FERMER


Vous êtes à la recherche de quelque chose ?

Rechercher

Déjà un compte MM ?

Se connecter Mot de passe oublié ?

Encodez votre e-mail ci-après et recevez un lien pour créer votre mot de passe.



Envoyer votre mot de passe
FR NL

Vous êtes à la recherche de quelque chose ?


RECHERCHE AVANCÉE >

Pas encore membre MM ?

mm.be est un site freemium. Pour accéder aux contenus payants, vous devez créer votre compte et vous abonner à nos produits.
Créer un compte

Déjà un compte MM ?

Mot de passe oublié ?

Encodez votre e-mail ci-après et recevez un lien pour créer votre mot de passe.


Envoyer votre mot de passe
close

Faut-il éradiquer les Grandes Causes des awards shows ?, par Fred Bouchar (MM)

Dimanche 3 Décembre 2017


Faut-il éradiquer les Grandes Causes des awards shows ?, par Fred Bouchar (MM)
Le débat est de saison, il refait surface avec les récents palmarès des Epica, Eurobest et autre IMC Awards, mais il n'est pas nouveau. Rappelons-nous la polémique Frank Lowe en 1995, l'année où il présidait le jury Film à Cannes : estimant qu'aucune production "commerciale" n'était à la hauteur, Lowe et ses collègues avaient décidé de faire l'impasse sur le Grand Prix, préférant décerner un Prix Spécial à un spot britannique de trois minutes pour une association défendant les personnes moins valides… A l'époque, les Grandes Causes ne pouvaient pas remporter de Grand Prix à Cannes.
 
Aujourd'hui, de plus en plus de voix s'élèvent pour dire que les Grandes Causes n'ont pas leur place dans les awards shows. Du moins, qu'elles ne devraient pas être jugées sur le même pied que les campagnes pour des marques commerciales.
 
Au lendemain des Epica, l'un des créatifs les plus talentueux du pays nous a posé cette question : les journalistes de la presse professionnelle ne donnent-ils pas un mauvais signal au marché en octroyant autant de Grand Prix à des Grandes Causes ?   
 
Peut-être.
 
Peut-être aussi que les agences devraient commencer par balayer devant leur porte, et tout simplement ne pas inscrire de telles campagnes aux awards shows. La question ne se poserait plus. Après tout, il existe des prix spécialement dédiés à ce type d'annonceurs, comme les Care Awards de l'AECA. 
 
Mais au-delà de cette réflexion certes un peu simpliste, en quoi le travail d'une agence sur les insights, la brand equity, l'image ou les activations pour une association à but non lucratif aurait-il moins de mérite que celui pour une marque commerciale ? Car c'est de cela dont on parle, non ? Récompenser le mérite, la capacité d'inspiration, le "game changing".
 
Les organisations à but non lucratif doivent elles aussi "se vendre", recruter des membres, récolter des fonds, sensibiliser à la cause qu'elles défendent. Le tout dans un environnement média et un contexte de concurrence similaires à celui des marques commerciales. Leur modus operandi sont comparables à bien des égards, ainsi en va-t-il de leurs campagnes de com'.
 
Du reste, ce qui donne la perception que de plus en plus de Grandes Causes sont primées aux awards shows, c'est cette tendance lourde du "militantisme social" des marques, dont l'iconique "Fearless Girl" du gestionnaire d'actifs State Street Global Advisors est sans doute l'illustration la plus emblématique.
 
En se liant à des causes, les marques essaient de définir leur identité, la façon dont elles sont perçues par les consommateurs, comment elles peuvent leur apporter quelque chose de significatif, créer un lien fort et durable avec eux.
 
En cela, les campagnes Grandes Causes dans leur mécanique et leurs innovations créatives, peuvent aussi être une source d'inspiration pour les marques commerciales.
 
En cela, la "pièce de l'espoir" de Child Focus n'a certainement pas moins de valeur qu'une pub pour une marque de fast food qui incite à la malbouffe.



ARCHIVE / AWARDS






INTERVIEW

Michel Dupont (Transfer) : « Cela ne m'étonnerait pas que les annonceurs supplient un jour TF1 d'accepter leurs spots »

Michel Dupont (Transfer) : « Cela ne m'étonnerait pas que les annonceurs supplient un jour TF1 d'accepter leurs spots »



DOSSIER  



BTOB Awards 2018 : Les campagnes en or et la marque média de l'année  


Le grand vainqueur de l'édition 2018 des BTOB Awards est LDV United qui remporte trois Gold sur les quatre décernés, et un Silver avec ses campagnes "Dare to sponsor" pour Special Olympics et...


en savoir plus
Member only
Connectez-vous pour accéder à ce dossier


Mixx 2018 : les campagnes en or  


Parmi les 133 campagnes inscrites à l'édition 2018 des Mixx Awards de BAM, les jurys présidés par Christine Jean (AG), Sonja Klein (OMG), Wim Decraene (Frucon) et Alex Thoré (Magis.company) ont...


en savoir plus
Member only
Connectez-vous pour accéder à ce dossier


Re-evaluating Media : de l'impact perçu et réel des médias  


Au début de cette année, Radiocenter, l’organisme de marketing des stations britanniques qui promeut la radio en tant que média commercial, a chargé Ebiquity d'étudier les rapports de force des...


en savoir plus
Member only
Connectez-vous pour accéder à ce dossier