Nl
Close

MEDIA

Ostentation, par Griet Byl (MM)

Samedi 24 Février 2018

Ostentation, par Griet Byl (MM)

La semaine dernière, un article en particulier a retenu notre attention dans la presse spécialisée néerlandaise. Un article à propos de Grammie, le tout premier magazine dédié au marketing sur Instagram aux Pays-Bas. Au sommaire : des trucs et astuces pour les utilisateurs du réseau social sur comment obtenir un maximum de suiveurs, des témoignages d’Instagrammers qui monétisent leur passion, des interviews et une foule d’illustrations léchées. La maquette, très soignée, est le parfait reflet de l’univers Instagram.
 
En soi rien de surprenant, me direz-vous. Si ce n’est que l’initiatrice du projet, Amber van Leeuwen, a eu l’idée de publier son nouveau-né... sur papier. Eh oui, sous la forme d’un bon vieux magazine que l’on peut prendre en mains et feuilleter à son aise. Cet opus de 160 pages tiré à 1.000 exemplaires, est uniquement en vente sur Internet au prix d’un peu moins de 13 euros (plus les frais de port). Si ce n’est pas vraiment cher, ce n’est pas non plus bon marché, mais cela n’a pas empêché la première édition de s’épuiser en un tournemain.
 
Mais il y a mieux : opérant habituellement sous le nom de Social Good Girl pour aider les entrepreneurs actifs sur les réseaux sociaux à diffuser leurs messages via Instagram, l’éditrice est parvenue à embarquer quantité d’annonceurs dans son projet. 30 pour être précis. Pas mal, à notre époque où le digital attire la majeure partie des dépenses publicitaires.
 
Ce fameux tour de force opéré par cette jeune Néerlandaise et son équipe donne matière à réflexion. Le print n’avait-il pas dit son dernier mot ? Et la presse féminine n’était-elle pas à l’agonie ? Ou aurions-nous affaire ici à un nouveau business model disruptif qui combinerait sans complexe les atouts des nouveaux médias en ligne et le prestige des médias traditionnels comme les féminins glossy ? Sans nul doute une démarche intelligente pour monétiser hors ligne l’audience en ligne et pour convaincre les annonceurs.
 
Quoi qu’il en soit, ce must have tendance, lancé lors d’un événement très fréquenté, s’est avéré un coup dans le mille qui donnera lieu à une deuxième édition à la fin de l’année. Sans doute parce qu’il répond aussi à un besoin profondément humain qu’aucun Instagram au monde n’est en mesure de satisfaire. Car quelle que soit la qualité esthétique d’un tel compte - fût-il de Miss Perfect -, on ne pourra jamais le laisser traîner sur sa table de salon pour susciter l’admiration des visiteurs... 

Archive / MEDIA