FERMER


Vous êtes à la recherche de quelque chose ?

Rechercher

Déjà un compte MM ?

Se connecter Mot de passe oublié ?

Encodez votre e-mail ci-après et recevez un lien pour créer votre mot de passe.



Envoyer votre mot de passe
FR NL

Vous êtes à la recherche de quelque chose ?


RECHERCHE AVANCÉE >

Pas encore membre MM ?

mm.be est un site freemium. Pour accéder aux contenus payants, vous devez créer votre compte et vous abonner à nos produits.
Créer un compte

Déjà un compte MM ?

Mot de passe oublié ?

Encodez votre e-mail ci-après et recevez un lien pour créer votre mot de passe.


Envoyer votre mot de passe
close

Seen from Space : Toutes les chaînes ne sont pas égales en matière de TSV

Jeudi 25 Janvier 2018


Seen from Space : Toutes les chaînes ne sont pas égales en matière de TSV
Mis à part les proportions observées et le délai de vision (VOSDAL -Viewing On Same Day As Live- vs days 1-7), on trouve beaucoup plus de points communs que de différences dans ce qui caractérise le time shift viewing (TSV) dans le Nord ou dans le Sud du pays.

Le profil des utilisateurs est très proche d’une région à l’autre. La proportion la plus élevée de TSV s’observe sur les 25-34 ans, ainsi que sur les groupes sociaux les plus élevés (particulièrement 1 et 2), et sur les femmes plutôt que les hommes.

Tous logés à la même enseigne ? Non. On diffère (proportionnellement) plus la vision des chaînes principales que des thématiques. C’est assez logique, les grandes chaînes suscitent a priori un "désir" de vision plus important, et le programme qui jadis passait à la trappe après un dilemme, est maintenant regardé, mais en différé. Le pire statut étant visiblement celui des chaînes moyennes, qui suscitent un réel intérêt sans être top of mind. Le type de programmation joue évidemment un rôle très important, la fiction étant particulièrement regardée en différé, au contraire par exemple des compétitions sportives ou des news, qui se consomment mieux fraîches.

La proportion de TSV varie également énormément au fil de la journée. Faible jusqu’à l’access, elle s’envole pour son peak journalier en prime time, puis reste assez élevée en night time. C’est au moment où ils disposent du plus de temps que les téléspectateurs veulent jouir du plus de liberté. Logique.

Les volumes de vision différée observés en 2017 sont malheureusement éminemment susceptibles de croître encore et représentent un des plus gros (le plus gros ?) challenges pour les chaînes dans un futur immédiat. 

Plus de détails ici.



ARCHIVE / INTELLIGENCE - RESEARCH






INTERVIEW

  Guillaume Boutin (Proximus) : « Nous voulons devenir le compagnon numérique des Belges »

Guillaume Boutin (Proximus) : « Nous voulons devenir le compagnon numérique des Belges »



DOSSIER  



Re-evaluating Media : de l'impact perçu et réel des médias  


Au début de cette année, Radiocenter, l’organisme de marketing des stations britanniques qui promeut la radio en tant que média commercial, a chargé Ebiquity d'étudier les rapports de force des...


en savoir plus
Member only
Connectez-vous pour accéder à ce dossier


Le marketing d'influence : émancipation et autorégulation  


Dans le souci de garantir une plus grande transparence, le SPF Économie publiait à la mi-mai une directive très stricte sur le marketing d’influence. Une initiative qui a provoqué un tollé...


en savoir plus
Member only
Connectez-vous pour accéder à ce dossier


Effie Awards 2018 : Gold et Silvers  


Année record pour l'Effie : les 17 finalistes ont tous été primés. Outre le Gold décerné à Kunstmaan et Bolero, on compte quatre Silver et 12 Bronze.
 
TBWA est l'agence la plus primée,...


en savoir plus
Member only
Connectez-vous pour accéder à ce dossier