FERMER


Vous êtes à la recherche de quelque chose ?

Rechercher

Déjà un compte MM ?

Se connecter Mot de passe oublié ?

Encodez votre e-mail ci-après et recevez un lien pour créer votre mot de passe.



Envoyer votre mot de passe
FR NL

Vous êtes à la recherche de quelque chose ?


RECHERCHE AVANCÉE >

Pas encore membre MM ?

mm.be est un site freemium. Pour accéder aux contenus payants, vous devez créer votre compte et vous abonner à nos produits.
Créer un compte

Déjà un compte MM ?

Mot de passe oublié ?

Encodez votre e-mail ci-après et recevez un lien pour créer votre mot de passe.


Envoyer votre mot de passe
close

Ignace De Nollin (Colruyt) : "Apporto s'inspire de notre engagement social "

Lundi 22 Janvier 2018


Ignace De Nollin (Colruyt) :
Colruyt Group a annoncé son intention de lancer dans quelques mois une application baptisée Apporto. Développée en Belgique, cette appli peer-to-peer permettra aux consommateurs de publier des listes de courses que d’autres personnes pourront aller acheter pour eux chez Colruyt, Okay, Bio-Planet et les magasins Spar affiliés, gratuitement ou contre paiement. Ignace De Nollin, Innovation & Business Development Manager du groupe, explique ce qui a poussé Colruyt a faire son entrée dans l’économie de partage.

Quels sont les besoins des consommateurs que le Groupe Colruyt souhaite satisfaire à l’aide d’Apporto ?

Dans un premier temps, nous voulons mettre en contact des personnes moins mobiles à cause de la maladie ou de la vieillesse, et d’autres qui n’ont pas le temps de faire leurs courses, avec des personnes qui peuvent et veulent les aider en faisant leurs emplettes à leur place. Il peut s’agir de jeunes qui veulent lier ainsi connaissance avec leurs voisins ou de personnes plus âgées qui souhaitent se rendre utiles. Les utilisateurs de l’application pourront publier leur liste dans une communauté où seuls leurs contacts pourront la consulter, ou décider de la rendre publique pour faire appel à de nouvelles personnes. Le principal objectif de Colruyt est de créer une communauté qui renforce la cohésion sociale.

L’appli Apporto inclura-t-elle encore d’autres services ?

Tout ce que je peux vous dire pour l’instant, c’est que nous allons nous concentrer dans un premier temps sur les listes de courses au sein de la communauté.

Face à l’essor des assistants vocaux intelligents (Siri, Alexa, Assistant Google, etc.) et aux expériences en matière de réalité virtuelle, Colruyt opte donc pour une approche plus humaine...

Notre projet a pour but de créer du lien en se servant des technologies actuellement disponibles. Nous tablons en effet sur une approche humaine. Cela dit, j’estime que la réalité virtuelle, les assistants vocaux et autres chatbots ont parfaitement leur place à côté de notre projet. Ces fonctionnalités virtuelles pourraient d’ailleurs être intégrées dans notre application à l’avenir.

Quel est le business model adopté pour Apporto ? Le prix de revient de l’application s’élèverait à 1,5 million d’euros...

Nous n’avons pas vraiment élaboré de modèle de revenus. L’appli est gratuite et les produits ne sont pas plus chers que dans les magasins. A l’étranger, on trouve quantité d’applications d’entraide pour faire les courses, mais nous n’avons encore rencontré aucun modèle semblable au nôtre, c’est-à-dire purement basé sur l’engagement social. Le prix de revient relativement élevé de l’application s’explique par le moteur de recherche et le modèle de données et de matching qui y sont intégrés. Le système de notification destiné à tenir les personnes informées de l’état de leurs commandes a également nécessité un investissement substantiel.

Comment allez-vous commercialiser l’appli ?

Apporto sera lancée entre la fin février et juin. Le lancement sera soutenu par une campagne de communication très locale en vue de promouvoir l’appli dans les associations de quartier, etc. Nous en ferons également la promotion dans les magasins Colruyt, Bio-Planet, Okay et dans les Spar affiliés.



ARCHIVE / BRANDS - LAUNCH






INTERVIEW

Ben Priest (ex Adam & Eve/DDB) : « La plupart des publicités actuelles sont mauvaises, mais il en a toujours été ainsi. »

Ben Priest (ex Adam & Eve/DDB) : « La plupart des publicités actuelles sont mauvaises, mais il en a toujours été ainsi. »



DOSSIER  



BTOB Awards 2018 : Les campagnes en or et la marque média de l'année  


Le grand vainqueur de l'édition 2018 des BTOB Awards est LDV United qui remporte trois Gold sur les quatre décernés, et un Silver avec ses campagnes "Dare to sponsor" pour Special Olympics et...


en savoir plus
Member only
Connectez-vous pour accéder à ce dossier


Mixx 2018 : les campagnes en or  


Parmi les 133 campagnes inscrites à l'édition 2018 des Mixx Awards de BAM, les jurys présidés par Christine Jean (AG), Sonja Klein (OMG), Wim Decraene (Frucon) et Alex Thoré (Magis.company) ont...


en savoir plus
Member only
Connectez-vous pour accéder à ce dossier


Re-evaluating Media : de l'impact perçu et réel des médias  


Au début de cette année, Radiocenter, l’organisme de marketing des stations britanniques qui promeut la radio en tant que média commercial, a chargé Ebiquity d'étudier les rapports de force des...


en savoir plus
Member only
Connectez-vous pour accéder à ce dossier