentées qu’en Belgique, où le rapport homme-femme est de 75 % - 25 %, tandis qu’il est de 60 % - 40 % au Royaume-Uni, par exemple. Cette baisse d’intérêt dans notre pays est difficile à expliquer. Elle peut être due aux modifications apportées par Facebook à son algorithme.

Par contre, l’intérêt des médias augmentent ?

GP : Globalement, l’attention portée par les médias à la technologie a progressé de 8 % de 2016 à 2017. Les médias sont en train de rattraper leur retard en couvrant notamment de grands événements technologiques comme Consumer Electronic Show. Les entreprises et le monde politique stimulent également ce regain d’intérêt. Les principaux influenceurs sont les entreprises. En 2017, la présence de la technologie dans les médias était due à 22 % aux entreprises et à 13 % à la politique (soit une hausse de 18 % par rapport à 2016, ndlr). Les élections ont poussé certains politiciens à se distinguer auprès des jeunes. C’est un jeu de positionnement intéressant. Bref, dès que les nouvelles technologies sont mises à l’ordre du jour par des personnalités ou entreprises importantes, on constate une évolution dans les médias. La même tendance s’observe concernant le thème de l’environnement.

Vous vous êtes concentrés sur trois secteurs qui exercent une grande influence sur la visibilité des nouvelles technologies dans les médias : les télécoms, les banques et l’industrie automobile.

GP : Dans ce dernier cas, on assiste à l’émergence de nouveaux acteurs comme Tesla, qui ont un fort impact sur le marché. Toutes les autres grandes marques sont presque obligées de suivre son exemple en ce qui concerne l’attention portée aux nouvelles technologies. Résultat : toutes prennent position sur le terrain technologique. Dès que des marques spécifiques comme Porsche et Volvo s’y mettent, cela suscite l’intérêt des médias et des consommateurs. On constate une tendance similaire dans le monde bancaire, avec le positionnement d’ING sur tout ce qui touche à la digitalisation. Toutes les banques sont en train de se réinventer autour de ce modèle et influencent donc aussi d’autres secteurs et les consommateurs. En ce qui concerne les télécoms, on observe une volonté d’interconnectivité accrue. Cette évolution est particulièrement manifeste dans le cas de Proximus qui est en train de se repositionner autour des nouvelles technologies. Les acteurs des télécoms sont les plus aptes à s’associer aux nouvelles technologies. Ils possèdent un avantage stratégique par rapport aux autres secteurs en raison de leur maîtrise de l’élément central, à savoir le smartphone.

Cet outil est-il également commercialisé ?

TF : Nous l’utilisons dans le cadre d’études pour nos clients. À l’occasion du Salon de l’auto, nous avons mené une étude sur le secteur automobile pour Febiac et plus précisément une analyse de toutes les marques. De nombreux clients s’adressent à nous avant le lancement de leur campagne ou d’un nouveau produit. Cette méthodologie nous permet de leur donner des conseils en matière de communication et de développement de produits. Contrairement aux études traditionnelles, nous pouvons également anticiper. C’est pourquoi nous sommes en train de nous spécialiser en études stratégiques, voire en études prédictives, au lieu de nous cantonner à notre rôle traditionnel de veilleur médiatique. C’est cette voie qu’Auxipress entend emprunter à l’avenir.



ARCHIVE / INTELLIGENCE - RESEARCH






INTERVIEW

Gert Ysebaert (Mediahuis) : « Nous faisons du journalisme et c'est cette activité que nous devons monétiser, quel que soit le canal utilisé »

Gert Ysebaert (Mediahuis) : « Nous faisons du journalisme et c'est cette activité que nous devons monétiser, quel que soit le canal utilisé »



DOSSIER  



Saatchi & Saatchi New Directors' Showcase : les choix de Ridley Scott  


Le jeudi matin, les habitués des Cannes Lions ont fait sagement la file pour assister à l’un des temps forts du festival : le New Directors’ Showcase de Saatchi & Saatchi. Cette année, la séance a...


en savoir plus
Member only
Connectez-vous pour accéder à ce dossier


Cinq enjeux majeurs pour le Retail  


Les temps changent. Et ces changements frappent de plein fouet le commerce de détail. La digitalisation et l’élargissement d’échelle provoqué par une grande vague de consolidation ont entièrement...


en savoir plus
Member only
Connectez-vous pour accéder à ce dossier


Creative Belgium Awards 2018 : le Grand Prix et les 13 campagnes en or  


A l'instar de l'édition 2017, une seule campagne a été couronnée d'un Grand Prix cette année aux Creative Belgium Awards : "Closer than you think" pour Child Focus dans la compétition Media...


en savoir plus
Member only
Connectez-vous pour accéder à ce dossier